Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 16:09
Waterloo by, ERCKMANN-CHATRIAN



Présentation de l'Editeur





Néant





FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir



Titre :   Waterloo
Auteur :   ERCKMANN - CHATRIAN
Edition :   HACHETTE  

BIBLIOTHEQUE VERTE

ILLUSTRATIONS ÉMILIEN DUFOUR
noir & blanc pleine page hors-texte, annotées.

LE PÈRE GOULDEN ME FAISAIT RACONTER NOS BATAILLES.
LES ÉMIGRÉS RENTRAIENT EN COSTUMES SURANNÉS.
DES PRISONNIERS REVENAIENT VÊTUS D'UNIFORMES USÉS.
« CETTE MONTRE VAUT PLUS DE MILLE FRANCS. »
CATHERINE ME SUPPLIA DE NE PAS L'ABANDONNER.
LES SOLDATS S'ÉLANÇAIENT DANS L'ESCALIER.
DANS LES RUES LES MORTS ÉTAIENT ÉTENDUS.
DES MARAUDEURS FOUILLAIENT LES BLESSÉS ET LES MORTS.
UNE GRANDE RUMEUR S'ÉLEVAIT DU CHAMP DE BATAILLE.
LES TROUPES, LES BAGAGES SE TRAÎNAIENT PÊLE-MÊLE.
« JOSEPH, DISAIT CATHERINE,JE SAVAIS QUE TU REVIENDRAIS. »


IMPRIMERIE
HACHETTE
9, rue Stanislas
6 - 34. - PARIS

Poids :   255  grammes     Nombre de pages : 250

Livre épuisé chez l' Editeur

Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.
Copyright by Librairie Hachette, 1934.

Reliure :   Cartonnée percaline verte
Titre en lettres dorées à chaud

TABLE DES MATIÈRES :  NON

Format :   125 x 170 mm
I.S.B.N :   NON                     Code Barre = EAN :   NON


EXTRAIT





  Enfin, depuis un moment, elle avait passé, la procession venait de faire halte sur la place d'Armes, devant le grand reposoir, à droite de l'église; M. le curé officiait, le silence s'étendait sut toute la ville. Dans les petites ruelles, à droite et à gauche, tout se taisait comme si on avait pu voir le prêtre à l'autel, un grand nombre s'agenouillaient, d'autres se reposaient sur les marches des maisons, car la chaleur était excessive et plusieurs étaient partis avant le jour. Ce spectacle me touchait, je priais pour l patrie, pour la paix, pour tout ce que je sentais en moi, et je me souviens que dans ce moment même des voix s'entendaient au bas du talus, sous la porte d'Allemagne, des voix qui disaient d'un ton de bonne humeur :


Waterloo by, ERCKMANN-CHATRIAN-image

Reproduction interdite


  « Allons... Allons... un peu de place, mes amis! »
  La procession barrait la route, les voyageurs se trouvaient arrêtés, et ces voix troublaient un peu le recueillement de la multitude. Quelques personnes, devant la porte, se dérangeaient; le suisse et le bedeau regardaient de loin; moi-même, par curiosité, je m'étais un peu rapproché de la rampe, sous le hangar. Alors, cinq ou six vieux soldats, tout blancs de poussière, les épaules courbées et l'ait abîmé de fatigue se glissèrent contre le talus, pour gagner la ruelle de l'Arsena, où sans doute ils espéraient trouver le passage libre. Je crois encore les voir avec leurs souliers usés, leurs guêtres blanches, le vieil uniforme rapiècé, et le lourd shako défoncé par la pluie, le soleil et les misères de la campagne; ils s'avançaient à la file, un peu sur le gazon de la rampe, pour gêner le moins possible les gens assis en bas; un vieux à trois chevrons, qui marchait devant, m'attendrissait le cœur; il avait les longues moustaches grisonnantes, les joues creuses et l'air content, malgré les souffrances et l'infortune; il souriait, un petit paquet au bout de son bâton, et disait tout bas : « Faites excuse; mesdames et messieurs, faites excuse. » Les autres le suivaient pas à pas. C'étaient les preiers prisonniers que nous rendait la convention du 23 avril; depuis, nous en avons vu passer tous les jours jusqu'en juillet. Ceux-là sans doute avaient doublé les étapes pour revoir plus tôt la France.





ANNEXE



amazon   Editeur :   Hachette
A.S.I.N :   B0000DMPJI


LIENS



WIKIPÉDIA  Erckmann-Chatrian
alalettre.com

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog