Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 13:42

A jeter aux chiens, by Dorothy HUGHES



Présentation de l'Editeur


 

  Il savait qu'il n'aurait jamais dû prendre une auto-stoppeuse au bord de la route. Mais il ne pouvait en toute conscience abandonner cette jeune fille à la tombée de la nuit, en lisière du désert.
  Et pourtant...



FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE


 



Titre :   A jeter aux chiens
Auteur :   Dorothy   HUGHES
Edition :   GALLIMARD     nrf

TRADUIT DE L'AMRICAIN
PAR RAOUL HOLZ


Titre original :

THE EXPANDABLE MAN

Panique 21

Dépôt légal : 1er trimestre 1964    
- N° d'éd. 10077. - N° d'Imp. 1 472. -

Imprimé en France

ACHEVÉ D'IMPRIMER LE
20 JANVIER 1964 SUR LES
PRESSES DE L'IMPRIMERIE
BUSSIÈRE, SAINT-ARMAND (CHER)


Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
résevés pour tous les pays, y compris l'U. R. S. S.

© 1963, by Dorothy B. Hughes
© 1964, Éditions Gallimard.
  pour la traduction française

Reliure :   Broché sur carton souple
Nombre de pages : 188         TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   129 grammes             Format :   120 x 185 mm
I.S.B.N :   NON                       Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur


COUVERTURES


 

A jeter aux chiens, by Dorothy HUGHES       A jeter aux chiens, by Dorothy HUGHES




ANNEXE



A jeter aux chiens, by Dorothy HUGHES
Editeur :   Gallimard Saint-Amand, impr. Bussière (1964)
A.S.I.N :   B0014VDA4M
www.amazon.fr


EXTRAIT   A jeter aux chiens, by HUGHES   page 49


 



  Le mariage se déroula dans une atmosphère de bonheur paisible. Il y eut de belles paroles paroles prononcées par le grand-père, les inévitables minutes d'émotion, puis l'allégresse générale. Hugh s'efforça d'y participer, mais si, par instants, il échappait à son anxiété, c'était pour contempler Ellen parmi les demoiselles d'honneur, vêtues de tulle feuille morte. Enfin, l'on découpa le chef-d'œuvre de grand-mère, une énorme pièce montée blanche, et on porta les toasts traditionnels. Hugh se limita à une coupe de champagne. Il n'allait pas s'exposer à avoir la tête lourde ce soir.
  A six heures, Clytie jeta son bouquet de mariée du haut de l'escalier fleuri. John avait dû combiner soigneusement leur départ, qui passa inaperçu. Les invités commençaient à s'en aller quand Hugh réussit à rejoindre Ellen dans un coin du salon.
  - Quand vous voudrez, lui murmura-t-il.
  C'étaient les premiers mots qu'il lui adressait depuis le début de la cérémonie.
  - Je suis à vous.
  - Filons en douce. Nous reverrons la famille à l'aéroport. Je dois les y conduire.
  Ellen alla chercher un petit sac brodé et ils s'éclipsèrent discrètement au milieu d'un groupe d'invités.
  - Nous pourrions aller dans ma chambre aux Palmiers, dit Hugh dans la voiture, mais j'aimerais mieux pas.
  Elle comprit à demi mot.
  - Comme vous voudrez.
  Hugh démarra, en surveillant le rétroviseur pour s'assurer qu'il n'était pas suivi. Une fois sorti des faubourgs de la ville, il gagna la campagne de Scottsdale puis, obliquant vers le nord, rejoignit une petite route qui longeait le canal. Il se rangea le long de la berge et coupa le contact. Il n'y avait pas une maison en vue, ni le moindre nuage de poussière annonçant l'approche d'une voiture.
  Il offrit une cigarette à Ellen, en prit une lui-même et les alluma.
  - Il s'agit de cette jeune fille, n'est-ce pas? dit Ellen après un long silence.
  Il se tourna vers elle et la regarda bien en face.
  - Je me doutais que vous aviez deviné.




LIENS



Wikipédia
Dorothy HUGHES

Collection Panique   Gallimard nrf
Voir Liste

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog