Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 14:41

L'Auberge de l'Ange gardien, by Comtesse de SÉGUR



Présentation de l'Editeur


  «L'Ange-Gardien » est une paisible auberge dans un village normand. Elle est tenue par deux sœurs et il ne s'y passe jamais rien jusqu'au jour où un voyageur y amène deux enfants abandonnés et affamés.
  A partir de ce moment là, les évènements se précipitent. L'arrivée du général Dourakine, une tentative d'assassinat, un vol et la miraculeuse rencontre du père de Jacques et de Paul sont les principaux épisodes de cette histoire écrite par la Comtesse de Ségur pour ses petits enfants.














FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE







Titre :   L'Auberge de l'Ange gardien
Auteur :   Comtesse de   SEGUR
Edition :   LIBRAIRIE CHARPENTIER
PARIS

Lecture et loisir numéro :  139

Couleurs pleine page hors-texte.

Dépôt légal : 3e trimestre 1966.


- N° d'édit. 263. - N° d'imp. 1080. -

ACHEVÉ D'IMPRIMER LE
20 SEPTEMBRE 1969 SUR LES
PRESSES DE L'IMPRIMERIE
BUSSIÈRE, SAINT-AMAND (CHER)


Imprimé en France.


© by Librairie Charpentier, 1966.

Reliure :   Cartonnée; illustrée couleurs in recto par Georges BRIENT
Nombre de pages :  188       TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   166 grammes     Format :   115  x  175 mm
I.S.B.N :   NON               Code Barre = EAN :   NON



Livre épuisé chez l' Editeur




EXTRAIT   L'Auberge de l'Ange gardien, by Comtesse de SÉGUR   page 39


 

L'Auberge de l'Ange gardien, by Comtesse de SÉGUR




  IL y avait trois ans que Mme Blidot et sa sœur avaient les petits orphelins; elles s'y attachaient chaque jour davantage, et ils devenaient de plus en plus aimables et charmants. La tendresse de Jacques pour son frère excitait l'intérêt de tous ceux qui en étaient témoins. Paul aimait son frère avec la même affection; tous deux étaient tendrement attachés à Mme Blidot et à Elfy. Tous parlaient souvent avec amitié et reconnaissance du bon M. Moutier; depuis longtemps on n'en avait aucune nouvelle. Dans les premiers mois il était revenu à deux reprises passer avec Capitaine quelques jours à l'Ange-Gardien; il avait écrit plusieurs fois pour s'informer de ce qui s'y passait; Mme Blidot lui avait exactement et longuement répondu, elle avait appris qu'il quittait le pays pour s'engager; elle n'avait pas su d'autres détails. Pendant ce silence prolongé, la campagne de Crimée avait eu lieu; elle s'était terminée comme elle avait commencé, avec beaucoup de gloire et de lauriers; mais des deuils innombrables furent la conséquence nécessaire de ces immortelles victoires. Au village de l'Ange-Gardien, plus d'une famille pleurait un fils, un frère, un ami. Quelques-uns revenaient avec une jambe ou un bras de moins, ou des blessures qui les rendaient incapables de continuer leur service.
  Un matin, Jacques et Paul balayaient le devant de la porte de l'Ange-Gardien; Mme Blidot et Elfy préparaient le dîner, lorsqu'un homme, qui s'était approché sans bruit, arrêta doucement le balai de Paul. Celui-ci se retourna et se mit à crier :
  « Jacques, au secours! on me prend mon balai.»
  Jacques bondit vers son frère pour le défendre énergiquement, lorsqu'un regard jeté sur le prétendu voleur lui fit abandonner son balai; il se précipita dans les bras de l'homme en criant :
  « Maman! ma tante! M. Moutier, notre bon M. Moutier! »
  Mme Blidot et Elfy apparurent immédiatement et se trouvèrent en face de Moutier, qui laissa Jacques et Paul pour donner un cordial bonjour à ses deux amies. Ce fut un moment de grande joie. Tous parlaient à la fois et faisaient mille questions sans donner le temps d'y répondre. Enfin, Moutier parvint à faire comprendre pourquoi il n'avait plus donné de ses nouvelles.
  « Peu de temps après mon retour au pays, mes bonnes hôtesses, j'appris qu'il courait des bruits de guerre avec la Russie. Je n'avais jamais eu de rencontre avec les Russes, puisque nous étions en paix avec eux; je savais qu'ils se battaient bien, que c'étaient de braves soldats. J'avais fait mon temps, il est vrai, mais... un soldat reste toujours soldat. J'avais quelque chose dans le cœur qui me poussait à rejoindre mes anciens camarades; quand la guerre fut déclarée, je repris un engagement pour deux ans dans les zouaves, et je partis. Depuis ce jour, impossible d'écrire. Toujours en campagne, et quelle campagne! Au débarquer à Gallipoli, un choléra qui faillit m'emporter; à peine rétabli, des ................................


Rproduction interdite





COUVERTURES


 

L'Auberge de l'Ange gardien, by Comtesse de SÉGUR       L'Auberge de l'Ange gardien, by Comtesse de SÉGUR




ANNEXE



L'Auberge de l'Ange gardien, by Comtesse de SÉGUR
Editeur :   Librairie Charpentier lecture et loisir (1966)
A.S.I.N :   B004085FNK
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Comtesse de Ségur

Bibliographie de
Comtesse de SÉGUR

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans SEGUR Comtesse de
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog