Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 16:08

Les vacances by, Comtesse de SEGUR



Présentation de l'Editeur


 

    CAMILLE, Madeleine, Sophie, Léon, Jacques, Jean, Paul et Marguerite forment une bande joyeuse au châteu de Fleurville. Ils se livrent à la joie des grandes vacances, promenades, pêche à la ligne, construction de cabanes, etc., où se révèlent déjà le caractère de chacun.
  Mais les enfants en vacances n'échappent pas aux exigences de la vie, ni à ses drames.
  Vols, accident, retour de naufragés, arrestations, nouveaux riches arrogants, défense d'un garçon persécuté, les occasions ne manqueront pas aux héros de montrer leur courage et leur coeur, d'affirmer leur personnalité, d'apprendre en somme à devenir des hommes.



A MON PETIT-FILS

JACQUES DE PITRAY

Très cher enfant, tu es encore trop petit pour être le petit JACQUES des VACANCES, mais tu seras, j'en suis sûre, ausi bon, aussi aimable, aussi généreux et aussi brave que lui. Plus tard, sois excellent comme PAUL, et, plus tard encore, sois vaillant, dévoué, chrétien comme M. DE ROSBOURG. C'est le voeu de ta grand-mère , qui t'aime et qui te bénit.

COMTESSE DE SÉGUR,
née ROSTOPCHINE.
Paris, 1858.

FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE






Titre :   Les vacances
Auteur :   Comtesse de   SÉGUR
Edition :   LIBRAIRIE   HACHETTE ET Cie     1911

Bibliothèque rose illustrée

NOUVELLE ÉDITION

OUVRAGE ILLUSTRÉ DE 36 VIGNETTES
PAR BERTALL
noir & blanc pleine page et in texte, annotées.

Il lui prit les mains avec affection.
« Donne du lait tout chaud à ces messieurs. » (P. 17.)
« Pas si bête que de marcher vers la prison. »
La mère Martin prend la toile et l'examine.
Jean, effrayé, cherchait sur les arbres.
Ils ne trouvèrent que le frère, à moitié idiot.
Bernard, le poing fermé,avance sur Nicaise.
Un bon goûter chez M. le curé. (Page 83.)
Biribi mangeait avec avidité une terrine de soupe.
« Il a couru comme si le diable courait après lui. »
« Mon père! mon père! » répéta Lucie en se jetant à son cou.
Il se mit à genoux près d'elle. (Page 145.)
« Au milieu d'eux marchait un homme qui paraissait être leur chef. »
« Les sauvages ne purent contenir leur joie et leur admiration. »
« Je vis mon fils se dévouant à la mort pour me sauver. »
« Nous courûmes au ministère de la marine. »
« Grâce, mon bon monsieur, grâce! »
« Avez-vous de quoi nous loger, l'hôtesse? »
« Un homme de haute taille, revêtu d'une armure. » (P. 241.)
« Que mademoiselle devienne ce qu'elle voudra avec ses brodequins de satin rose... »
Paul donnait un coup de pied à un quatrième.
Edvije Brgnprzevska.
Sophie vit des larmes couler entre ses doigts.
Une demi-heure après, le curé arriva. (P. 305.)


68079. - Imprimerie LAHURE, 9, rue de Fleurus, à Paris

Reliure :   Cartonnée illustrée doré à chaud in recto
Nombre de pages : 315   tranches dorées       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   445 grammes     Format :   12 x 18 cm
I.S.B.N :   NON               Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l' Editeur




EXTRAIT   Les vacances by Comtesse de Ségur   page 236


Les Vacances by, Comtesse de SEGUR-image




  «Le maréchal, à peine remis d'une blesure affreuse reçue à la bataille de Laufeld, où il avait eu le bras emporté par un boulet de canon, quittait encore une fois la France pour retourner en Allemagne reprendre le commandement de sa division. Il voyageait lentement, comme on voyageait du temps de Louis XV; les chemins étaient mauvais, on couchait toutes les nuits, et les auberges n'étaient pas belles, grandes et propres comme elles le sont aujourd'hui. Un orage affreux avait trempé hommes et chevaux, quand ils arrivèrent un soir dans un petit village où il n'y avait qu'une seule auberge, de misérable apparence.
  « Avez-vous de quoi nous loger, l'hôtesse, moi, mes gens et mes chevaux? » dit-il en entrant.
« Ah! monsieur, vous tombez mal : l'orage a effrayé les voyageurs; ma maison est pleine; toutes mes chambres sont prises. Je ne pourrais loger que vos chevaux et vos gens. Ils coucheront ensemble sur la paille. - Mais je ne puis pourtant pas passer la nuit dehors, ma brave femme! Voyez donc : il pleut à torrents. Vous trouverez bien un coin à me donner. »
« L'hôtesse parut embarrassée, hésita, tourna le coin de son tablier, puis, levant les yeux avec une certaine crainte sur le maréchal, elle lui dit :
« Monsieur pourrait bien avoir une bonne chambre et même tout un appartement; mais...


Reproduction interdite





ANNEXE



Les vacances, by Comtesse de SEGUR
Editeur :   Hachette (1911)
A.S.I.N :   B001BR4OYE
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Les vacances

Wikipédia  
Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur

Bibliographie
Comtesse de SÉGUR

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog