Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 14:27

Laurette et la fille des pharaons, by DIÉLETTE

Présentation de l'Editeur


  QAUND on vit à une époque aussi passionnante que celle des guerres de la Révolution, on ne se laisse pas enfermer dans une pension, serait-ce même la célèbre institution de Mme Campan! C'est du moins ce qu'à décidé Laurette qui, malgré ses treize ans, est aussi fière, aussi indépendante et hardie que peut l'être une descendante de la noble famille de Puyréal.
  Alban de Puyréal, frère de Laurette, est officier dans l'armée de Bonaparte. L'expédition d'Egypte va partir, Alban y participe, et Laurette forme le projet d'accompagner son frère. En dépit des consignes d'Alban, et de l'ordre formel du général Bonaparte, la fillette réussit à s'embarquer sur le vaisseau amiral!
  Laurette est toute à la joie de sa traversée clandestine. Elle aurait peut-être le cœur moins léger si elle pouvait prévoir les terrifiantes aventures qui l'attendent au pays des Pyramides...
  Au Caire, la jeunhiten, jouee Puyréal va se lier d'amitié avec Mahiten, descendante authentique des nciens Pharaons. Mais le cheik Sadah, oncle de Mahiten, joue un jeu inquiétant... Derrière le décor éclatant de l'épopée d'Egypte, la trahison, la révolte, l'assassinat se préparent. Pour éviter les pires catastrophes, Laurette et Mahiten vont unir leurs efforts...




F. au delà de 10 ans


FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE





Titre :   Laurette et la fille des pharaons
Auteur :   DIÉLETTE
Edition :   HACHETTE


Numéro de référence : 122

collection : Idéal - Bibliothèque

Imprimé en France par Brodard-Taupin, Imprimeur-Relieur. Coulommiers-Paris.
54922-IV-1491.

Dépôt légal : n° 1081, 3e trimestre 1959.


ILLUSTRATIONS DE ALBERT CHAZELLE
En 4 couleurs et noir & blanc pleine page hors-texte annotées et,
couleurs et noir & blanc in texte.

Les yeux de la fillette s'emplissaient de larmes.   p. 17
Elle se mit aux genoux de son aïeul.   p. 29
« Revenez nous voir aussi souvent que vous le voudrez, lieutenant. »   p. 37
« J'aurai quatorze ans dans quelques jours.   p. 45
Frank Jammes semblait pétrifié.   p. 69
« Vous, mon enfant! est-il possible. », murmura Agnès.   p. 67
« Je me suis beaucoup attachée à votre petite sœur, monsieur. »   p. 79
La gaieté de Laurette résistait à tout;   p. 84
« Soldats, souvenez-vous que du haut de ces pyramides quarante siècles vous contemplent. »   p. 88 & 89
« ... Un Bédouin qui prenait des airs mystérieux... »   p. 117
Il aperçut la petite forme blottie contre la borne.   p. 125
Cramponnée à la crinière de son cheval.   129
Nous arriverons ensemble, Gautier, ou bien nous n'arriverons pas.   p. 141
Dans le patio trois jeunes filles devisent gaiement.   p. 168 & 169
« Maman, voici la jeune Egyptienne dont je t'ai parlé. »   p. 185


© LIBRAIRIE HACHETTE, 1956
Tous droits de traduction, de reproduction et
d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   Reliée sur cartonnage éditeur, fers spéciaux
BRODARD * TAUPIN * RELIURE
Présentation sous jaquette à double volets avec texte, illustrée en 4 couleurs, laquée.
Imprimé en France
par BOUCHY - Paris
Nombre de pages : 187       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   289 grammes   Format :   135 x 195 x 17 mm
I.S.B.N :   NON            Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur

EXTRAIT   Laurette et la fille des pharaons by, DIÉLETTE   page 48


Laurette et la fille des pharaons, by DIÉLETTE




  Bonaparte sourit et attira l'enfant dans une embrasure de fenêtre, à l'écart des assistants qui, aussitôt, se retirèrent discrètement au fond de la pièce.
  « Venez là, dit le général, et racontez-moi pourquoi je vous fais peur.»
  Ce mot agit sur Laurette comme, sur un cheval de combat, le son de la trompette. Ses yeux étincelèrent; elle retrouva sa coutumière audace.
  « Mais vous ne me faites pas peur, général! » répondit-elle avec indignation.
  Sans qu'elle s'en rendît compte, elle examinait Bonaparte avec une extrême attention, surprise de le trouver si différent de ce qu'elle avait imaginé, cherchant confusément à démêler les raisons de l'étrange attirance qu'il exerçait sur elle.
  Le général se mit à rire : « Et bien, dit-il gaiement, votre impression est-elle favorable? »
  Laurette devint cramoisie. Ah! il se moquait d'elle, à présent? Hardiment, elle répliqua :
  « Meilleure que je ne pensais, général.
  - Bravo! voilà de la franchise, au moins. Mais je suis pressé, mademoiselle : que voulez-vous de moi? »
  C'était le moment où Laurette devait, coûte que coûte, remporter la victoire. Elle rassembla ses forces :
  « Que vous me permettiez d'accompagner en Egypte mon frère, le lieutenant de Puyréal. »
  A cette réponse inattendue, Bonaparte resta un instant interdit, puis partit d'un éclat de rire. De nouveau le rouge monta au front de Laurette; mais c'était une rougeur de colère et non plus de confusion.
  « En Egypte! et que feraient en Egypte des mauviettes comme vous, je vous le demande! Croyez-vous que mes bateaux soient autant de pouponnières?
  - Mais..., balbutia Laurette, qui s'étranglait de dépit.
  - Il est convenu, je crois, que vous irez chez Mme Campan. C'est un excellent pensionnat : la citoyenne Bonaparte y a placé sa fille. Vous ne sauriez être mieux, et je vous engage à profiter de ses leçons.
  - Général », reprit courageusement Laurette, qui ne voulait pas s'avouer vaincue et qui luttait pour retenir ses larmes, « je n'ai plus au monde que mon frère, et...
  - Que diable! il reviendra. La place des femmes n'est pas à l'armée, mademoiselle, et vous êtes trop jeune pour vous faire cantinière. »
  Cantinière! A ce second affront que lui infligeait son ennemi (Ah! comme elle avait eu raison de voir en Bonaparte un ennemi!), l'orgeuilleuse fillette se sentit pâlir. Cependant elle tenta bravement un dernier effort et, retenant le général qui déjà s'éloignait en souriant, elle supplia une fois encore :
  « Général... »
  « C'est fini, songea-t-elle en même temps, j'ai tout perdu! »
  Le général, que cette passe d'armes semblait avoir mis en excellente humeur, regarda de haut la jeune personne qui lui tenait tête avec tant de courage; amicalement il lui pinça l'oreille.
  « Je regrette de vous décevoir, croyez-le, mon enfant. Hé! mademoiselle, si vous étiez un garçon, avec cette énergie dont pétillent vos yeux noirs, vous auriez fait une excellente recrue, même à treize ans. C'est votre âge, à ce que je crois?
  - J'aurai quatorze ans dans quelques jours », déclara Laurette avec dignité.


Reproduction interdite





COUVERTURES   année 1959



Laurette et la fille des pharaons, by DIÉLETTE       Laurette et la fille des pharaons, by DIÉLETTE



ANNEXE



Laurette et la fille des pharaons, by DIÉLETTE
Editeur :   Hachette impr. Brodard-Taupin (1959)
Collection :   Idéal-Bibliothèque
A.S.I.N :   B0014WWSD0




LIENS


Wikipédia
Diélette

Forum Livres Enfants
Laurette et la fille des pharaons, by DIÉLETTE

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog