Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 08:05
Les Oberlé by, rené BAZIN



Présentation de l'Editeur





Néant








FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE



Agrandir

Titre :   Les Oberlé
Auteur :   René   BAZIN
DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
Edition :   CALMANN-LÉVY  

Collection :   pourpre


— Dépal légal 151 —

Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation
réservés pour tous pays.

Reliure :   Reliée sur cartonnage
Titrage doré à chaud inscrit au dos
Nombre de pages : 249   TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   240 grammes     Format :   115 x 255 mm
I.S.B.N :   NON                Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur


TABLES DES CHAPITRES



I. - Nuit de février en Alsace.   1
II. - L'examen.   27
III. - La première réunion de famille.   45
IV. - Les gardiennes du foyer.   64
V. - Les compagnons de route.   77
VI. - La frontière.   90
VII. - La vigile de Pâques.   100
VIII. Chez Carolis.   124
IX. - La rencontre.   137
X. - Le dîner chez le conseiller Brausig.   149
XI. - En suspens.   166
XII. - La récolte du houblon.   170
XIII. - Les remparts d'Obernai.   201
XIV. - Le dernier soir.   217
XV. - L'entrée au régiment.   223
XVI. - Dans la forêt des Minières.   242


EXTRAIT



Les Oberlé by, René BAZIN -image-70-150



  M. Ulrich descendit un dernier raidillon. Quelques pas encore, et les écrans de baliveaux et de brouissailles qui cachaient l'espace furent franchis. Le ciel entier se dévoilà et, en dessous, devant, à gauche, à droite, quelquechose d'un bleu plus doux et plus brumeux, qui était la terre d'Alsace. l'odeur des guérets et des herbes mouillées par la rosée se levait du sol, moison de la nuit. Le vent la poussait, le vent froid, passant famillier de cette plaine, compagnon vagabond du Rhin. On ne pouvait distinguer aucun détail dans l'ombre où dormait l'Alsace, si ce n'est, à quelques centaines de mètres, des lignes de toits ramassés et pressés autour d'un clocher gris, tout rond d'abord et terminé en pointe. c'était le village d'Alsheim. M. Ulrich se hâta, retrouva bientôt le cours du torrent, devenu un ruisseau rapide, qu'il avait côtoyé dans la montagne, le suivit, et vit se dégager, haute et massive, dans son parc d'arbres dépouillés par l'hiver, la première maison d'Alsheim : celle des Oberlé.
  Elle était bâtie à droite de la route, dont elle était séparée d'abord par un mur blanc, puis par le ruisseau qui traversait le domaine sur plus de deux cents mètres de longueur, fournissant l'eau nécessaire aux machines, et coulant ensuite, agrandi et dirigé savamment, parmi les arbres, jusqu'à la sortie. M. Ulrich franchit la large grille en fer forgé qui ouvrait sur la route, puis le pont, et, passant devant le petit chalet du concierge, laissant à droite les chantiers pleins de bois amoncelés, de planches levées en croix, de perches, de hangars, il prit à gauche l'avenue qui tournait entre les massifs et la pelouse, et arriva devant le perron d'une maison à deux étages, mansardée, construite en pierre rouge de Saverne et qui datait du milieu du siècle. Il était 8 h. 1/2. Il monta vivement au premier, et frappa à la porte d'une chambre.
  Une voix jeune répondit :
  "Entrez!"


Reproduction interdite






COUVERTURES



Les Oberlé by, rené BAZIN   Les Oberlé by, rené BAZIN



ANNEXE



Les oberlé, by René BAZIN
Editeur :   Ed.Calmann-Lévy (1938)
A.S.I.N :   B0000DP94F
www.amazon.fr

LIENS



Wikipédia
René BAZIN

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog