Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 21:17

La route des oiseaux, by H. EVJENTH




Présentation de l'Editeur


        Après une difficile randonnée de mille kilomètres à skis, un ornithologue et ses deux fils arrivent en Laponie, dans la toundra de Varanger, le paradis des oiseaux migrateurs.
  D'aventures en découvertes, les explorateurs connaîtront toutes les joies du savant associées aux passions du chasseur et aux émotions du photographe.



g/f   11/15





FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE







Titre :   La route des oiseaux    
Auteur :   Hakon   EVJENTH
Edition :   Éditions de l'Amitié - G. T. RAGEOT
PARIS-BRUXELLES

BIBLIOTHÈQUE de l'amitié   nature

Cet ouvrage a paru en Norvège sous le titre :
3 PA TO OG 2 PA FIRE
aux éditions Gyldendal - Oslo

Traduction de J. et G. GÉRARD

IMPRIMERIE COMMERCIALE
YVETOT

N° 14026

Dépôt légal N° 687
1er trimestre 1963

N° d'édition 260

Photographies de
JOHNSON, AMUNDSEN et FRYDENLUNG

P. 33.   Il était difficile de se frayer une piste...
p. 51.   Le lac fut assez difficile à franchir...
p. 86... le phalarope... qui reste fidèlement pour couver...
p. 95... le pluvier doré qui jouait sa flûte mélancolique dans les marais...
P. 95... les gorges bleus, perchés tout en haut des buissons...
p. 77.. de voir les Lapons se déplacer avec des rennes...


Illustrations de P.  LAGOSSE et J. DAYNIE
noir & blanc in texte.



© 1963 by Éditions de l'Amitié - G.T.   Rageot et Librairie Hatier.
Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure : cartonné illustrée couleurs in recto.
Nombre de pages : 154       TABLE DES MATIÈRES : NON


Poids :   320 grammes     Format :   140 x 185 x 19 mm
I.S.B.N :   NON              Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur

EXTRAIT   La route des oiseaux, by H. EVJENTH page 32


La route des oiseaux, by Hakon EVJENTH -image-50-150




  Le lendemain matin, le sept avril, ils prirent le vrai grand départ. A Sulitjelma, la neige était bonne et avec des traîneaux vides et un terrain favorable, ils parvinrent facilement jusqu'à Ny-Sulitjelma, la neige était bonne et avec des traîneaux vides et un terrain favorable, ils parvinrent facilement jusqu'à Ny-Sulitjelma, en passant devant la mine de Giken. Ce jour-là, ils avaient encore une ribambelle de gosses derrière eux. Les enfants de Furulund les suivirent jusqu'à Giken, mais furent remplacés par les gamins de Giken qui allèrent jusqu'à Ny-Sulitjelma. Les uns à skis, les autres à pied, les uns les précédant, les autres les suivant.
  A Ny-Sulitjelma, ils furent reçus par l'ingénieur en chef, un homme énergique, montagnard éprouvé comme ils le deviennent tous à la mine. Il leur suggéra de faire l'ascension en deux fois, car il était tombé pas mal de neige poudreuse et la montée des septs cents mètres serait bien assez pénible avec seulement la moitié de leur chargement.
  Après avoir réfléchi un moment, ils suivirent cet excellent conseil, chargèrent les traîneaux de vingt kilos seulement, prirent une partie des bagages dans leurs sacs de montagne et se mirent en marche. Ils s'aperçurent rapidement que le chef Antonson avait raison.
  Il était difficile de se frayer une piste dans la neige poudreuse et les traîneaux glissaient mal. Le chef les accompagnait, indiquant le chemin le plus aisé. Il leur fallut trois bonnes heures pour atteindre le signal du Touring-Club et une autre demi-heure pour arriver au sommet du glacier. Ils déchargèrent les traîneaux, entourèrent le « dépôt » d'un mur de neige pour que rien ne pût rouler au cours de la nuit.
  La descente ne fut qu'un jeu dans la neige déjà foulée, mais en arrivant à Ny-Sulitjelma, il était déjà quatre heures et ils décidèrent qu'il valait mieux remettre au lendemain le départ définitif. Ils couchèrent dans la chambre destinée aux fonctionnaires de passage.
  Au petit jour, ils dirent adieeu à la civilisation, en partant pour leur randonnée de mille kilomètres. Tor attacha son petit étendard à l'un des traîneaux, mais dès qu'ils furent hors de vue, il le rangea avec soin. C'était inutile de l'user, n'est-ce pas! La marche était aisée dans les traces de la veille et le temps était magnifique. Ils atteignirent le « dépôt » à huit heures et demie. Ils rechargèrent les traîneaux et les sacs et prirent un nouveau départ à travers le plus splendide des paysages de la Norvège, dans une neige éclatante, entre des sommets étincelants des glaciers ensoleillés.
  « O libre Nord montagneux! » chantait Tor à tue-tête quand vers neuf heures et demie ils passèrent la frontière et entrèrent en territoire suédois. Le père, Tor, Garm et Ponto s'égosillaient à qui mieux mieux tout à la joie de cette belle journée. Erling était le seul à savoir chanter et il se moqua de Tor à qui il reprocha de ne pas avoir d'oreille. Tor lui répondit que cela valait mieux que d'avoir des oreilles d'âne.
  - J'en ai peut-être les oreilles, dit Erling, mais tu en as la voix!
  Tor au lieu de se fâcher, se mit à filer devant, Ponto sur ses talons. Les appels du père ne servaient à rien : il était tantôt devant, tantôt sur le côté de la caravane, Ponto toujours derrière lui. On eût dit deux poulains échappés et M. Lieng dut se fâcher, disant que sous aucun prétexte il n'admettait que l'on quittât sa place dans le raid.
  - Souviens-toi, mon garçon, que nous ne savons jamais ce que nous avons devant nous, et qu'il faut être prêt à tout, même au pire. C'est seulement dans ces conditions que nous pouvons espérer mettre toutes les chances de notre côté pour mener à bien notre expédition.


Reproduction interdite





COUVERTURES   année 1963



La route des oiseaux, by Hakon EVJENTH     La route des oiseaux, by Hakon EVJENTH



COMMENTAIRE



La route des oiseaux by, Hakon   EVJENTH
www.amazon.fr


ANNEXE



La route des oiseaux by, Hakon   EVJENTH
Editeur: Editions de l'Amitié Impr commerciale (1963)
A.S.I.N :   B0014WJOD2




Vous lirez aussi dans la
BIBLIOTHÈQUE DE L'AMITIÉ



M.-A. Baudouy
LE GARÇON DU BARRAGE
Adopté par les ouvriers d'un chantier, Kind, le « sans famille », vit heureux au milieu de ses amis, les hommes.


H.-E. Dettmann
A LA POURSUITE DES YACKS SAUVAGES
Jörgen, un garçon de quinze ans, saura-t-il retrouver le vieux chasseur Ahun pour l'accompagner à travers les monts sauvages du Turkestan chinois? tampon.


C. Appell
UN AMI EN DANGER
Une vieille voiture de course bouleverse la vie d'une bande de copains du quartier de la « Mouf ».


L.-N. Lavolle
LA PORTE DE JADE
Deux enfants suivent une tribu de Kasaks nomades le long de la prestigieuse « route de la soie ».


W. Lindquist
L'APPEL DU RENARD BLANC
Comment l'amitié d'un garçon pour un jeune renard blanc transforme la vie d'un village esquimau, perdu aux confins de l'Alaska et de l'océan Arctique.


LIENS



Wikipédia
H.   EVJENTH

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog