Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 10:49

Faux-Jour, by Henri TROYAT

Présentation de l'Editeur



Néant



A
ROBERT DE SAINT-JEAN









FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE








Titre :   Faux - jour
Auteur :   Henri   TROYAT
DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
Edition :   Le Livre de Poche

numéro de référence : 618

1260-I-4 - Dépôt légal n° 5372, 2° trimestre 1966.     Texte intégral

BRODARD ET TAUPIN - IMPRIMEUR - RELIEUR
Paris-Coulommiers. - France.
LE LIVRE DE POCHE - 4, rue de Galliéra, Paris.

30 - 01 - 0424 - 07

Septième tirage de ce titre dans cette collection n° 01   Le Livre de Poche.

Livre épuisé chez l'Editeur

6362-5 - Dépôt légal n° 8539, 3° trimestre 1969.     Texte intégral

IMPRIMÉ EN FRANCE PAR BRODARD ET TAUPIN
6, place d'Alleray - Paris.
Usine de La Flèche, le 10 - 07 - 1969.
30 - 11 - 0618 - 10

Dixième tirage de ce titre dans cette collection n° 11   Le Livre de Poche.

LE LIVRE DE POCHE - 6, avenue Pierre 1er de Serbie - Paris.

Livre épuisé chez l'Editeur

1er Dépôt : 4° trimestre 1960.

© Librairie Plon, 1940.
Droits de reproduction et de traduction réservés
pour tous pays, y compris L' U. R. S. S. réservés

Reliure :   Brochée, illustrée couleurs recto & verso
IMPRIMÉ EN FRANCE
Nombre de pages : 241       TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   135 grammes   Format :   110 x 165 x 12 mm
I.S.B.N :   NON   Code Barre = EAN :   NON


Extrait   Faux-Jour, by Henri TROYAT   page : 124


  Un jour, mon père entra dans ma chambre pendant que je lisais. Il dit :
  « Gisèle ne viendra pas aujourd'hui : sa mère, sa tante ou sa grand-mère, je ne sais plus, est tombé malade.
  - Ah! »
  Et je me remis à lire.
  « Qu'est-ce que tu lis? dit-il encore.
  - Rien... des vers...
  - C'est bien? »
  Il parlait avec moins d'assurance et plus rapidement que d'habitude. Il enroulait son mouchoir autour de son poignet, le déroulait, le modelait en boule. Il étalait à petits coups de talon les franges emmêlées d'une carpette. Visiblement, il luttait contre une gêne inconnue, que mon refus d'accepter la conversation ne faisait qu'augmenter. Brusquement, il se planta devant moi :
  « Que penses-tu de la crème de beauté? dit-il. Je ne veux pas de réponse à la légère. Réfléchis avant de parler. »
  Mais, comme je me bornais à mâchonner des phrases incompètes, il préféra exprimer par lui-même les sentiments que je ne devais pas manquer d'éprouver :
  « Une erreur... Tu trouves que c'est une erreur!... Et je suis de ton avis... Mais pourquoi est-ce une erreur? »
  Il érigea un doigt sentencieux :
  « Primo, parce que la crème de beauté n'intéresse qu'une clientèle restreinte. Or, les grandes entreprises sont celles qui reposent sur les masses et non sur les unités. Secundo, parce que tripoter parfums, poudres, pâtes n'est pas le métier d'un homme! Je m'abaisse, je m'avilis au contact de ces niaiseries! De l'air! De l'air! »
  Et du bras il écarta furieusement d'imaginaires pots de crème. Il ajouta :
  « je n'ai pas écrit en Angleterre (inutile d'en rien dire à Gisèle). Je n'ai pas écrit, parce que j'estime qu'il serait absurde de dépenser de l'argent pour une affaire dont je prévois dès à présent l'échec. »
  Il s'assit, noua ses longues jambes aux pieds de la chaise. Il ne lut pas dans mon regard l'indifférence que j'y laissais irrévérencieusement paraître. Il ne soupçonna pas mon absence. Il poursuivit, les paupières finement plissées :
  « J'ai trouvé quelque chose de plus intéressant. Ecoute : en ce moment nous sommes sur le point d'assister à la désagrégation du monde actuel. Les raisons? Socialisme, matérialisme, athéisme... Le coup de bélier qui bousculera, jupes en l'air, cette vieille garce d'Europe peinturlurée et malade, d'où viendra-t-il? Du Nord, du Sud, de l'Ouest? Non! Mais de l'Orient, mon cher. De l'Orient où la race jaune se développe silencieusement et puissamment déborde les frontières, gagne à sa cause les peuples limitrophes qui étaient près de passer à la nôtre et fourbit son attirail guerrier. Les gouvernements englués dans d'infimes luttes parlementaires ignorent le péril, ou le dédaignent. Nous sommes dans un navire dont le capitaine est aveugle et qui file droit sur les rochers. Ne se trouvera-t-il pas un marin pour crier : gare! »




COUVERTURES   années 1966   1969



Faux-jour by, Henri TROYAT       Faux-jour by, Henri TROYAT






Annexe



Faux-Jour, by Henri TROYAT
Editeur :   Le Livre de Poche ( 1966)
I.S.B.N-10 :   B008Z209BK
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Henri Troyat

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog