Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 13:09

Au bord des ténèbres, by Nedra TYRE



Présentation de l'Editeur


  La directrice de la maison de redressement examina le nouveau professeur : “ Soyez sans cesse sur vos gardes, dit-elle. Ces filles n'ont rien à perdre... ”
  La violence ne tarda pas à se déchaîner. Elles étaient neuf contre une centaine de révoltées... La peur, la méfiance, l'angoisse, pour aboutir finalement au meurtre...



FICHE TECHNIQUE DU LIVRE





Titre :   Au bord des ténèbres
Auteur :   Nedra   TYRE
Edition :   GALLIMARD     nrf

TRADUIT DE L'AMRICAIN
PAR RAOUL HOLZ


Titre original :

HALL OF DEATH

Panique 12

Collection dirigée par
Marcel Duhamel et Henri Robillot.


Dépôt légal : 3e trimestre 1963
- N° d'éd. 9724. - N° d'Imp. 782. -

Imprimé en France

ACHEVÉ D'IMPRIMER LE
22 JUILLET 1963 SUR LES
PRESSES DE L'IMPRIMERIE
BUSSIÈRE, SAINT-ARMAND (CHER)


Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
résevés pour tous les pays, y compris l'U. R. S. S.

© 1963, Éditions Gallimard.

Reliure :   Broché sur carton souple
Nombre de pages : 186         TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   124 grammes             Format :   115 x 180 x 11 mm
I.S.B.N :   NON       Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur


COUVERTURES   année 1963



Au bord des ténèbres, by Nedra TYRE       Au bord des ténèbres, by Nedra TYRE



ANNEXE



Au bord des ténèbres, by Nedra TYRE
Editeur :   Gallimard Saint-Amand, impr. Bussière (1963)
A.S.I.N :   B0014OLE88
www.amazon.fr


EXTRAIT   Au bord des ténèbres, by Nedra TYRE   page 63




  La mine de Lucy, le lendemain matin, n'avait rien pour me rassurer. Et, comme je considérais ses camarades, je lus sur leurs visages une souffrance à peine moins vive. A l'âge où d'habitude les filles s'épanouissent, elles semblaient comme maladivement rabougries.
  Je ne sais trop pourquoi, je fus surprise quand Miss Spinks m'annonça que Johnny quitterait le Centre quelques jours plus tard.
  - Qui décide du départ d'une pensionnaire? demandai-je.
  - Parfois nous. Parfois le tribunal pour enfants. Ou encore les services sociaux quand ils estiment que la situation de la famille s'est améliorée, et que la fille trouvera chez elle ce dont elle a besoin.
  - Qui a statué dans ce cas de Johnny?
  - Le ministère des Affaires sociales. Je les avais pressentis dernièrement. Johnny est ici depuis longtemps. Je ne serai pas fâchée de la voir partir. C'est une forte tête et ne cause permanente de désordre.
  Johnny elle-même ne fut avertie qu'au moment où une voiture l'attendait. C'était mieux ainsi : il n'y aurait pas d'ultimes vengeances, pas d'ententes secrètes sur ce qu'elle pourrait faire, une fois dehors, pour ou contre l'une ou l'autre, et elle n'aurait pas le temps de se pavaner devant ses camarades pour provoquer leur envie.
  Mais j'eus l'impression que, d'une façon ou d'une autre, elle était au courant. Quand la cloche sonna la fin de la de la classe, elle bondit de sa chaise. Son regard était plus insolent que jamais. Elle s'arrêta devant le tableau et prit un morceau de craie, comme pour écrire encore une fois son mot favori. Après avoir hésité quelques instants, elle reposa la craie et s'époussera les mains d'un geste qui semblait nous effacer toutes de sa mémoire. Puis, elle sortit lentement.
  Comme la veille, Lucy était restée à son pupitre.
  Énervée, me reprochant mon impuissance à lui venir en aide, je lui parlai sans douceur. Je lui dis qu'elle savait fort bien qu'elle ne devait pas s'attarder dans la classe après les autres, et je lui ordonnai de partir immédiatement.
  Elle se leva pour m'obéir. La souffrance avait fait d'elle une vieille femme. Elle n'avait plus rien d'enfantin ou de juvénile. Elle donnait l'impression d'une réfugiée venue d'un pays dévasté par la guerre et traumatisée par l'honneur au point d'avoir oublié jusqu'à son nom.
  Elle passa devant moi, la tête haute, soutenue par son amour-propre. Mais à la porte, elle chancela et se mit à pleurer à grands sanglots silencieux qui la secouaient de la tête aux pieds. Soudain, comme si elle avait vu un précipice s'ouvrir devant elle, elle se jeta sur moi et m'aggripa les bras, comme dans la crainte d'être frappée. Puis elle s'abandonna contre moi.




LIENS



Wikipédia
Nedra TYRE

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog