Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 10:27

Jane EYRE, by Charlotte BRONTE

 

Présentation de l'Editeur



Néant








 

FICHE TECHNIQUE du   Tome N° 01


Titre :   Jane EYRE : Tome I
Auteur :   Charlotte   BRONTÉ
Edition :   HACHETTE

BIBLIOTHEQUE   VERTE

TRADUIT PAR MME LE BAZEILLES SOUVESTRE

ILLUSTRATIONS DE ÉMILIEN DUFOUR
Deux couleurs pleine page hors-texte, annotées.

JE VIS JOHN SOULEVER LE LIVRE...   p. 9
JE ME JETAIS AU COU DE BESSIE.   p. 41
TOUS CES CHEVEUX SERONT COUPÉS, DIT M. BROCKELHURST.   p. 67
LES JARDINS ÉTAIENT RESPLENDISSANTS DE FLEURS.   p. 81
JE VIS PASSER UN CAVALIER ACCOMPAGNÉ D'UN ÉNORME CHIEN.   p. 123
« RÉVEILLEZ-VOUS! » CRIAI-JE A M. ROCHESTER.   p. 155
LA JOYEUSE CAVALCADE ÉTAIT CONDUITE PAR M. ROCHESTER ET Mlle INGRAM.   p. 177
« MONTREZ-MOI LA PAUME DE VOTRE MAIN. »   p. 209


Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Paris-Coulommiers
7608 - 12 - 1949
Déôt. légal 8757


Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.
Copyright by Librairie Hachete, 1947.

Reliure :   Cartonnée percaline verte


Nombre de pages : 255       TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   209 grammes        Format :   115 x 165 mm
I.S.B.N :   NON                  Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur




EXTRAIT   Jane EYRE : Tome I, by Charlotte BRONTË   page 43


Jane EYRE, by Charlotte BRONTE -image-50-150




  La lune avait disparu, et la nuit était obscure. Bessie portait une lanterne, dont la lumière venait éclairer les marches humides du perron, ainsi que les allées sablées qu'un récent dégel avait détrempées. Cette matinée d'hiver était glaciale, mes dents claquaient. La loge du portier était éclairée; en y arrivant, nous y trouvâmes la femme qui allumait son feu. Le soir précédent, ma malle avait été descendue, ficelée et déposée à la porte. Il était six heures moins quelques minutes, et lorsque l'horloge eut sonné, un bruit de roues annonça l'arrivée de la voiture; je me dirigeai vers la porte, et je vis la lumière de la lanterne avancer rapidement à travers des espaces ténébreux.
  « Part-elle seule? demanda la femme du portier.
  - Oui.
  - A quelle distance va-t-elle?
  - A cinquante milles.
  - C'est bien loin; je suis étonnée que Mme Reed ose la livrer à elle-même pendant une route aussi longue.»
  Une voiture traînée par deux chevaux et dont l'impériale était couverte de voyageurs venait d'arriver et de s'arrêter devant la porte. Le postillon et le conducteur demandèrent que tout se fit rapidement; ma malle fut hissée; on m'arracha des bras de Bessie, tandis que j'étais suspendue à son cou.
  « Ayez bien soin de l'enfant, cria-t-elle au conducteur, lorsque celui-ci me plaça dans l'intérieur.
  - Oui », répondit-il. La portière fut fermée, et j'entendis une voix qui criait : « Enlevez! » Alors la voiture continua sa route.
  C'est ainsi que je fus séparée de Bessie et du château de Gateshead; c'est ainsi que je fus emmenée vers des régions inconnues et que je croyais éloignées et mystérieuses.


Reproduction interdite





ANNEXE



Jane EYRE : Tome I, by Charlotte BRONTË
Editeur :   Hachette (1949)
Collection :  Bibliothèque verte
A.S.I.N :   B00407NEP2
www.amazon.fr


Jane EYRE, by Charlotte BRONTE

 

Présentation de l'Editeur



Néant









FICHE   TECHNIQUE du Tome N° 02


Titre :   Jane EYRE Tome 02
Auteur :   Charlotte   BRONTË
Edition :   HACHETTE

BIBLIOTHEQUE   VERTE

TRADUIT PAR MME LE BAZEILLES SOUVESTRE

ILLUSTRATIONS DE ÉMILIEN DUFOUR
noir & blanc pleine page hors-texte, annotées.

JE NE QUITTAIS GATESHEAD QU'AU BOUT D'UN MOIS.   p. 7
« JANE, VOULEZ-VOUS M'ÉPOUSER?»   p. 23
ÉDOUARD PRIT MA PLACE ET SE MIT A CHANTER.   p. 45
« VOILÀ MA FEMME! » DIT M. ROCHESTER.   p. 71
DEUX JEUNES FEMMES ÉTAIENT ASSISES.   p. 111
MISS ROSAMONDE ARRIVAIT SUR SON PONEY.   p. 155
« ASSEYONS-NOUS ICI », DIT SAINT-JOHN.   p. 195
C'ÉTAIT MON MONTRE, ÉDOURD ROCHESTER.   p. 229


Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Paris-Coulommiers
- 7609 - 12 - 1949 -
Dépôt légal 8758


Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.
Copyright by Librairie Hachete, 1947.

Reliure :   Cartonnée percaline verte:


Nombre de pages : 253       TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   215 grammes     Format :   115 x 165 mm
I.S.B.N :   NON              Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur




EXTRAIT   Jane EYRE : Tome 2, by Charlotte BRONTË   page 22


Jane EYRE, by Charlotte BRONTE -image-50-150




  Le vent siffla dans l'allée et vint trembler entre les branches du marronnier, puis il alla se perdre au loin. La voix du rossignol était le seul bruit qu'on entendit à cette heure; en l'écoutant, je me mis à pleurer.
  Monsieur Rochester était tranquillement assis et me regardait avec une sérieuse douceur; il demeura muet quelque temps; enfin il me dit :
  &Laquo; Venez à côté de moi, Jane, tâchons de nous expliquer et de nous ccomprendre.
  - Je ne reviendrai jamais près de vous; j'ai pu m'échapper et je ne reviendrai pas.
  - Mais, Jane, je vous le demande comme à ma femme; c'est vous seule que je veux épouser. »
  Je demeurai silencieuse; je croyais qu'il se moquait de moi.
« Venez, Jane, venez ici.
  - Votre fiancée est entre nous. »
  Il se leva et m'atteignit.
  « Ma fiancée est ici, dit-il en me pressant de nouveau contre lui; ma fiancée est ici, parce qu'ici est mon égale et ma semblable. Jane, voulez-vous m'épouser? »
  Je ne lui répondis pas et je m'efforçai de nouveau de lui échapper, car je n'avais pas foi en lui.
  « Vous doutez de moi, Jane?
  - Entièrement.
  - Vous n'avez pas foi en moi?
  - Pas le moins du monde.
  - Suis-je un menteur à vos yeux? demanda-t-il; petite incrédule, vous allez être convaincue. Ai-je de l'amour pour Mlle Ingram? non, et vous le savez. A-t-elle de l'amour pour moi? non; j'en ai la preuve. J'ai répandu le bruit que ma fortune n'était pas le tiers de ce qu'on la supposait, et je me suis arrangé de manière à ce que ce bruit arrivât jusqu'à elle; ensuite, je me suis présenté à son château pour voir le résultat de mes efforts : elle et sa mère m'ont reçu très froidement; je ne peux pas, je ne puis pas épouser Mlle Ingram. Vous, créature étrange, qui n'êtes presque pas de la terre, je vous aime comme ma chair; vous, pauvre, petite, obscure et laide, je vous supplie de m'accepter comme mari.


Reproduction interdite






ANNEXE



Jane EYRE : Tome 02, by Charlotte BRONTË
Editeur :   Hachette (1949)
Collection :   Bibliothèque verte
A.S.I.N :   B004F3O7RU
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Charlotte BRONTË

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Luna 22/04/2011 14:22



Une histoire qui m'a laissée perplexe : la première fois que je l'ai lu je l'ai détesté et la seconde fois adorée... C'est assez troublant !
Je viens d'ailleurs de poster mon avis sur mon blog sur "Jane Eyre"...

Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog