Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 08:45
 Isabelle et les géants, by Véronique DAY



Présentation de l'Editeur


      Durant ses vacances à Acachon, Isabelle entraîne son petit cousin dans une équipée mémorable. Craignant de n'être pas rentrés à temps à la maison pour une promenade en bateau, les deux enfants échappent à la surveillance d'une vieille dame qui les a en garde et prennent le car pour revenir à Arcachon. Ils se trompent d'arrêt et, la nuit tombant, s'égarent dans la forêt landaise où ils s'endorment, épuisés. Quel émoi, le lendemain matin, lorsqu'ils s'aperçoivent que le pays est habité par des « géants », qui s'expriment en une langue inconnue!...
  Ecrite dans un style extrêmement simple, à l'intention des plus jeunes lecteurs, cette charmante histoire, dont tous les épisodes sont vraisemblables, se présente comme un conte de fées. Les illustrations, pleines de fraîcheur et de gentillesse, sont dues au talent de Pierre Le Guen.



G. et F. de 6 à 9 ans

FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir

Titre :   Isabelle et les géants    
Auteur :   Véronique   DAY
Edition :   ÉDITIONS G. P.,
80, RUE SAINT-LAZARE, PARIS-9è  

est le quarante-neuvième de la
BIBLIOTHÈQUE
ROUGE ET OR

SÉRIE DAUPHINE

Dépôt légal n° 772     2è trimestre 1960  

il a été imprimé
par M. Déchaux
à Paris

ILLUSTRATIONS DE PIERRE LE GUEN
couleurs pleine page hors-texte et,
couleurs et noir & blanc in texte.

© 1960 - Éditions G. P., Paris

Reliure :   Reliée sur cartonnage
Nombre de pages : 250       TABLE DES CHAPITRES : OUI

Poids :   285 grammes   Format :   150 x 210 mm
I.S.B.N :   NON             Code Barre = EAN :   NON

PRINTED IN FRANCE

Livre épuisé chez l'Editeur


EXTRAIT   page 22


Isabelle et les géants, by Véronique DAY -image-60-150




  Mme Monbazon embrassa tendrement Isabelle, puis la quitta pour aller répondre à l'oncle Robert qu'il pouvait venir chercher sa nièce.
  Voilà pourquoi Isabelle et Martine étaient assises sur une marche devant la maison, en haut de la colline. Et voilà pourquoi Isabelle trépignait d'impatience en attendant l'arrivée de son oncle. Enfin, au moment où la petite fille pensait : « Il n'arrivera jamais », elle entendit ronfler le moteur d'une auto qui montait la côte, puis elle aperçut l'auto elle-même.
  Mme Monbazon avait elle aussi entendu le bruit du moteur, et elle sortit de la maison. A peine la voiture était-elle arrêtée que les deux portières s'ouvrirent à la fois.
  - Monte à côté de moi, Isabelle! crièrent des voix joyeuses.
  Chacun des grands cousins voulait avoir Isabelle près de lui.
  - Que personne ne descende! dit l'oncle Robert. Monte vite, petite Belle. Nous sommes en retard.
  Une quantité de bras sortirent alors de l'auto et se tendirent vers Isabelle. Celle-ci, après un baiser hatif à sa maman, se demandait par quelle porte entrer, quand Francis, le plus grand des grands cousins, descendit pour lui venir en aide.
  Il fourra sans façons Martine sous son bras et prit Isabelle par la main.
  - Et ma valise! dit Isabelle, n'oublie pas ma valise, je t'en prie, Francis. Je l'ai laissée sur le perron.
  - Monte vite de ce côté, dit Francis, je vais la chercher pendant que ta maman embrasse l'oncle Robert.
  Isabelle se jeta bravement au milieu de ses cousins, qui s'étaient tous levés pour lui donner leur place.
  - Bonjour, mon oncle, dit-elle. Bonjour, cousine Mathilde.
  Elle les embrassa, puis elle ajouta, parce qu'il y avait réellement beaucoup de monde à l'intérieur de l'auto :
  - Crois-tu, oncle Robert, qu'il y a de la place pour tous mes kilos?
  - Serrez-vous, mes enfants, commanda cousine Mathilde de sa voix sévère, et laissez Isabelle s'asseoir.
  Isabelle s'assit sur un strapontin près de Nadou, qui était son préféré Le vrai nom du petit garçon était « Jean-Noël ». Il était très doux et très gentil, et ses cheveux courts étaient aussi blonds que ceux d'Isabelle étaient bruns.
  A peine Isabelle avait-elle réussi à se caser que la voiture se mit en route au milieu des exclamations, des rires et des taquineries.
  - Au revoir! Au revoir, maman! cria Isabelle.


Reproduction interdite






DU MÊME AUTEUR




LES VACANCES D'ISABELLE
LES ROBINSONS DE LA NUIT



ANNEXE



Isabelle et les géants, by Véronique DAY
Editeur :   Éditions G. P. Paris impr. M. Déchaux (1960)
A.S.I.N :   B0014XE7P6
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia  
Véronique DAY

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog