Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 17:45

L'éventail de Séville, by Paul Jacques BONZON



Présentation de l'Editeur


  DANS le brûlant décor de Séville, cette si pittoresque capitale de l'Espagne du sud, le jeune Pablo, marchand ambulant, est frappé par la tristesse de la petite gitane Juanita qui propose aux touristes étrangers un choix d'éventails andalous.
  Il sait gagner sa confiance; Juanita lui avoue que, malgré ses jolies robes, elle n'est pas heureuse et vit misérablement chez des gens qui ne sont pas ses parents, dans le quartier perdu de Triana.
  Accompagné de son inséparable ami, l'aveugle Lazarillo, Pablo se lance dans la courageuse entreprise de libérer juanita et de retrouver sa famille.
  Ceci l'entraînera dans une série d'aventures qui l'emmèneront à travers l'Espagne, de Grenade aux « îles Fortunées ».
  De nombreuses péripéties, dont la disparition de la jeune fille, la visite au paradis des bohémiens et la révélation d'un secret gitan, se déroulent jusqu'à la surprise du dénouement...



A
ma fille
ISABELLE





FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE








Titre :   L'éventail de Séville
Auteur :   Paul - Jacques   BONZON
Edition :   HACHETTE

numéro de référence : 48

BIBLIOTHÈQUE VERTE

ILLUSTRATIONS DE FRANÇOIS BATET
noir & blanc in texte.

Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Imprimeur-Relieur
Paris-Coulommiers.

Dép. lég. 1161 - 2e tr. 63
04.077-VI-6-8101

© Librairie Hachette 1958.
Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   cartonnée pelliculée à dos carré, illustrée couleurs in recto
Imprimé en France
par Lienhart & Cie - Clamart

BRODARD TAUPIN RELIURE
Nombre de pages : 189   TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   163 grammes   Format :   115 x 165 x 17 mm
I.S.B.N :   NON   Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'éditeur

EXTRAIT   L'éventail de Séville, by Paul Jacques BONZON   page 23


L'éventail de Séville, by Paul Jacques BONZON




  Cette nuit-là Pablo mit longtemps à s'endormir. Il eut envie d'éveiller le vieux Lazarillo, mais l'aveugle dormait si bien! Et que lui aurait-il dit? Lazarillo se serait moqué de lui tout bonnement et aurait ri. Pourtant qui pouvait bien être cette petite marchande d'éventails? Pourquoi se montrait-elle si méfiante? Pourquoi lui avait-elle menti, car elle n'habitait pasla plazza Santa Isabel, c'était évident.
  Malgré une nuit écourtée, il s'éveilla de bonne heure, en même temps que Lazarillo qui lui demanda s'il n'avait pas couché avec un scorpion. Aussitôt levé, une poignée d'olives dans sa poche, il reprit le chemin de Triana. Séville dormait encore, mais déjà toute vibrante de soleil. Sur le pont du Guadalquivir il s'arrêta un instant pour contempler la tour de l'Or qui domine et protège le fleuve, puis se retourna pour apercevoir, plus loin, la giralda, toute baignée d'une pure lumière. Oubliant un instant ses préoccupations, il murmura pour lui seul :
  « C'est beau! »
  Puis il entra dans le populeux faubourg, déjà éveillé, lui, déjà plein de bruit et de lourdes odeurs d'huile. Il eut beaucoup de peine à retrouver la rue, la cour où la petite marchande avait disparu. De jour, l'endroit paraissait encore plus laid, plus misérable. Des muchachos s'amusaient à faire nager dans le ruisseau des bouts de roseaux arrachés au lattis d'une palissade. Son cœur se serra à la pensée que sa gracieuse et pimpante petite voisine de la cathédrale pût vivre là. Oh! non, ce n'était pas possible!
  A quelques pas de lui, une foule de badauds entourait des ouvriers en train de remettre d'aplomb un tramway sorti des rails. Il fit semblant de s'intéresser à l'opération, jetant de fréquents regards vers la cour. Des hommes, des femmes, des enfants entraient et sortaient comme d'une ruche. Il aurait vite reconnu la belle robe andalouse.
  Tout à coup, son cœur fit un bond; une fillette venait de paraître, un grand couffin d'aloès tressé à la main. Elle portait une vieille jupe trop courte et déteinte et marchait pieds nus. Cependant, la démarche, la silhouette étaient bien les mêmes. Son cœur battit plus fort encore quand la fillette, se retournant pour gronder deux gamins qui lui lançaient de l'eau sale du ruisseau, il aperçut son visage. Il en éprouva un choc si violent que, paralysé, il la laissa s'éloigner et disparaître.


Reproduction interdite








COUVERTURES   année 1963


L'éventail de Séville, by Paul Jacques BONZON     L'éventail de Séville, by Paul Jacques BONZON



Commentaire en ligne


L'éventail de Séville, by Paul Jacques BONZON
www.amazon.fr


ANNEXE



L'éventail de Séville, by Paul Jacques BONZON
Editeur :   Hachette Bibliothèque verte ( 1961)
I.S.B.N-10 :   B0000DWDTX
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Paul-Jacques   BONZON

Discussion Forum Livres Enfants
L'éventail de Séville   (Les hors "série")

Photos Galerie Livres
Paul-Jacques   BONZON

Livres illustrés par François BATET
Voir Album sur Flickr

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans Paul-Jacques BONZON
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog