Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 10:29

La maison des fonds-noirs, by Renée AUREMBOU




Présentation de l'Editeur



Néant


FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE






Titre :   La maison des fonds-noirs
Auteur :   Renée   AUREMBOU
Edition :   ÉDITIONS G. P.,
80, RUE SAINT-LAZARE, PARIS (9è)

est le soixante-seizième
de la
BIBLIOTHÈQUE
ROUGE ET OR


Dépôt légal n° 404

il a été achevé d' imprimer
pour les
Éditions G. P. à Paris
en Juin 1954
sur les presses de
G.   Maillet et Cie
Photogravure S. T. O.


ILLUSTRATIONS DE PIERRE ROUSSEAU
couleurs pleine page hors-texte annotées et,
couleurs et noir & blanc in texte.

Ce fut la campagne, de grandes étendues indistinctes...   p. 13
Le vieux Benoît réparait la roue d'un chariot.   p. 31
Maintenant les gens se dispersaient...   p. 49
Benoît s'approcha et vit un garçon qui dormait.   p. 67
Cette veillée là ne ressembla pas aux autres.   p. 79
Une petite cabane paraissait les attendre.   p. 97
C'était une pluie toute maussade...   p. 109
... des portées de louveteaux se sont élevées là.   p. 131
Souvent il s'était reposé devant leur feu.   p. 143
Des paysans m'avaient découvert parmi les morts...   p. 163
Vous pourrez les contempler une dernière fois...   p. 181


Copyright 1954 by Éditions G.P. Paris

Reliure :   Reliée, Pelline ivoire, dos orné, plat décoré au balancier.
Nombre de pages : 185       TABLE DES CHAPITRES : OUI

Poids :   370 grammes   Format :   150 x 210 mm
I.S.B.N :   NON              Code Barre = EAN :   NON

PRINTED IN FRANCE

Livre épuisé chez l'Editeur



EXTRAIT La maison des fonds-noirs, by Renée AUREMBOU   page 29


La maison des fonds-noirs, by Renée AUREMBOU -image-50-150




  «C' est le domaine du père Benoît,et aussi celui de la Marie-Louise. Si, au printemps, elle te permet de ramasser ses œufs, tu pourras te vanter d'avoir conquis sa confiance! »
  Voici l'écurie du cheval, celui qui t'a amenée, et de sa mère, la vieille jument qui nous aide bien pour les travaux. Nous avons une vache à cause du laitage, et aussi des chèvres qu'on laisse libres à la belle saison dans une portion du bois bien barricadée.
  - Mais la vache? Benoît ne la laisse pas dans le bois?
  - Bin sûr que non. J'ai quelques prés et des terres à l'orée de la forêt, juste assez grands pour les faire paître, elle et les chevaux, et leur rentrer du foin pour le temps d'hiver. Mais quel travail de la conduire au champs et de la ramener chaque jour! »
  Elles se tenaient à l'abri sur le seuil de la grange, une belle grange au sol de terre battue qui sentait bon le foin sec tassé sous le toit. Le vieux Benoît réparait la roue d'un chariot. Il s'arrêta, osa son marteau.
  « Ah! oui, demoislle, qu'elles me font courir, ces « males bêtes », les chèvres, la vache! On dirait qu'elles savent que je n'ai plus mes bonnes jambes. Heueusement qu'il y a François! »
  « François! redit en elle Rose-Anne. Il me semble que j'ai entendu ce nom... Pour l'instant, on dirait qu'il s'appivoise, cet ours de Benoît »
  Décidément, le froid se faisait plus vif, un de ces froids traîtres et coupants si bien nommés là-bas des « froids noirs ». La forêt enserrait aussi le domaine de ce côté-là, laissant juste la place à un jardin aux couleurs ternes, tout desséchés par l'hiver, où quelques rangs de poireaux mettaient seuls une note verte.
  Malgré l'heure matinale, malgré la présence bruyante des bêtes, malgré le piétinement sourd des chevaux dans l'écurie, on ressentait une indéfinissable impression de vide. Le ciel lui-même, si bas qu'il semblait toucher le faîte des arbres, s'accordait bien avec cette mélancolie.
  Rose-Anne eut un léger frisson et s'accrocha au bras de sa tante.
  « Tu as froid, petite? Nous allons retourner. Pourtant... »
  Elle paraissait hésitante, et ne se hâtait pas de rentrer. Puis, se décidant :
  « Pourtant, il faut que tu voies la limite du domaine. Approchons-nous des arbres. Je veux te montrer la clôture. Ainsi les bêtes sont à l'abri des renards, des furets... Des gens même ne pourraient que difficilement se hisser par-dessus ».
  Rose-Anne se demanda comment elle n'avait pas encore aperçu la « palissade ». Un peu en retrait dans le bois, encerclant la cour, le jardin, (bordant même le chemin jusqu'au portail, précisa la tante, une haute clôture de troncs à peine équarris, lourds et taillés en pointe à leur sommet peut-être deux fois la hauteur d'un homme. Si bien que le domaine des Fonds-Noirs, enclavé dans la forêt, s'en trouvait magiquement isolé et protégé.
  Elle enjamba quelques ronces, et caressa le bois rugueux. Rassurée, elle ne put s'empêcher de lancer un regard curieux par un joint entre deux pieux.
  « Ma tante! »
  Le cri d'étonnement jaillit, plus rapide que sa pensée.
  « Ma tante! C'est un vieux château! »


Reproduction interdite





DU MÊME AUTEUR



ÉGLANTINE ET L'AVENTURE
ÉGLANTINE DES CHEMINS
LA ROSE D'ARGENT
DOUCETTE AU CŒUR D'OR
L'ESCALIER BLEU



ANNEXE



La maison des fonds-noirs, by Renée AUREMBOU
Editeur :   Éditions G. P. Paris   Saint-Ouen, impr. G Maillet et Cie (1960)
A.S.I.N :   B006UGOLG2
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Renée AUREMBOU

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog