Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 10:43

Amours singulières, by William SOMERSET

 

Présentation de l'Editeur


Néant











FICHE TECHNIQUE DU LIVRE


Agrandir

Titre :   Amours singulières
Auteur :   William  SOMERSET MAUGHAM
Edition :   Le  Livre  de  Poche - 4, rue de Galliéra, Paris
numéro :  560

TEXTE FRANÇAIS
DE MADAME E. R. BLANCHET


4780 - VI - 7 6 086 - Dépôt légal n° 4440   3° trimestre 1965         Texte intégral
IMPRIMERIE UNION MULHOUSE


© Librairie Hachette, 1961.
Droits de reproduction et de traduction et d'adaptation
réservés pour tous pays,

Reliure :   Brochée;   illustrée couleurs en recto
Nombre de pages :  241       TABLE  DES  MATIÈRES :OUI

Poids :   135  grammes      Format :   110  x  165  mm
I.S.B.N :   NON                   Code Barre = EAN :   NON

 

Livre épuisé chez l'Editeur

 

EXTRAIT   Amours singulières, by William SOMERSET MAUGHAM   page : 10



  Freddy avait passé par Eton et Oxford. A présent, il avait plus de cinquante ans. Calme, courtois, réservé, il était, j'imagine, très intelligent. Son élégance n'était pas une élégance anglaise. De taille moyenne, il avait les cheveux gris et une barbiche grise en pointe, de beaux yeux sombres et un nez aquilin. On ne l'aurait pas pris pour un juif, mais plutôt pour un diplomate étranger, plein de distinction. Malgré sa réussite, cet homme de caractère paraissait enclin à une mélancolie dont on ne démêlait pas les causes. S'il avait eu des succès politiques et financiers, il n'était jamais parvenu à briller dans les sports. Pendant des années, il avait suivi les chasses à courre, mais il était médiocre cavalier et ce fut sans doute pour lui un soulagement quand l'âge et le poids des affaires lui permirent de renoncer à ces exercices. Il donnait de magnifiques battues, mais c'était un piètre tireur. Malgré le link de son parc, il n'était au golf qu'un joueur très quelconque. Il ne savait que trop l'importance de ces choses en Angleterre et il ne consolait pas de sa médiocrité. Enfin, George serait sa revanche.
  De première force au golf, Georges était mieux qu'un joueur de tennis moyen, sans pourtant être passionné pour ce jeu. Dès qu'il avait été capable de tenir une arme, ses parents l'avaient fait tirer et il promettait de devenir un grand fusil. On l'avait mis sur un poney à l'âge de deux ans. Freddy savait qu'à la chasse, son fils prenait les obstacles acec une ardeur joyeuse. Lui, hélas! n'avait jamais pu se débarrasser, malgré ses chevauchées assidues derrière le renard, de cette écœurente crispation au creux de l'estomac, qui, de ces parties, faisait pour lui une torture. Son George, grand gaillard bien découplé, aux cheveux ondulés d'un brun doré, aux yeux si bleus, représentait le type parfait du jeune Anglais. Il avait le naturel et la grâce des gens très bien élevés. Son nez droit était peut-être un peu charnu, ses lèvres trop pleines et sensuelles, mais quelles dents et quel teint! Son père l'adorait. Il n'aimait pas autant Harry, son second fils, râblé et fort pour son âge, mais dont les yeux noirs, où brillait l'intelligence, les cheveux crépus et le grand nez trahissaient la race. Freddy le traitait avec sévérité et souvent avec brusquerie. A George allait toute son indulgence. Harry entrerait dans les affaires, il avait de la tête et du savoir-faire, mais George était l'héritier. George serait gentleman anglais.


Reproduction interdite





 

ANNEXE



Amours singulières , by William SOMERSET MAUGHAM
Editeur :   LIVRE DE POCHE (1966)
A.S.I.N :   B003B47IOI
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
William SOMERSET MAUGHAM

Œuvres de
William SOMERSET MAUGHAM

Retour accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog