Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 12:51

 Le voyageur de la Toussaint by, Georges SIMÉNON




Présentation de l'Editeur





Néant





FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


 

Agrandir



Titre :   Le voyageur de la Toussaint
Auteur :   Georges   SIMENON
Edition :   Gallimard  
Collection :   Pourpre

1er dép. lég. en 1941

Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Paris-Coulommiers
- 8566 - 2 - 1952 -

Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
réservés pour tous pays, y compris la Russie.
Copyright by Librairie Gallimard, 1941.

Reliure :   Reliée sur cartonnage
Nombre de pages : 253   TABLE DES MATIÈRES : NON

Livre épuisé chez l'Editeur


Poids :   205 grammes     Format :   115 x 255 mm
I.S.B.N :   NON                Code Barre = EAN :   NON


EXTRAIT   Le voyageur de la Toussaint by, Georges SIMENON page 06


Le voyageur de la Toussaint by, Georges SIMÉNON -image-70-150

 




  Le brouillard s'était dissipé et n'était maintenant qu'une buée bleue, avec des recoins violets, qui flottait sur le port. Les lampes électriques, au bout des longs poteaux, étaient allumées.
  Un matelot attendait Gilles sur le pont, près de la rambarde, du côté opposé au quai. Il enjamba, se laissa descendre le long de l'échelle de pilote et se trouva debout à l'arrière d'un canot, sa valise à ses pieds.
  Ainsi, il paraissait encore plus grand, plus maigre, plus étroit. Son pardessus trop long augmentait cette impression, et aussi le fait qu'il était en deuil, tout noir et blanc. Les avirons clapotaient dans l'eau du bassin où s'étiraient les reflets des lampes et voilà qu'au moment où Gilles allait sauter à terre il revoyait, juste devant lui, l'imperméable jaune, le dos de l'amoureux et l'œil de la jeune fille. On aurait pu croire que c'était le même baiser qui continuait.
  Sur l'épaule du jeune homme, Gilles, maintenant, distinguait une main, des petits doigts féminins, et ces doigts se mettaient à tirailler la gabardine.
  Il semblait à Gilles qu'il sentait la chaleur des deux corps, le goût de salive de ce baiser qui n'en finissait pas, le frôlement des cheveux sur sa joue. Ce petit geste de la main signifiait :
  - Lâche-moi...
  L'amoureux, qui tournait le dos au bassin, la serrait de plus belle et elle palpitait comme un oiseau qui tente de se dégager de la main qui le tient prisonnier.
  Elle dut se débattre avec violence. Gilles vit le visage presque en entier, un visage si jeune qu'il en fut gêné. Entendit-il? N'entendit-il pas? Toujours est-il qu'il fut certain qu'elle disait :
  - Regarde-le!


Reproduction interdite





ANNEXE



Le voyageur de la Toussaint by, Georges SIMENON
Editeur :   Gallimard
A.S.I.N :   B001BQ0C0A
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Georges SIMENON

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog