Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 08:32

Cinq jeunes filles en Armorique, by Georges-Gustave TOUDOUZE

 

Présentation de l'Editeur


CINQ jeunes filles intrépides et souriantes constituent l'équipage de la vaillante goélette Aréthuse.
  Que d'aventures elles ont déjà vécues! Des Açores à Capri, de Gibraltar à Venise, elles ont connu tous les périls de la mer, mais aussi toutes ses joies enivrantes.
  Entre l'Irlande et la Bretagne, au large des îles Scilly, la tempête fait rage. Un yacht est en perdition, un bizarre petit voilier qui semble transporte plus de bêtes que de gens! Vite, au secours des naufragés! Et voici l' Aréthuse, transformée en une curieuse Arche de Noé, en route vers une nouvelle aventure...




AVANT PROPOS


  LA SUITE des romans Cinq Jeunes Filles... constitue, dans les ouvrages de Georges Gustave-Toudouze, une série à part composée et réalisée dans le dessein de faire mieux entendre par les jeunes le grand appel de la mer.
  En effet, ancien membre de l'Ecole française archéologique d'Athénes et professeur de l'Enseignement supérieur des Beaux-Arts, historien maintes fois couronné par l'Académie française, G.-G.   Toudouze est aussi un marin navigant dont les livres historiques, les romans, les pièces de théâtres, snt d'un de ces Bretons au sujet desques, un jour, Michelet écrivit : « Ils ne séparent pas la Mer de la Patrie elle-même. » Dès ses débuts, créateurs, avec son ami Jean Charcot, de la Ligue maritime, plus tard mobilisé, en 1914-1918, comme chef technique du Service cinématographique de la Marine nationale, puis attaché permanent à l'état-major civil de l'amiral Lacaze, et de longues années rédacteur maritime aux divers périodiques et collections Hachette, il n'a jamais cessé de vivre vec la mer et les marins et de les glorifier.
  Descendant d'une longue famille de peintres, G.-G Toudouze a le sens de la couleur et de la vie pittoreque : il promène ses héros et héroïnes à travers les pays maritimes qu'il connaît pour y avoir vécu et dont il a conservé la nostalgie; ses personnages sont tous transposés et dessinés d'après des hommes et des femmes qu'il a lui-même rencontrés au cours de ses embarquements en paix et en guerre. Le caractère spécial de son style très personnel donne à ses romans un pittoresque particulier, soit qu'il décrive des navigations paisibles, soit qu'il fasse combattre les équipages contre les fortunes diverses des tempêtes et des aventures.



FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE





Titre :   Cinq jeunes filles en Armorique
Auteur :   Georges-Gustave   TOUDOUZE
de l'Académie de Marine
Grand Prix des Écrivains de la Mer

Edition :   Hachette  

Bibliothèque verte   numéro : 217

ILUSTRATIONS DE HENRI FAIVRE
Couleurs pleine page hors-texte annotées et,
noir & blanc in texte.

« Du calme, du calme, mes amis! » . p. 64
« Les paroles sont inutiles, mon ami. ». p. 96
Séance secrète du Club des Amies des bêtes. p. 160
La petite flottille survolée par le pélican Beg-Hir. p. 192



Dép. lég. 442 - 4e tr. 62 
Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Imprimeur-Relieur
04.209 - I - 11 - 6198

© Librairie Hachette, 1962.
Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   cartonnée illustrée couleurs en recto.
Nombre de pages : 251       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Livre épuisé chez l'Editeur



Poids :   220 grammes   Format :   12x17 cm
I.S.B.N :   NON             Code Barre EAN :   NON


EXTRAIT   Cinq jeunes filles en Armorique, by Georges G.TOUDOUZE   page 62


Cinq jeunes filles en Armorique, by Georges G.TOUDOUZE -image-60-150




  La réponse arrive immédiatement, en deux ou trois aboiements, qui ne sont d'ailleurs ni de colère ni de menace, mais simplement une manière d'explication, cependant que le chat et l'oiseau se serrent davantage contre la fourrure de leur gros compagnon.
  « Tu as une très belle voix, mon beau camarade, riposte Paulette, mais je ne te saisis pas bien, car j'ai oublié mon lexique français-chien à terre. »
&nbspLa brunette n'a pas le temps d'en dire d'avantage, car, sans doute tiré de son sommil par l'éclat des aboîements, du panneau du carré surgit brusquement le naufragé qui, tout échevelé, se jette en avant, les mains tendues. Et c'est tout de suite une bousculade qui manque de renverser les deux jeunes filles et le biquet effaré. Entre ses grosses pattes, le terre-neuve a saisi le jeune réchappé du naufrage qui, de son côté, étreint le chien dont la langue lui lèche le visage à coups répétés. Tandis que le chat bondit d'un élan et, grimpe aux épaules du garçon, multiplie les coups de tête en leine figure sur la nuque, et sur les oreilles. Plus maladroit sur ses pattes palmées, le grand oiseau de mer donne des coups de bec aux genoux du garçon en poussant de petits gémissements... Toute une cacophonie au milieu de laquelle dominent ces mots joyeusement articulés :
  « Du calme, du calme, mes amis!... Ar-men, tu m'étouffes!... Tricolore, tu me griffes!... Beg-Hir, tu m'égratignes!... Oui, c'est moi, c'est bien moi! Nous voilà tous tirés d'affaire... je suis là, et vous aussi, je ne sais pas trop comment; mais nous y sommes... »
  Mais demander du calme à ces trois bêtes folles de joie est chose impossible. D'autant que, à son tour réveillée par ce tumulte, et malgré que les jumelles Trévarec et Martiale aient certainement essayé de la retenir, la naufragée apparaît à son tour. Riant et pleurant, dans le désordre de sa chevelure blonde flottante et de sa tenue garçonnière de jeune matelot, elle bondit : et autour d'elle la bruyante mêlée recommence.
  Laissant échapper Corfou, Paulette a couru à Martiale :
  « Cap'taine, cap'taine!... c'est insensé... c'est fou... c'est absurde... mais, ou je perds la tête... ou je les reconnais, tous, moi.
  - Et moi aussi, cap'taine, crie Anne, je les reconnais...
  - Vous reconnaissez qui, quoi, commnt, pourquoi? » balbutie la maîtresse à bord après Dieu, qui ne comprend rien, absolument rien à tous ces éclats de voix, et à tous ces gestes désordonnés des deux naufragés réveillés en sursaut et entourés de ces bêtes inconnues dans une manifestation d'affection délirante.
  « Mais si..., mais si..., regarde, écoute, reconnais-les... insistent à la fois Anne et Paulette...
  - Ce sont eux... aucun doute possible...
  - Mais enfin, qui : EUX? » jette Martiale, qui continue à ne pas comprendre.
 


Reproduction interdite





COUVERTURES


 

 Cinq jeunes filles en Armorique, by Georges G.TOUDOUZE       Cinq jeunes filles en Armorique, by Georges G.TOUDOUZE




ANNEXE


Cinq jeunes filles en Armorique, by Georges G.TOUDOUZE
Editeur :   Hachette impr. Brodard et Taupin
A.S.I.N :   B0014OVFU0
www.amazon.fr


DU MÊME AUTEUR




dans la même collection :

CINQ JEUNES FILLES SUR L' « ARÉTHUSE »
CINQ JEUNES FILLES A VENISE
CINQ JEUNES FILLES A CAPRI
CINQ JEUNES FILLES CHEZ LES PIRATES
CINQ JEUNES FILLES AUX AÇORES
CINQ JEUNES FILLES DANS L'ATLANTIQUE
CINQ JEUNES FILLES SUR LA TAMISE
LE PETIT D'YS   (couronné par l'Académie française)
ANNE ET LE MYSTÈRE BRETON
LA FILLE DES SIRÈNES
HÉRITIÈRE DE NEPTUNE
CONTREBANDIÈRE DE SICILE
REINE EN SABOTS
LA FILLEULE DE MERLIN
UN GENTILHOMME DE LA MER (TOURVILLE)
LA FIANCÉE DU LOUP-DE-MER
LES SOUS-MARINS FANTÔMES



LIENS


Wikipédia
Georges-Gustave TOUDOUZE

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog