Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 13:56

La petite Saharienne, by PALUEL-MARMONT
 

Présentation de l'Editeur


 


Néant

 

 

 

 

 

 

FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE



 

 

Titre :   La petite Saharienne
Auteur :   PALUEL-MARMONT
Edition :   HACHETTE

Dépôt légal n° 6689
2me trimestre 1958


IMPRIME EN BELGIQUE
PAR LA S. I. R. E. C., LIEGE

ILLUSTRATIONS DE PAUL DURAND
Magnifiques illustrations en 4 couleurs pleine page hors-texte annotées et,
en 4 couleurs et noir & blanc in texte.

En tête marchait Mohamed, le chef de la famille.   p. 9
Aïcha donnait à plein gosier le signal rituel.   p. 19
« Tu voudrais quoi?... Un bijou? »   p. 33
« Moi aussi, je suis heureuse. »   p. 40 & 41
L'inconnu venait vers eux.   p. 55
La chamelle était déjà loin.   p. 63
« Le vent de sable! » croa Aïcha   p. 87
L'œil perçant du vautour solitaire ...   p. 94
Les chacals ne se trouvaient plus qu'à quelques pas.   p. 103
L'homme était de haute taille   p. 112
La chamelle abaissa la tête et se fit caresser.   p. 135
Le chamelon effectuait ses premiers pas.   p. 143
Azize poursuivait son chemin.   p. 168 & 169
Azize allait vers un but précis.   p. 173



© LIBRAIRIE HACHETTE 1955
Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   Reliée sur cartonnage, fers spéciaux.
Nombre de pages : 186       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   365 grammes   Format :   145 x 205 mm
I.S.B.N :   NON              Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur
 

 

 

EXTRAIT   La petite Saharienne by, PALUEL-MARMONT   page 105


La petite Saharienne, by PALUEL-MARMONT




  Les trois chacals qui semblaient tout à l'heure conduire les autres étaient à présent tout près d'elle. Et voici que l'un d'eux se détacha du groupe. Il s'avança vers Aïcha, d'une patte prudente, flaira la robe, recula, jeta un regard en arrière comme pour s'assurer qu'il n'était point seul dans cette aventure audacieuse qu'il allait tenter, puis avança encore d'une autre longueur de patte.
  Aïcha, dont le sang-froid était magnifique, ne faisait pas un mouvement. Sans faire bouger un seul pli de la robe qui la dissimulait, elle avait crispé ses doigts sur un tronçon de bois mort qui se trouvait à sa portée, et elle attendait. Toute son angoisse se concentrait sur ce bout de bois mort. Cela donnait une raison à ses nerfs de s'apaiser, une raison à sa volonté de se concentrer, en attendant... En attendant quoi? Le savait-elle? Les secondes lui semblaient des heures. Elle avait l'impression d'être là, dans ce trou de rocher, blottie, cachée, depuis des semaines! Elle...
  Le chacal a bondi, griffes dardées, crocs menaçants, les yeux en feu, la gueule ouverte. Dans la même fraction de seconde, Aïcha, dont les réflexes ont été aussi prompts que l'éclair, lui a enfoncé dans la gorge la seule arme dont elle disposait : le bout de bois!
  La bête a poussé un hurlement de rage et de douleur. Dans son élan de furie, elle s'est blessée profondément. Le bout de bois est resté enfoncé dans sa gorge. Elle s'efforce de se débarrasser de cette lance qui la transperce. Elle se roule sur la terre. Et puis elle s'écroule, vaincue, dans un sursaut de tout son corps.
  Alors Aïcha assista à une scène atroce et inattendue : les autres chacals affamés se jetèrent sur leur malheureux compagnon et l'achevèrent! Ils l'éventrèrent, le déchirèrent et s'enfuirent en emportant chacun un lambeau de chair! En un instant la horde disparut... Et Aïcha, se libérant enfin de l'étoffe qui la recouvrait, les vit s'éloigner dans un galop furieux.
  Mais, s'étant retournée, Aïcha comprit que cette fuite éperdue avait pour autre raison - et peut-être pour raison essentielle - l'apparition d'un personnage étrange qu'elle n'avait ni vu ni entendu venir, et qui se trouvait à quelques pas d'elle seulement, armé d'une épée gigantesque à poignée en forme de croix, le corps protégé d'un haut bouclier rectangulaire en peau d'antilope, le visage entièrement voilé, hors une bande étroite à la hauteur des yeux.
  L'homme était de haute taille, grandi encore par le turban d'étoffe dont il était coiffé. Il se tenait silencieux, immobile et droit comme une statue.


Reproduction interdite

 

 

 


 

 

ANNEXE



La petite Saharienne, by PALUEL-MARMONT
Editeur :   Editions Hachette Idéal-Bibliothèque (1955)
A.S.I.N :   B003X7I6BC
www.amazon.fr

 

LIENS


Wikipédia
PALUEL-MARMONT
 

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog