Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 13:41

Missa sine nomine, by Ernst WIECHERT




Présentation de l'Editeur


  Ernst Wiechert a conquis, auprès du public français, une place de premier plan. Dans MISSA SINE NOMINE (qui est comme le dernier volet d'un tryptique dont LES ENFANTS JÉROMINE représenteraient, en quelque sorte, les deux premiers), il dépeint le bouleversement radical que le nazisme et deux guerres mondiales ont apporté dans ces régions de Prusse Orientale dont les mœurs étaient demeurées jusqu'alors quasi patriarcales.

  Les deux figures centrales de chacune de ces œuvres : Jons Jeromine dans LES ENFANTS JÉROMINE, Amédée de Liljecrona dans MISSA SINE NOMINE, ont entre elles un lien étroit : elles expriment l'idéal de justice et de paix de Wiechert, en face de la violence et de la haine.

  Le baron Amédée de Liljecrona a passé quatre ans dans un camp nazi; il y a appris que l'homme n'a pas de pire ennemi que l'homme. Libéré par la victoire des Alliés, il retrouve dans un château du centre de l'Allemagne ses deux frères et tout un groupe de paysans que les bombardements, l'avance russe et l'occupation ont chassés, à jamais peut-être, du domaine sur lequel, aux confins orientaux du pays, leur famille a vécu pendant des siècles.

  Humilié, plein de haine contre ses bourreaux, de mépris pour les autres, Amédée fuit d'abord le commerce de ses semblables et vit à l'écart dans la bergerie du château occupé par les Américains.

  Peu à peu, cependant, au contact de la nature, au spectable des malheurs qui se sont abattus sur tous les hommes, bons et méchants, vainqueurs et vaincus, entraîné par l'exemple de cœurs simples comme celui du pasteur Wittkopf ou du vieux cocher Christophe, l'âme d'Amédée s'ouvre de nouveau à la pitié, à la compréhension, à l'amour. De renoncement en renoncement, une longue et pathétique ascension le conduira à la sérénité. Par son seul ascendant spirituel, il exercera sur le petit monde qui l'entoure - symbole d'une génération déchirée - une bienfaisante influence; et c'est sur une note d'espoir que le roman s'achèvera : aussi longtemps qu'au cœur de quelques-uns brûlera la petite flamme de l'amour, l'humanité ne sera pas irrémédiablement perdue.




NOTE DU TRADUCTEUR


MISSA SINE NOMINE est le titre original de ce roman. Il est inattendu sous la plume du protestant qu"était Wiechert. L'un de ses amis, le professeur Eduard Spranger, en a proposé une explication. Ce titre aurait été inspiré à Wiechert par la Missa sine nomine du vieux maître Tadei da Gandra, qu'il entendit jouer à Zurich en mai 1950. Wiechert lui prêtait un sens symbolique : de même que la messe célèbre le mystère de la transsubstantiation, ce roman évoque la métamorphose de la haine en amour et de la rancune en charité, qui s'opère dans l'âme d'un ancien « concentrationnaire » Il dépeint ses efforts pour convertir en bien le mal latent chez les jeunes partisans de ses bourreaux et dans leur descendance. La « messe sans nom » serait donc l'office anonyme de rénovation spirituelle proposé par Wiechert aux hommes de bonne volonté de son pays, bouleversés par la politique et par la guerre, lourde tâche qui ne saurait, selon lui, se réclamer d'aucun parti et d'aucun dogme.




Fiche Technique du livre





Titre :   Missa sine nomine
Auteur :   Ernst WIECHERT
Edition :  CALMANN-LÉVY,   ÉDITEURS
3,   RUE AUBER -PARIS

Roman
Traduit de l'allemand par
JACQUES MARTIN

ACHEVÉ D' IMPRIMER LE 30 DÉCEMBRE 1952
PAR L' IMPRIMERIE FLOCH
A MAYENNE (FRANCE)
(2428)

CALMANN-LÉVY, ÉDITEUR
N° 8.204


DÉPOT LÉGAL : 4e trimestre 1952.

Copyright by CALMANN-LÉVY, 1952.
Tous droits de traduction, reprooduction et adoptation réservés réservés
pour tous les pays, y compris la Russie (U. R. S. S.)

Reliure :  Relié sur semi-cartonnage Editeur
Feuilles coupées main.

Nombre de pages  :  360                                        TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :  249 grammes                               Format :   140 x  210 mm
I.S.B.N :   NON                                         Code Barre = EAN:   NON

Livre épuisé chez l' editeur

 

 

Extrait   Missa sine nomine, by Ernst WIECHERT   page 186


 

  Il sourit légèrement et rouvrit les yeux. Il eut de la peine, ses paupières étaient pesantes. Mais il y avait les étoiles, toutes les étoiles possibles. Comme la nuit de son retour, quand leur nombre l'avait surpris. Une voûte miroitante, sous laquelle il gisait, et dont il laissait l'éclat pénétrer dans ses yeux.
  C'était une impression réconfortante et merveilleuse que de n'avoir plus peur. Elle l'envahissait tout d'un coup, sans préparation. Devant elle, la fièvre et les pensées s'évanouissaient. Elle l'enveloppait comme un chaud manteau. C'était un miracle, qui l'avait élu pour théâtre et qui s'opérait dans son sein, contre son cœur. C'était à cela que tous ses efforts avaient tendu pendant si longtemps. Et voilà que c'était arrivé, sans qu'il fût pour rien. Une sécurité profonde : et il n'avait pas entendu son pas léger.
  Peu importait que la jeune fille eût été chercher les hommes ou non. Même s'il devait rester ici toute une longue nuit, sous les étoiles qui allaient se lever pour décliner de nouveau, cette sécurité demeurait. Elle ne se lèverait ni ne déclimerait. Elle émanait de sources qui lui étaient inconnues, mais il sentait qu'elle ne le quitterait pas. Qu'il vécût ou qu'il mourût. Elle n'était pas liée à son corps, ni aux pulsations de son cœur. Elle était présente comme la voûte du ciel. Pas plus que les étoiles, la main de l'homme ne pouvait l'atteindre ni la toucher. Elle était venue, comme si elle avait décelé une place pour elle sur son visage : cette place dont Jacob avait dit que Dieu voulait y élire domicile.
  Il sourit de nouveau, et il lui sembla que cette place devenait plus grande, quand il souriait. Comme si un sourire sans peur eût été le seul moyen d'élargir cette place, qui n'était occupée ni par lui ni par les morts, mais par autre chose : par ce que Jacob appelait Dieu.
  Il entendit alors les pas des hommes qui sortaient de la forêt, derrière lui. Il ne pouvait pas voir la lumière de leur lanterne, ce cercle rougeâtre qui oscillait le long des troncs d'arbres. Mais il sentait approcher une grande clarté. Ce n'était point la civière qui en occupait le foyer, ni Christophe ni Erasme. C'était la merveilleuse certitude que la « jeune femme » avait parlé, qu'elle ne s'était tue. Qu'elle avait dit : « Il est là. Allez le chercher, avant qu'il meure!»




COUVERTURES


Missa sine nomine, by Ernst WIECHERT       Missa sine nomine, by Ernst WIECHERT




CITATION


Aux jours de ma jeunesse, le matin j'étais gai,
et le soir je pleurais; me voici plus âgé.
Le début de mes jours est tout rempli de doute,
mais leur fin est, pour moi, sereine et sanctifiée.

HÖLDERLIN.


ANNEXE


Missa sine nomine, by Ernst WIECHERT
Editeur :   Calmann Lévy Collection Traduit de (1953)
A.S.I.N :   B008AV1J8S
www.amazon.fr


ERNST WIECHERT


  Ernst Wiechert est né en 1887 en Prusse Orientale d'une famille de forestiers. Quand il eut 11 ans, on l'envoya au lycée de Kœnigsberg où il fit de brillantes études. En 1905, il obtint son diplôme de fin d'études secondaires et passa un an comme précepteur dans la famille d'un baron balte. Puis il poursuivit ses études à l'Université de Kœnigsberg et suivit des cours de sciences naturelles, d'anglais, de géographie, de philosophie et de langue allemande. Nommé professeur à Kœnigsberg en 1911, il resta dans l'enseignement jusqu'en 1933.
  En 1913 il publiait son premier livre. Mobilisé pendant la première guerre mondiale, il continua à écrire, publiant jusqu'en 1933 de nombreuses œuvres dont les plus importantes sont :
« LA FORÊT » (1922); « LE LOUP DES MORTS » (1924); « ANDRÉ NYLAND, SERVITEUR DE DIEU » (1925); « LA SERVANTE DU PASSEUR » (1932); « LE REVENANT » (1934); « LA FORÊT DES MORTS » (1946); « DES FORÊTS ET DES HOMMES » (1922); « LES ENFANTS JÉROMINE »
En 1933, il quittait l'enseignement et Berlin où il habitait depuis trois ans, pour s'installer dans le Sud bavarois et s'y consacrer pleinement à la Poésie et aux Lettres. Les événements ne devaient pas lui permettre de réaliser ce projet.
  A l'arrivée de Hitler au pouvoir, contrairement à ce que firent tant d'intellectuels allemands restés en Allemagne, il ne se déclara pas pour Hitler, gardant au contraire une attitude réservée. Après l'Anschluss, ayant tenu aux étudiants de Munich un discours sur l'esprit de conquête et d'oppression, il fut envoyé dans un camp de concentration. Il fut libéré quelques mois plus tard, mais on lui imposa le silence en lui interdisant toute publication.
  Après la guerre, malgré ses succès littéraires, il se sentit isolé en Allemagne et chercha un refuge en Suisse. C'est alors qu'il écrivit « LES ENFANTS JÉROMINE ». Il venait d'achever son roman « MISSA SINE NOMINE » dont paraît aujourd'hui la traduction française quand il mourut.




LIENS



Wikipédia
Ernst WIECHERT

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog