Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 20:11

 

Les nourritures terrestres by, André GIDE



Présentation de l'Editeur





Néant




A MON AMI
  MAURICE QUILLOT



FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE



Titre :   Les nourritures terrestres
Auteur :   André   GIDE
Edition :   Librairie Gallimard
ÉDITIONS DE LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE
43, rue de Beaune (VIIè)
PARIS

quatre-vingt-douzième édition

ACHEVÉ D'IMPRIMER
LE 21 JANVIER 1937 PAR
EMMANUEL GREVIN et FILS
A LAGNY-SUR-MARNE


LA PREMIÈRE ÉDITION DES « NOURRITURES TERRESTRES »
A PARU AU MERCURE DE FRANCE EN 1897

« LA RONDE DE LA GRENADE »
AVAIT PARU PRÉCÉDEMMENT DANS « L'ERMITAGE »


TOUS DROITS DE REPRODUCTION ET DE TRADUC-
TION RÉSERVÉS POUR TOUS LES PAYS, Y COMPRIS LA
RUSSIE.   COPYRIGHT BY GASTON GALLIMARD 1921.

Reliure :   Broché sur carton souple.
Nombre de pages : 190         TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   330 grammes             Format :   120 x 185 mm
A.S.I.N :   NON                       Code Barre = EAN :   NON


EXTRAIT   Les nourritures terrestres, by André GIDE   page 26


 

        La naissance d'Abel, mes fiançailles, la mort d'Eric, le bouleversement de ma vie, loin de finir cette apathie, semblèrent m'y replonger davantage, tant il semblait que cette torpeur vint de la complexité même de mes pensées, et de mes volontés indécises. J'eusse voulu dormir, infiniment, dans l'humidité de la terre et comme une végétation. Parfois je me disais que la volupté viendrait à bout de ma peine, et je cherchais dans l'épuisement de la chair une libération de l'esprit. Puis de nouveau je dormais de longues heures, ainsi que les petits enfants que l'on couche au milieu du jour, assoupis de chaleur, dans la maison vivante.
  Puis je me réveillais de très loin, en sueur, le cœur battant, la tête somnolente. La lumière qui s'infiltrait d'en bas, entre les fentes des volets clos, et renvoyait au plafond blanc les reflets verts de la pelouse, cette clarté du soir m'était la seule chose délicieuse, pareille à la clarté qui paraît douce et charmante, venue entre les feuilles et les eaux, et qui tremble, au seuil des grottes, après qu'on a longtemps senti vous envelopper leurs ténèbres.
  Les bruits de la maison arrivaient vaguement. Je renaissais lentement à la vie. Je me lavais avec de l'eau tiède et j'allais plein d'ennui vers la plaine, jusqu'au banc du jardin où j'attendais venir le soir sans rien faire. Pour parler, pour écouter, pour écrire, j'étais perpétuellement fatigué. Je lisais :

« ... Il voit devant lui
Les routes désertes,
Les oiseaux de la mer qui se baignent,
Étendant leurs ailes...
Il faut que j'habite ici...
... On me contraint à demeurer
sous les feuillages de la forêt
Sous le chêne, dans cette caverne souterraine.
Froide est cette maison de terre;
J'en suis tout lassé.
Obscurs sont les vallons
Et les hautes collines,
Triste enceinte de rameaux,
Couvertes de ronces, -
Séjour sans joie. »





CITATIONS


  Voici les fruits dont nous
nous sommes nourris sur la
terre.

LE KORAN, II, 23.

Mon paresseux bonheur qui longtemps sommeille
S'éveille.


HAFTZ de CHYRAZ


COMMENTAIRE en ligne



Les nourritures terrestres, by André GIDE
www.amazon.fr


ANNEXE



Les nourritures terrestres by, André GIDE
Editeur :   Editions Gallimard ( 1937)
A.S.I.N :   B003AKRYHY
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
André GIDE

Bibliographie
André GIDE

Haut de page

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog