Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 14:57

En famille : tome 2, by Hector MALOT

Présentation de l'Editeur



Néant








FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE


 



Titre :   En famille Tome II
Auteur :   Hector   MALOT
Edition :   FLAMMARION

COLLECTION FLAMMARION

ROMAN
COURONNÉ PAR L'ACADÉMIE FRANCAISE

ILLUSTRATIONS DE GEORGES LEPAPE
noir & blanc pleine page hors-texte

CRÉTÉ, imprimeur, Corbeil. - C. O. L. 30-1631
8876-7-1949
Flammarion et Cie, éditeurs (N° 1447).
Dépôt légal : 4° trimestre 1943

CRÉTÉ, imprimeur, Paris, Corbeil-Essonnes.
8388-12-56
Flammarion et Cie, éditeurs (N° 3226).
Dépôt légal : 4° trimestre 1943

Copyright by Librairie Hachete, 1933.
Droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
réservés pour tous les pays.
Pinted in France.

Reliure :   Cartonnée

Nombre de pages : 182       TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   191 grammes        Format :   115 x 180 mm
I.S.B.N :   NON                  Code Barre = EAN :   NON

Il a été tiré de cet ouvrage :
Cinq cents exemplaires sur vélin supérieur
numéroté de 1 à 500
et cinquante exemplaires numérotés
de I à L

Livre épuisé chez l'Editeur




EXTRAIT   En famille : tome 2, by Hector MALOT   page 20


En famille : tome 2, by Hector MALOT-image-50-150




  Comme elle tournait ces questions, M. Vulfran rentra dans l'atelier, amené cette fois par le directeur, qui, l'ayant fait asseoir sur une caisse d'emballage, lui expliqua où en était le travail des monteurs.
  Après un certain temps, elle entendit le directeur appeler à deux reprises :
  - Aurélie! Aurélie!
  Mais elle ne bougea pas, ayant oublié qu'Aurélie était le nom qu'elle s'était donné.
  Une troisième fois il cria :
  - Aurélie!
  Alors, comme si elle s'éveillait en sursaut, elle courut à eux :
  - Est-ce que tu es sourde? demanda Benoist.
  - Non, monsieur; j'écoutais les monteurs.
  - Vous pouvez me laisser, dit M. Vulfran au directeur.
  Puis, quand celui-ci fut parti, s'adressant à Perrine restée debout devant lui :
  - Tu sais lire, mon enfant?
  - Oui, monsieur.
  - Lire l'anglais?
  - Comme le français; l'un ou l'autre, cela m'est égal.
  - Mais sais-tu, en lisant l'anglais, le mettre en français?
  - Quand ce ne sont pas de belles phrases, oui, monsieur.
  - Des nouvelles dans un journal?
  - Je n'ai jamais essayé, parce que, si je lisais un journal anglais, je n'avais pas besoin de me le traduire à moi-même, puisque je comprends ce qu'il dit.
  - Si tu comprends, tu peux traduire.
  - Je crois que oui, monsieur, cependant je n'en suis pas sûre.
  - Eh bien! nous allons essayer; pendant que les monteurs travaillent, mais après les avoir prévenus que tu restes à leur disposition et qu'ils peuvent t'appeler s'ils ont besoin de toi, tu vas tâcher de me traduire dans ce journal les articles que je t'indiquerai. Va les prévenir et reviens t'asseoir près de moi.
  Quand, sa commission faite, elle se fut assise à une distance respectueuse de M. Vulfran, il lui tendit son journal : le Dundee News
  - Que dois-je lire? demanda-t-elle en le dépliant.
  - Cherche la partie commerciale.
  Elle se perdit dans les longues colonnes noires qui se succédaient indéfiniment, anxieuse, se demandant comment elle allait se tirer de ce travail nouveau pour elle, et si M. Vulfran ne s'impatienterait pas de sa lenteur, ou ne se fâcherait pas de sa maladresse.
  Mais, au lieu de la bousculer, il la rassura, car, avec sa finesse d'oreille si subtile chez les aveugles, il avait deviné son émotion au tremblement du papier :
  - Ne te presses pas, nous avons le temps; d'ailleurs, tu n'as peut-être jamais lu un journal commercial.
  - Il est vrai, monsieur.
  Elle continua ses recherches et tout à coup elle laissa échapper un petit cri.
  - Tu as trouvé?
  - Je crois.
  - Maintenant cherche la rubrique : Linen, hemp, jute, sacks, twine.
  - Mais, monsieur, vous savez l'anglais! s'écria-t-elle involontairement.
  - Cinq ou six mots de mon métier, et c'est tout, malheureusement.
  Quand elle eut trouvé, elle commença sa traduction, qui fut d'une lenteur désespérante pour elle, avec des hésitations, des ânonnements qui lui faisaient perler la sueur sur les mains, bien que M. Vulfran, de temps en temps, la soutint :
  - C'est suffisant, je comprends, va toujours.
  Et elle reprenait, élevant la voix quand les mécaniciens menaçaient de l'étouffer dans leurs coups de marteau.
  Enfin elle arriva au bout.
  - Maintenant, vois s'il y a des nouvelles de Calcutta?
  Elle chercha.
  - Oui, voilà : « De notre correspondant spécial. »
  - C'est cala; lis.
  - Les nouvelles que nous recevons de Dakka...
  Elle prononça ce nom avec un temblement de voix qui frappa M. Vulfran.
  - Pourquoi trembles-tu? demanda-t-il.
  - Je ne sais pas si j'ai tremblé; sans doute, c'est l'émotion.


Reproduction interdite





ANNEXE



En famille : Tome 02, by Hector MALOT
Editeur :   Flammarion ( 1 janvier 1943)
Collection :   Collection Flammarion
A.S.I.N :   B003UAPX04
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Hector Malot

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog