Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 17:14

Les forêts de la nuit, by Jean-Louis CURTIS



Présentation de l' Editeur


Jean-Louis Curtis dit qu'il n'a pas d'autre biographie que la bibliographie de ses livres. On sait qu'il est d'origine pyrénéenne, qu'il a parcouru les deux hémisphères et qu'il séjourne le plus souvent à Paris

Nous sommes en 1942 dans un gros bourg des Pyrénées. Jean-Louis Curtis l'a baptisé Saint-Clar, mais on y reconnaît les majestueux platanes d'Orthez, son lieu de naissance, ses belles maisons cossues, sa bourgeoisie aveugle et méchante, ses hobereaux ruinés et arrogants. Francis de Balansun, 17 ans, se fait passeur bénévole - la ligne de démarcation, vers l'Espagne ou vers le Sud-Est, est toute proche - pour servir à la fois son idéal et son pays.

Mais il est bien difficile, lorsqu'on est très jeune et ignorant des bassesses du monde, de comprendre l'évolution des gens qu'on a estimés et aimés, d'échapper à l'œil des commères ou des notables pour qui la « collaboration » signifie l'augmentation du sentiment de puissance.

Cette œuvre exceptionnelle, parfois douloureuse, parfois empreinte d'un humour féroce, valut à son auteur le prix Goncourt en 1947.

FICHE TECHNIQUE DU LIVRE




Titre :  Les forêts de la nuit
Auteur :  Jean-Louis   CURTIS
Edition :  J'ai Lu

numéro de référence: 514 ****

Prix GONCOURT 1947

1854-5   Dépôt légal, 2° trimestre 1979.    Texte intégral.

IMPRIMÉ EN FRANCE PAR BRODARD ET TAUPIN
7, bd Romzain-Rolland - Montrouge.
Usine de La Flèche, le 20-04-1979.

© Flammarion, 1969.

Reliure : Broché, illustrée in recto par Paul DURAND
Nombre de pages : 436     TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :  215 grammes     Format :  110x165 mm
ISBN :  2 - 277 - 11514 - 2     Code Barre = EAN :  NON


Livre épuisé chez l'Editeur
Valeur selon état : Octobre 2016 de 02€00 à 03€00


Extrait   Les forêts de la nuit, by Jean-Louis CURTIS   page 126



  - j'ai envoyé, en tout, six lettres et deux messages Croix-Rouge, disait-elle. Jamais une réponse... Au fond, reprit-elle d'une voix basse, c'est surtout cela qui me déprime. L'attente continuelle et ces oscillations de l'espoir... Il paraît qu'en Chine, ou je ne sais plus où, on soumet les condamnés politiques à ce genre de supplice. Un soir, on leur dit : « Le mandarin examine votre cas et pense pouvoir vous gracier.» Le soir suivant, c'est : « Vous aurez la tête tranchée demain à l'aube.» Puis juste une heure avant l'aube, le bourreau entre dans la cellule, un bon sourire aux lèvres : « Mon vieux, votre exécution est remise, le mandarin a décidé de constituer une commission d'enquête... » Et ainsi de suite, pendant des semaines et des mois, jusqu'à ce qu'on traîne finalement une loque pantelante au billot... Eh bien, certains jours, je suis cette loque... Voyez-vous, lorsque Jean est parti, j'envisageais très calmement une attente de plusieurs mois, de un ou deux ans, même. J'avais des projets, figurez-vous : préparer le concours, lire beaucoup, voir des gens... Bref, je voulais être un défi en chair et en os, braver la misère, narguer l'événement... Pauvre petite Hélène. L'événement m'a eue au souffle.
  - Mais aujourd'hui, il y a quelque raison solide d'espérer.
  Elle hocha la tête doucement.
  - Vous m'avez dit que l'histoire d'Afrique du Nord ne signifiait rien.
  Il aurait donné sa vie pour n'avoir pas dit cette chose. Oui, à l'instant même, il aurait donné sa vie pour ne s'être pas acharné sur l'espoir d'Hélène, avec une fureur triste.
  - Il ne fallait pas me croire sur parole : j'étais jaloux, et un peu cafardeux. En fait, à considérer le débarquement africain en toute objectivité, je pense que n'importe quoi peut en surgir : une tension de l'Allemagne, ou sa désagrégation intérieure. Je pencherais plutôt pour la seconde hypothèse.
  - Vous dites cela pour m'encourager.
  - Non, je le pense réellement.
  Elle soupira.
  - Donnez-moi encore un peu de vin. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser un fond de bouteille, au prix où il est... Oh! je manque de tact!... Mais puisque nous sommes deux vieux copains...
  Elle lui sourit. Il remplit son verre et vida le reste de la bouteille dans le sien.
  - Au bon retour de Jean, dit-il.
  Et, en même temps, il se répétait à lui-même : « Le chevalier servant... l'amoureux sacrifié... le mouton fidèle... » Mais cela ne lui faisait plus mal.
  Elle vida son verre d'un trait.
  - Au retour de Jean, murmura-t-elle. Oui, la paix, pour moi, ce sera Jean. Sa présence... Je suis monstrueusement égoïste, n'est-ce pas?... Il y a tant de misère, aujourd'hui, une misère si grande que le Christ lui-même ne pourrait pas la racheter. Et moi, qui suis jeune, enfin assez jeune, solide, et en sécurité, moi qui n'ai en somme nul motif valable de me plaindre, je suis là, à geindre et désespérer, parce que... Ah! c'est trop moche! Bien sûr, je sais bien que la guerre exaspère les égoïsmes individuels, que chacun ne pense qu'à soi et confond la paix avec la figure particulière de son espoir... Mais j'aurais voulu être différente de la masse. J'ai essayé, honnêtement. J'ai fait l'infirmière bénévole, à moments perdus. J'ai visité des taudis, le dimanche... On dit que ce genre de dévouement exalte. Moi, il me dessèche... Je me croyais très forte. Je voulais jouer ma petite Florence Nightingale. Et je ne suis qu'une fille de vingt-sept ans, qui a besoin de l'homme qu'elle aime, d'un foyer, d'enfants, d'un bonheur ordinaire... Une fille de vingt-sept ans qui a besoin d'un bonheur ordinaire et qui trouve le temps long... C'est risible, n'est-ce pas? J'ai commis le péché d'orgeuil et...




COUVERTURES   année 1979



Les forêts de la nuit, by Jean-Louis CURTIS       Les forêts de la nuit, by Jean-Louis CURTIS



ANNEXE



Les forêts de la nuit, by Jean-Louis CURTIS
Editeur :   J'ai Lu   (1979)
A.S.I.N :   B003X835LC




LIENS



Wikipédia
Jean-Louis CURTIS

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog