Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 14:07

      LE LOUP ET L'AGNEAU

La raison du plus fort est toujours la meilleure;(¹)
Nous l'allons montrer tout à l'heure.

Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un Loup survient (²) à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.

« Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
Dit cet animal plein de rage;
Tu seras châtié de ta témérité.

- Sire, répond l'Agneau, que votre Magesté
Ne se mette pas en colère;
Mais plutôt qu'elle considère,
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle;
Et que par conséquent en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.

- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
- Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né?
Reprit l'Agneau; je tette encore ma mère.
- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point. - C'est donc quelqu'un des tiens:
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens;
On me l'a dit : il faut que je me venge. »

Là-dessus au fond des forêts
Le Loup l'emporte; et puis le mange
Sans autre forme de proçès.



  (¹) Ironie. (AIMÉ-MARTIN.)
- La Fontaine est bien loin de penser avec cette latitude. La raison du plus fort est toujours la plus heureuse, la plus puissante, celle qui l'emporte; et c'est ce qu'il se propose de faire voir. (Ch NODIER.)
- On ne peut pas perdre de vue que La Fontaine est un censeur adroit; et, en réfléchissant un instant, on voit que, loin d'approuver la force brutale, il la stigmatise. Partant de ce principe, on doit dire ce premier vers avec un sourire sardonique. (DUQUESNOIS.)
Cette fable, qui met en évidence une triste vérité d'observation, présente un côté très-moral : elle prouve que le méchant se sent responsable de ses mauvaises actions, puisqu'il se croit obligé de les justifier, même quand rien ne l'empêche de les commettre.

- (²) L'agneau est chez lui; c'est le loup qui survient. (GUILLON.)

- Jugez de l'absurdité du mot “ mon breuvage ” son breuvage, l'eau d'un ruisseau qui coule dans la prairie! (SOLVET.)

à suivre



source = ÉTUDES sur LA FONTAINE par B. VAN HOLLEBEKE
LIBRAIRIE PICARD-BERNHEIM & Cie



Explications - Une onde pure : un ruisseau bien clair. - Survint : arrive et surprend l'agneau - Cherchait aventure : en quête d'une proie - Reuvage : boisson (abreuvoir, abreuver) - Témérité : grande audace, extrême hardiesse. - Sire : l'agneau, pour plaire au loup, lui parle comme à un roi. - Considére : qu'elle examine, qu'elle fasse attention.



source = L'ÉCOLE NOUVELLE
Lectures Élémentaires illustrées
POUR LES ENFANTS DE 7 A 10 ANS
Par E. DEVINAT
LIBRAIRIE DELAGRAVE   1928

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog