Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 11:59

La bataille by, Claude FARRERE




Présentation de l'Editeur







CE LIVRE EST RESPECTUEUSEMENT DÉDIÉ A MES CAMARADES LES OFFICIERS DE MARINE FRANÇAIS.





FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


 

Agrandir



Titre :   La Bataille
Auteur :   Claude   FARRÈRE
DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
Edition :   CALMANN-LÉVY  
Collection :   pourpre

roman


BRODARD TAUPIN
Coulommiers (France)

Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
réservés pour tous pays, y compris la Russie.
Copyright Librairie Gallimard, 1933.

Reliure :   Reliure élégante et solide en simili-cuir pourpre avec titre doré au dos.
Nombre de pages : 248   TABLE DES MATIÈRES : NON

Livre épuisé chez l'Editeur


Poids :   200 grammes     Format :   115 x 255 mm
I.S.B.N :   NON               Code Barre = EAN :   NON


EXTRAIT


La bataille by, Claude FARRERE -image

 




  La maison de bois, large et basse, appuyait sa véranda sur de simples troncs polis. Entre deux de ces colonnes rustiques, au sommet d'un petit perron, la porte s'ouvrait, et, dès le seuil, les nattes étalaient leur blancheur sans tache.
  Felze, instruit des usages, entreprit d'ôter ses chaussures. Mais la servante, déj reprosternée, front contre terre, respectueusement l'en empêcha.
  " Ah bah! murmura Felze étonné : on garde ses souliers, chez une marquise japonaise?"
  Vaguement déçu dans ses goûts d'exotisme, il se résigna à n'ôter que son chapeau, un feutre clair, à bords immenses, qui coiffait à la Van Dyck sa tête de vieil homme impétinent, sa tête enthousisate, quoique grise, d'artiste véritable, devenu illustre, resté rapin.
  Et Jean-François Felze, tête nue et pieds chaussés, pénétra dans le salon de la marquise Yorisaka.
  ... Un boudoir de Parisienne, très élégant, très à la mode, et qui eût été banal à souhaît, partout ailleurs qu'à trois mille lieues de la plaine Monceau. Rien n'y décelait le Japon. Les nattes elles-mêmes, les tatami nationaux, épais et mœlleux plus qu'aucun tapis au monde, avaient cédé la place à des carpettes de haute laine. Les murs étaient vêtus de tapisseries pompadour, et les fenêtres, - des fenêtres à vitres de verre! - drapées de rideaux en damas. Des chaises, des fauteuils, une bergère, un sopha remplaçaient les classiques carreaux de paille de riz ou de velors sombre. Un grand piano d'Erard encombrait tout un angle; et, face à la porte d'entrée, une glace Louis XV s'étonnait, sans nul doute, d'avoir à refléter des frimouses jaunes de mousmés, et non plus des mimois de fillettes françaises.


Reproduction interdite






ANNEXE



La bataille by, Claude FARRERE
Editeur :   Gallimard (1921)
A.S.I.N :   B0000DMWQ9
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Claude FARRÈRE

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog