Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 12:33

La Peau de Chagrin, etc, by Honoré de BALZAC

 

Présentation de l'Editeur




Néant









FICHE     TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir

Titre :   La Peau de Chagrin
Le Curé de Tours et
Le Colonel Chabert
Auteur :   Honoré de   BALZAC  
Edition :   Nelson, Éditeurs
Paris
189, rue Saint-Jacques
Londres, Édimbourg et New-York


Introduction par Henri Mazel

IMPRIMERIE NELSON, ÉDIMBOURG, ÉCOSSE
PRINTED IN GREAT BRITAIN


Reliure : Relié sur cartonnage pleine toile

Nombre de pages : 551       TABLE  DES  MATIÈRES : OUI

Poids :   290 grammes     Format :   110 x 160 mm
I. S. B. N :   NON             Code Barre = EAN :   NON


INTRODUCTION Henri MAZEL


IL est probable que le XIXè siècle dira : Balzac, comme le XVIIIè dit Voltaire, et le XVIIè Bossuet.
  Non peut-être que ces noms soient les seuls ou les plus grands de leur temps, mais ils en son les plus compréhensifs et représentatifs. Bossuet assurément n'a ni la pénétration douloureuse de Pascal, ni le charme élégiaque de Racine, ni la verve passionnée de Saint-Simon, et pourtant, mieux qu'eux, il personnifie le siècle de LouisXIV dans sa vie intellectuelle totale et jusque dans sa politique intérieure et extérieure.

...............................................................

  On trouve tout chez Balzac, une esthétique, une éthique, une politique, une métaphysique, une religion, une sociologie, une philosophie de l'histoire. Comment n'a-t-on pas fait encore, avec des fragments qu'il serait si facile de ranger par ordre alphabétique, un Dictionnaire philosophique ou un Pour causer de tout où l'on trouverait la somme moralopolitique du XIXè siècle? M. Marcel Berrère, qui a donné un d'ailleurs très utile résumé de l' Œuvre de Balzac, aurait dû de préférence s'attacher à une synthèse de ce genre : quelqu'intéressante que soit l'analyse d'événements imaginaires, l'appréciation des jugements et des théories d'une époque réelle l'est davantage encore.

.........................................................

D'ailleurs le livre ne vaut pas seulement par ceci, ni même par la poignante description des derniers mois de Raphaël de Valentin, il a, lui aussi, son mérite de peinture de mœurs vivantes et grouillantes, telle l'orgie chez le banquier Taillefer. Le mot fameux : "Et Victor Hugo? - c'est un grand homme, n'en parlons plus," est resté, et méritait de rester, plus, à vrai dire, que certaines reparties bien artificielles d'Aquilina et d'Euphrasia. Tel quel, avec son côté mystérieux et l'impression de terreur angoissante qu'il donne, peut-être, et plus que les trois autres, ce roman plaira-t-il au lecteur qui l'ignore encore. Cela importe peu, puisque le principal est d'admirer Balzac, et que dans la maison du Père du roman il y a, aussi, beaucoup d'habitations diverses, multæ sunt mansionnes...

HENRI MAZEL.




EXTRAIT   Le Curé de Tours, by Honoré de BALZAC page 402


La Peau de Chagrin, etc, by Honoré de BALZAC -image-55-150




  Or, il est impossible à une personne perpétuellement en guerre avec elle, ou en contradiction avec la vie, de laisser les autres en paix, et de ne pas envier leur bonheur. Ce monde d'idées tristes était tout entier dans les yeux gris et ternes de mademoiselle Gamard; et le large cercle noir par lequel ils étaient bordés, accusait les longs combats de sa vie solitaire. Toutes les rides de son visage étaient droites. La charpente de son front, de sa tête et de ses joues avait les caractères de la rigidité; de la sécheresse. Elle laissait pousser, sans aucun souci, les polis jadis bruns de quelques signes parsemés sur son menton. Ses lèvres minces couvraient à peine des dents trop longues qui ne manquaient pas de blancheur. Brune, ses cheveux jadis noirs avaient été blanchis par d'affreuses migraines. Cet accident la contraignait à porter un tour; mais ne sachant pas le mettre de manière à en dissimuler la naissance, il existait souvent de légers interstices entre le bord de son bonnet et le cordon noir qui soutenait cette demi-perruque assez mal bouclée. Sa robe, de taffetas en été, de mérinos en hiver, mais toujours de couleur carmélite, serrait un peu trop sa taille disgracieuse et ses bras maigres. Sans cesse rabattue, sa collerette laissait voir un cou dont la peau rougeâtre était aussi artistement rayée que peut l'être une feuille de chêne vue dans la lumière. Son origine expliquait assez bien les malheurs de sa conformation. Elle était fille d'un marchand de bois, espèce de paysan pervenu. A dix-huit ans, elle avait pu être fraîche et grasse, mais il ne lui restait aucune trace ni de la blancheur de teint ni des jolies couleurs qu'elle se vantait d'avoir eues. Les tons de sa chair avaient contracté la teinte blafarde assez commune chez les dévotes. Son nez aquilin était celui de tous les traits de sa figure qui contribuait le plus à exprimer le despotisme de ses idées, de même que la forme plate de son front trahissait l'étroitesse de son esprit.


Reproduction interdite




ANNEXE



La Peau de Chagrin, etc, by Honoré de BALZAC
Editeur :   Paris, Nelson Éditeurs 1930
Collection :   Nelson
A.S.I.N :   B0000DNZBO
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Honoré de BALZAC

Œuvres de
Honoré de BALZAC

Retour accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog