Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 11:56

La veillée à BENICARLO, by Manuel AZANA



Présentation de l'Editeur





Néant









FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


 

Agrandir


Titre :   La veillée à BENICARLO
Auteur :   Manuel   AZAÑA
Edition :   GALLIMARD     nrf   
Paris - 43, rue de Beaune

Traduit de l'espagnol par
Jean CAMP


9e édition

4468 - 8 - 39. - Imprimerie Crété.   Corbeil.



Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
réservés pour tous pays, y compris la Russie.
Copyright by Librairie Gallimard, 1939.


Reliure :   Relié sur carton souple.
Nombre de pages : 221         TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   200 grammes             Format :   120 x 185 mm
A.S.I.N :  NON                        Code Barre = EAN :   NON


EXTRAIT   La veillée à BENICARLO, by Manuel AZAÑA   page 61


 


Maron. - Force redoutable. Si Paquita s'entête à vous faire dénoncer la Vargas, vous la dénoncerz. Ah! ne vous fâchez pas, Paquita; c'est une façon de parler. Dans ce que vous racontez, vous avez raison, sans doute; je voulais parler en général. Avez-vous calculé la part des femmes dans l'origine de cette guerre? C'est-à-dire de la rébellion ? Les femmes éprouvent avec plus de violence encore que les hommes les passions politiques. Elles se refrènent moins parce que leur éducation est plus faible. Elles ignorent les responsabilités. En 1931, une dame de la classe moyenne disait : « Nous, les femmes, devons être reconnaissantes à la République parce que, en nous accordant le droit de vote, elle nous a transformées de choses en citoyennes ». Opinion bien rare entre les dames. Elles utilisèrent leur droit de vote, librement. Nous eussions voulu, pour la marche régulière de la politique espagnole, que l'acharnement contre la République se donnât, par là, libre cours. Mais les femmes se moquent du vote. Elles le méprisent. Elles n'en ont pas besoin. Et, à certains égards, il ne leur convient pas. Une dame sait bien que, numériquement, son vote aura toujours moins de poids que celui de ses servantes. Elle sait trop que son action s'exerce plus fortement dans la famille, dans l'ambiance sociale. L'influence de la femme dans la politique espagnole a été très puissante, sans qu'il y paraisse. Si bien que, en se réduisant au suffrage, elle y aurait plutôt perdu. Je ne parle pas spécialement de femmes caciques, dont quelques-unes furent célèbres, qui, dans la Monarchie et la République, sans bouger du foyer, ont gouverné leur important mari.
...................................




ANNEXE



La veillée à BENICARLO by, Manuel AZAÑA
Editeur :   Editions Gallimard ( 1939)
A.S.I.N :   B0000DPJDK
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Manuel AZAÑA

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog