Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 13:02

Mon village au bord du ciel, by SAINT-MARCOUX

Présentation de l'Editeur




Néant






FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE






Titre :   Mon village au bord du ciel
Auteur :   Jany   SAINT-MARCOUX
PRIX MONTYON DE LITTÉRATURE DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
GRAND PRIX DE LITTÉRATURE DU SALON DE L'ENFANCE 1954
GRAND PRIX “ LA JOIE PAR LE LIVRE ” 1959   (JURY FILLES)

Edition :   SOCIÉTÉ NOUVELLE DES ÉDITIONS G. P.
80, RUE SAINT-LAZARE, PARIS-9e

est deux cent dix-huitième
de la
BIBLIOTHÈQUE
ROUGE ET OR

Série “Souveraine”


Dépôt légal n° n° 1359 - 3° trimestre 1965     Novembre 1965

il a été imprimé
sur les presses de
l'Imprimerie Maillet et Cie
à Saint-Ouen
Photogravure S. T. O.



ILLUSTRATIONS DE GILLES VALDÈS
couleurs pleine page hors-texte annotées et,
couleurs et noir & blanc in texte.

Je préférerais un pavillon, vous le savez.   p. 27
Mais de ceux-là je m'éloigne, malgré les nettes préférences d'Ourson...   p. 57
J'en ai par-dessus la tête, du provisoire...   p. 73
Nous avons dirigé nos pas vers le chantier de la chapelle...   p. 111
Si vous permettez, m'sieur Marly?...   p. 127
Et voilà qu'il neige, maintenant!   p. 153
Dio Mio! Etonnant qu'elle se tienne encore debout...   p. 165


© 1965 - Société Nouvelle des Éditions G.P., Paris

Reliure :   Cartonnée en pelline ivoire, dos orné, plat décoré au balancier.

Nombre de pages : 187       TABLE DES CHAPITRES : NON

Poids :   337 grammes   Format :   150 x 210 mm
I.S.B.N :   NON              Code Barre = EAN :   NON

PRINTED IN FRANCE

Livre épuisé chez l'Editeur

 

EXTRAIT   Mon village au bord du ciel by, SAINT-MARCOUX   page 59


Mon village au bord du ciel, by SAINT-MARCOUX




  Très souvent, maintenant, pour promener Ourson, nous circulons dans ce que je suis tentée d'appeler le « village » et qui n'est encore qu'une vaste agglomération, à demi érigée. Mais, une fois terminée, elle comprendra quatorze blocs d'immeubles de cinq étages, disposés par sept, en rangées obliques, de chaque côté, à l'avant de la tour. Car c'est à l'arrière de notre gratte-ciel que se tiendront les bâtiments « communautaires », tandis qu'en face de lui s'étend une sorte d'esplanade gazonnée, en sous-sol de laquelle on creuse des garages. Le terrain a dû coûter cher le mètre carré, ici! En dessus, en dessous, partout on l'utilise à plein rendement.
  Pour le moment, comme les bâtiments de l'aile droite en sont encore aux fondations et que l'exode rituel des vacances d'août a entraîné nos voisins vers la mer ou la montagne, les Comètes sont à peine peuplées. Aussi peut-on déambuler tranquillement, l'après-midi, sans rencontrer âme qui vive à travers nos « rues », sauf dans les parages des chantiers. Mais de ceux-là je m'éloigne, malgré les nettes préférences d'Ourson que fascinent les grues, les bulldozers, les excavatrices, les perforatrices, les compresseurs et les bétonneuses, tout ce qui remue de la terre et déclenche un vacarme infernal! Moi, ça me casse les oreilles. Et puis j'ai bien trop peur de voir Ourson disparaître dans un trou, saisi par une de ces pelleteuses géantes qui le broieraient entre ses dents d'acier comme un vulgaire caillou.
  Le seul chantier que nous fréquentions parfois est donc un chantier « en panne », déserté, abandonné peut-être. Il s'ouvre très à l'écart des autres, presque en lisière du bois, et, bien que l'on y ait élevé des fondations importantes, je n'arrive pas à deviner ce qui surgira en pareil endroit. Un cinéma? Une piscine? Ou la fameuse garderie, si réclamée?... Il faudra que je le demande à Mme James. Par pure curiosité, car de celui-là non plus nous ne profiterons pas... Il y a pourtant une semaine que nous sommes ici. Déjà une semaine! J'en suis effarée.
  Léo vient de partir pour la montagne où il restera deux mois, comme il en a l'habitude, moniteur dans une colonie de vacances de notre ancien quartier. Mon frère m'a laissé sa Mobylette toute neuve et chaque jour, depuis, Ourson en croupe, nous nous rendons au Prieuré. Trois kilomètres, une bagatelle. Que cette route est agréable à travers les bois de Verrières! Et le Prieuré, donc! Une authentique merveille, celle-là... Une ravissante propriété dont la demeure basse et longue a l'air de s'emmitoufler sous son lierre, de se dissimuler sous les vieux ormes qui l'entourent comme pour mieux échapper au tintamarre et aux indiscrétions du siècle.


Reproduction interdite





DU MÊME AUTEUR



AÉLYS ET LA CABRE D'OR
ÉGLANTINE DES CHEMINS
FANCHETTE
LA ROSE D'ARGENT
DOUCETTE AU CŒUR D'OR
LA DUCHESSE EN PANTOUFFLES
LE SECRET DE PIERRES-NOIRES
LE VOLEUR DE LUMÈRE
LES CHAUSSONS VERTS
L'ESCALIER BLEU
L'OUBLIÉE DE VENISE
PRINCESSE CACTUS



 

ANNEXE



Mon village au bord du ciel, by SAINT-MARCOUX
Editeur :   Éditions G.P. Saint-Ouen, impr. G. Maillet et Cie (1965)
A.S.I.N :   B0014PTB7S
www.amazon.fr


LIENS


Wikipédia
Jany SAINT - MARCOUX

Bibliographie
SAINT - MARCOUX

Photos Galerie
SAINT - MARCOUX

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog