Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 10:37
Anna Bolton by, Louis BROMFIELD



Présentation de l'Editeur



Néant







FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir



TITRE :   Anna BOLTON
Auteur :   Louis   BROMFIELD
Edition :   BRENTANO'S    


Roman

Traduit de l'Anlais
par
ROBERT LANGE

Copyright 1944 by
BRENTANO'S, Inc.
586   FIFTH AVENUE
NEW YORK,   N. Y.

« Copyright under the Articles of the Copyright
Conventions of the Pan-Americain Republics and
the United States. »


ACHEVE D'IMPRIMER
LE 31 OCTOBRE 1946
SUR LES PRESSES DE L'IMPRIMERIE SCRIPTA
28, RUE DES MEGISSIERS,   BRUXELLES


Imprimé en Belgique

Reliure :   Relié sur carton souple, à dos carré.
Feuilles coupées main.
Nombre de pages : 279   TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   225 grammes     Format :   125 x 180 mm
I.S.B.N :   NON                Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur



ANNEXE




NOTE DE L'EDITEUR

  Le texte original de cet ouvrage a paru il y a quatre mois aux Etats-Unis sous le titre : What became of Anna Bolton. Le livre prit rapidement sa place sur le palmarès des « best sellers », c'est-à-dire sur la liste des ouvrages à succès, établie d'après les résultats statistiques de la vente des livres dans les principales librairies de l'Atlantique au Pacifique.

  L'usage aux Etats-Unis exige qu'on classe les livres en deux catégories : « fiction » et « non fiction ».
Anna Bolton est inscrite dans la première mais, en réalité, l'ouvrage trouve sa place dans l'une et l'autre catégorie. Cela explique son succès, car Louis Bromfield en écrivant What became of Anna Bolton a suivi ce principe posé par Horace dans l'Art Poétique que « la fiction pour plaire doit être près de la réalité ».

  La vie de Louis Bromfield explique pourquoi, avec un talent aujourd'hui universellement apprécié, il a pu mettre une telle couleur de vérité dans le récit de la vie de
Anna Bolton depuis sa naissance dans les bas-fonds d'un village de l'Ohio jusqu'à sa réception par la haute socièté londonienne et son arrivée, puis son séjour en France alors que la Résistance commençait à s'organiser contre l'envahisseur.

  L'auteur a séjourné dans de nombreux pays et il a compris la mentalité des habitants de chacun d'eux.Il l'a prouvé aussi bien lorsqu'il parlait des Indes, en
1937, dans The Rains Came   (La Mousson, en français), que lorsqu'il décrivait, en 1943, certains aspects de la vie sociale américaine dans Mrs. Parkington ou qu'il parlait des choses de France dans Until the Day Break.

  Né en 1896 dans l'Etat d'Ohio, il vint pour la première fois en France en 1917 avec le Corps Expéditionnaire Américain. Dès 1923 il s'installa à Paris d'abord, puis à Senlis où il acquit un vieux presbytère. L'Oise prit dans sa vie la place que l'Ohio avait tenue dans son enfance.

On rencontre rarement un écrivain aussi attaché, de toutes manières, à la terre et à ses problèmes. En France il était aussi fier de sa place dans l'Ordre de la Légion d'Honneur que de son titre de seul Membre Honoraire étranger de la Socièté des Jardins Ouvriers de France. Aux Etats-Unis il est un gros fermier et un des animateurs de puissantes associations de défense des intérêts ruraux. Il a fait de son grand domaine dans l'Ohio, « Malabar Farme », une ferme coopérative où les machines agricoles les plus modernes n'ont cependant pas chassé les chevaux, ses amis, et où, à côté des champs de grande culture on trouve un potager dans lequel poussent les fines herbes françaises, l'estragon et le cerfeuil, rares de ce côté de l'Atlantique.

  Louis Bromfield, dès son retour aux Etats-Unis, utilisa toutes les forces de son amour de la France et toutes les ressources de son talent, pour faire comprendre aux Américains que les Français n'avaient que « perdu une bataille » et que ses compatriotes devaient apporter à ces derniers, leurs alliés naturels, historiques et indispensables, toute l'aide possible. Il fut un des premiers adhérents au mouvement gaulliste aux Etats-Unis et en
1941, avec Robert Lange, il fonda à New-York le French American Club.

  Robert Lange, reporter international, a, comme Louis Bromfield et le héros de son livre David Sorrell, visité toutes les capitales européennes. Il a été témoin de la tragédie de l'exode. L'auteur ne pouvait pas choisir un ami mieux qualifié pour traduire à la fois son texte et sa pensée et présenter au lecteur français un portrait fidèle d' Anna Bolton, la jeune et belle Américaine sur laquelle la France exerça son influence bienfaisante.


signé = Robert Tenger


New-York
Août
1944




amazon   Editeur :   BRENTANO'S
Langue :   Français
A.S.I.N :   B000O6M8VY


LIENS



Wikipédia  Louis Bromfield

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog