Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 08:13

La maison du péché by, Marcelle TINAYRE




Présentation de l'Editeur




Néant


A MON AMIE MARCELINE HENNEQUIN

(ECCLÉSIASTE, IX.)


 

  « Qu'en tout temps tes vêtements soient blancs et que l'huile parfumée coule sur ta tête. Jouis de la vie avec la femme que tu aimes, durant les jours rapides que Dieu t'a donnés sous le soleil, - car il n'y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse dans le séjour des morts où tu vas en hâte... »




FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir


Titre :   La maison du péché
Auteur :   Marcelle   TINAYRE
Edition :   Calmann - Lévy  

Collection :   pourpre


- Dépôt légal 100 -

Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Paris-Coulommiers
6768 - 2 - 1948

Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.
Copyright by Calmann-Lévy éditeurs, 1924.

Reliure :   Reliée sur cartonnage
Nombre de pages : 256   TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   215 grammes     Format :   115 x 170 mm
I.S.B.N :   NON                Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur



EXTRAIT   La maison du péché by, Marcelle TINAYRE


La maison du péché by, Marcelle TINAYRE -image-70-150

 




  A pas lents, sur la terrasse, M. Forgerus marchait. Un rayon dorait obliquement les troncs des tilleuls et l'on entendait chanter les cloches égères. La salutation angélique montait comme la voix virginale de cette aube et de ce printemps. La ville étalée en croix sur la pente, l'horizon de bois et de collines semblaient transparents, irréels, peints en grisaille sur une gaze d'azur. Les nuances incertaines du vert et du mauve, les roses naissants s'y confondaient par des transitions si délicates que les yeux séduits ne s'attardaient point à les reconnaître : ils n'en retenaient qu'une impression d'ensemble, la douceur d'une vision bleue, suavement bleue, prête à s'évanouir.
  "Hé! cria quelqu'un, vous voilà bien matineux, monsieur le maître!"
  Forgerus aperçut Jacquine, agenouillée près d'un carré de verdure. Il remarqua le visage singulier de cette femme, son nez mince et courbé, ses sourcils touffus, ses yeux d'or, un peu enfoncés, fixes et fascinants comme les yeux des chouettes.
  " Vous avez faim, peut-être?... je vas vous porter votre déjeuner.
  - Je ne prends rien avant midi, Jacquine. Ne vous inquiétez pas de moi.
  - Pourquoi? dit-elle, d'un air méfiant. C'est par dévotion?"
  Forgerus sourit :
  "Peut-être...
  - Comme madame, alors... Oui, vous êtes un homme pieux, et madame est une sainte. On l'appelle la Sainte, dans le pays. Mais, dites voir, est-ce que vous lui permettrez de déjeuner, au petit fieu?


Reproduction interdite






ANNEXE



La maison du péché by, Marcelle TINAYRE
Editeur :   Calmann-Lévy
A.S.I.N :   B0000DP57K
www.amazon.fr

LIENS



Wikipédia
Marcelle TINAYRE

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog