Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 13:08

Le grand Meaulnes, by Alain-Fournier

Présentation de l'Editeur



Néant




A ma soeur Isabelle




FICHE TECHNIQUE DU LIVRE





Titre :   Le grand Meaulnes
Auteur :   ALAIN-FOURNIER
Edition :   PARIS
ÉDITIONS  ÉMILE - PAUL   FRÈRES
14, RUE DE L'ABBAYE (VIe)

NOUVELLE   ÉDITION

ACHEVE  D'IMPRIMER
PAR L'IMPRIMERIE  HERISSEY
A ÉVREUX  (EURE)

Poids :  230  grammes         Nombre de pages : 328
I.S.B.N :  NON           Code Barre = EAN :  NON

Tous droits de reproduction, de traduction et d'adaptation
réservés pour tous pays.
Copyright by   Emile - Paul frères, 1913.

IMPRIMÉ EN FRANCE

Reliure :  Brochée sur carton souple
TABLE DES MATIERES :   OUI

Format :  115  x  175  mm

Livre épuisé chez l'Editeur


Extrait   Le grand Meaulnes, by ALAIN-FOURNIER  



  Alain Fournier, né à La Chapelle-d'Angillon (Cher), en 1886, mort pour la France en 1914, a donné dans son roman Le grand Meaulnes une analyse délicate et profonde de l'adolescence.

  (François Seurel conte ici son histoire : jusqu'alors il avait passé de calmes années entre son père et sa mère, mais le grand Meaulnes, qui semble avoir l'expérience d'un monde mystérieux, vint troubler cette quiétude et lui donner le goût de l'aventure. )

Le grand Meaulnes, by Alain-Fournier
Illustration de P. Gandon pour les Éditions de Cluny (1936).
(Bibliothèque de l'Arsenal).

Avant sa venue...

  Avant sa venue, lorsque le cours était fini, à quatre heures, une longue soirée de solitude commençait pour moi. Mon père transportait le feu du pêle de la classe dans la cheminée de notre salle à manger; et peu à peu les derniers gamins attardés abandonnaient l'école refroidie où roulaient des tourbillons de fumée. Il y avait encore quelques jeux, des galopades dans la cour; puis la nuit venait; les deux élèves qui avaient balayé la classe cherchaient sous le hangar leurs capuchons et leurs pèlerines, et ils partaient bien vite, leur panier au bras, en laissant le grand portail ouvert...
  Alors, tant qu'il y avait une lueur de jour, je restais au fond de la Mairie, enfermé dans le cabinet des Archives (1) plein de mouches mortes, d'affiches battant au vent, et je lisais assis sur une vieille bascule, auprès d'une fenêtre qu donnait sur le jardin.
  Lorsqu'il faisait noir, que les chiens de la ferme voisine commençaient à hurler et que le carreau de notre petite cuisine s'illuminait,(2) je rentrais enfin. Ma mère avait commencé de préparer le repas. Je montais trois marches de l'escalier du grenier; je m'asseyais sans rien dire et, la tête apuyée aux barreau froids de la rampe, je la regardais allumer son feu dans l'étroite cuisine où vacillait la flamme d'une bougie.
  Mais quelqu'un est venu qui m'a enlevé à ces plaisirs d'enfant paisible. Quelqu'un a soufflé la bougie (3) qui éclairait pour moi le doux visage maternel penché sur le repas du soir. Quelqu'un a éteint la lampe autour de laquelle nous étions une famille heureuse, à la nuit, lorsque mon père avait accroché les volets de bois aux portes vitrées. Et celui-là, ce fut Augustin Meaulnes, que les autres élèves appelèrent bientôt le grand Meaulnes.

  Après...

  Dès qu'il fut pensionnaire chez nous, c'est-à-dire dès les premiers jours de décembre, l'école cessa d'être désertée le soir, après quatre heures. Malgré le froid de la porte battante, les cris des balayeurs et leurs seaux d'eau, il y avait toujours, après le cours, dans la classe, une vingtaine de grands élèves, tant de la campagne que du bourg, serrés autour de Meaulnes. Et c'étaient de longues discussions, des disputes (4) interminables, au milieu desquelles je me glissais avec inquiétude et plaisir.
  Meaulnes ne disait rien; mais c'était pour lui qu'à chaque instant l'un des plus bavards s'avançait au milieu du groupe, et, prenant à témoin tour à tour chacun de ses compagnons qui l'approuvaient bruyamment, racontait quelque longue histoire de maraude (5), que tous les autres suivaient, le bec ouvert (6), en riant silencieusement.
  Assis .............

Difficult Words and Phrases :

1.   Cabinet des Archives où l'on conserve les anciens documents se rapportant à l'état civil, ou à l'administration de la commune.
2.   Quand Mme Seurel allumait la bougie dans sa cuisine, le carreau faisait une tache de lumière dans l'obscurité extérieure.
3.   bougie François Seurel parle au figuré : l'intérêt qu'il a porté au grand Meaulnes lui a fait un peu oublier sa mère.
4.   disputes Discussions.
5.   maraude Ici, vol de fruits, ou peut-être même de gibier.
6.   bec ouvert Expression familière : la bouche ouverte, symbole de l'attention. 7.   groupe confus Groupe dans lequel on ne distinguait plus les jeunes gens à cause de l'obscurité.

I. - COMMENTAIRE LITTÉRAIRE

1.   COMPOSITION.
  - a)
La 1ère partie décrit la vie de l'école et de François Seurel avant la venue d'Augustin Meaulnes; la 3e, la transformation de l'école et de la vie de François après la venue de Meaulnes. Le dernier paragraphe de Avant sa venue constitue la 2e partie : étudiez quel lien elle établit entre les deux autres.


source

LE FRANÇAIS EXPLIQUÉ
CLASSE DE SIXIÈME
G. CHAPON   Ancien élève de l'école Normale Supérieure
Professeur de Première
au Lycée Condorcet.
R. VAUQUELIN   Docteur ès lettres.
Professeur
au Collège Moderne Lavoisier.
PARIS   LIBRAIRIE A. HATIER




ANNEXE



Le grand Meaulnes, by Alain-Fournier
Editeur :   Emile-Paul Frères (1913)
I.S.B.N-10 :   B0000DTRXF
www.amazon.fr


DU MÊME AUTEUR



chez les mêmes éditeurs
LETTRES AU PETIT B...
précédées de   LA FIN DE LA JEUBESSE
par CAUDE AVELYNE

LETTRES A SA FAMILLE

A la   N.R.F.
MIRACLES.
CORRESPONDANCE AVEC JACQUES RIVIÈRE


LIENS



Wikipédia
Alain-Fournier

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog