Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 06:57

La petite soeur de Trott by, André LICHTENBERGER




Présentation de l'Editeur




  Néant







FICHE TECHNIQUE DU LIVRE




Titre :   La petite soeur de Trott
Auteur :   André   LICHTENBERGER
Edition :   Paris   Nelson, Éditeurs
25, rue Denfert-Rochereau
1936

Première édition de « La petite Sœur de Trott » : 1898.

IMPRIMERIE NELSON, ÉDIMBOURG,   ÉCOSSE
IMPRIMÉ EN GRANDE-BRETAGNE


Reliure :   Relié sur couverture cartonnée couleur bleue
Nombre de pages : 184   doré sur tranche supérieure
TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   210 grammes     Format :   105 x 155 mm
I.S.B.N :   NON                Code Barre = EAN :   NON

PRINTED IN GREAT BRITAIN

Livre épuisé chez l'Editeur




Extrait   La petite soeur de TROTT, by André LICHTENBERGER


  Les enfants, si gracieux dans leurs ébats, ont besoin d'autre chose que de chansons et de danses. Tout petits, ils exigent, souvent avec une tyrannie inquiète, la tendresse de leurs parents.
  André Lichtenberger (né à Strasbourg, 1870-1941) a donné une analyse profonde et fine des émotions enfantines en plusieurs romans, dont certains sont connus de toute l'Europe : Mon petit Trott, La petite sœur de Trott, Le petit roi.


  Trott se croit délaissé par son papa et sa maman depuis l'arrivée d'une petite sœur : à son retour de promenade, il n'a reçu qu'un baiser rapide de sa maman, retenue près de Lucette; son papa ne s'est guère plus occupé de lui. Il s'imagine qu'on ne l'aime plus.

  Trott s'est rencogné dans son coin, et sa mélancolie s'est faite plus noire. C'est sûr maintenant, tout à fait sûr, qu'on ne l'aime plus. Autrefois, quand il était méchant, on le grondait un peu, et puis c'était fini; on l'embrassait plus fort, et c'était presque très bon d'avoir été grondé. Maintenant on le gronde plus sévèrement et on le caresse plus du tout. Que faire? dire qu'autrefois on l'aimait tant, tant, tant! Et quand il a été malade, c'est comme si on l'avait aimé plus encore. Est-ce que si Trott était malade maintenant, peut-être que...
  C'est une idée. On a emporté bébé. Personne ne regarde. Papa et maman parlent à mi-voix. D'un bond Trott est debout sur sa chaise. Il appuie ses deux mains sur le dossier et se donne une bonne poussée. La chaise s'écroule avec un fracas épouvantable, et Trott roule sur le plancher au milieu de la chambre.
  Maman pousse un cri perçant. Papa se précipite vers Trott, le relève et se dépêche de regarder son front. Mais maman veut l'avoir à elle; elle s'empare de lui, le pose sur ses genoux, le dorlote, le caresse, l'appelle son cher petit maladroit. Trott pleure de joie et de douleur : car il a une belle bosse au front.
  « Comment as-tu donc fait pour te jeter par terre, mon pauvre bonhomme? »
  Trott ne peut pas répondre. Il pleure trop. Enfin, il articule entre deux sanglots :
  » Je... je l'ai fait exprès. »
  Papa et maman se regardent avec stupeur. Qu'est-ce que ça veut dire?
  Il ne faut jamais mentir. Quoique ce soit difficile, surtout quand on a tant de larmes à écouler, Trott explique. Il a voulu savoir si sa maman et son papa ne l'aimaient plus du tout. Il sait bien qu'on ne peut plus l'aimer, lui qui est vieux, comme sa petite sœur qui est neuve. Mais il croyait qu'on pouvait tout de même l'aimer encore un peu. Il voulait savoir. Alors, maintenant, il est bien content, bien content, quoique... Les cataractes redoublent de violence.
  Maman passe un bras autour du cou de Trott et lui tamponne les yeux. Papa lui tient les mains dans les siennes. Ils sourient tous les deux, mais avec un sourire particulier, encore plus tendre. Et une musique de paroles très douces vient caresser les oreilles et le cœur de Trott. Et il apprend une nouvelle étonnante. Il paraît qu'on l'aime tout autant qu'avant, et même tout autant que Lucette. Seulement Lucette est toute petite. Elle ne peut rien dire. Elle n'a pas de force. Alors il faut veiller sur elle. Tandis que Trott est un grand garçon. Mais on l'aime tout autant, bien sûr, tout autant. Papa soulève son petit garçon dans ses bras, lui plante un gros baiser sur chaque joue et interroge, le regardant bien en face :
  « On est consolé, maintenant, mon bonhomme? »
  Et Trott répond, les yeux rouges enore et la bouche souriante :
  « Oh oui! mais, tout de même, je suis bien content que je me sois fait une grosse bosse. »

Difficult Words and Phrases :

rencogné : 1.   S'est serré dans un coin.     mélancolie : 2.   Mélancolie vient d'un mot grec qui signifie bile noire. Tristesse vague. La tristesse de Trott est devenue plus profonde, plus chagrine.     neuve : 3.   Qui vient de naître.   Les cataractes : 4.   Le radical signifie tomber. Chute d'une rivière qui se précipite d'une grande hauteur. Les larmes abondantes et violentes sont comparées plaisamment à une chute d'eau.


source

LE FRANÇAIS EXPLIQUÉ
CLASSE DE SIXIÈME
G. CHAPON   Ancien élève de l'école Normale Supérieure
Professeur de Première
au Lycée Condorcet.
R. VAUQUELIN   Docteur ès lettres.
Professeur
au Collège Moderne Lavoisier.
PARIS   LIBRAIRIE A. HATIER




ANNEXE


La petite soeur de TROTT, by André LICHTENBERGER
Editeur :   Nelson, Editeur (1928)
A.S.I.N :   B001C51TSY
www.amazon.fr

LIENS



Wikipédia
André LICHTENBERGER

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog