Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 15:57

Pilote d'acrobatie, by Michel DETROYAT



Présentation de l'Editeur




Néant







FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE





Titre :   Pilote d'acrobatie
Auteur :   Michel   DÉTROYAT
Edition :   HACHETTE

BIBLIOTHÈQUE HACHETTE

numéro de référence : 05

ILLUSTRATIONS DE JEAN RESCHOFSKY
Couleurs et noir & blanc pleine page hors-texte annotées, et
noir & blanc in texte.

IL AVAIT PRÉVENU SES AMIS GAUCHOS...   p. 17
Le déjeuner était servi par les « gauchos ».   p. 33
UN SOIR, JE DINAIS AVEC SAINT-EXUPÉRY   p. 53
L'avion se posa sur les pommiers.   p. 67
Juste le temps de griller une cigarette.   p. 77
LE VOL DE LINDBERGH RESTERA LE PLUS GRAND EXPLOIT AÉRONAUTIQUE.   p. 89
Des milliers d'hommes et de femmes chargeant.   p. 95
Nous étions perdus corps et biens!.   p. 105
LINDBERGH QUITTA LE SOL.   p. 121
Les débuts seront assez pénibles.   p. 139
Je commençai des acrobaties faciles.   p. 149
QUAND IL VOLAIT DANS LES ANDES...   p. 159
En 1913, Pégoud eut l'idée de tenter un saut en parachute.   p. 167
Mon Morane rouge et noir.   p. 177
MON MORANE EST UN APPAREIL MAGNIFIQUE.   p. 189
IL LES INQUIÈTE, CE ZINC...   p. 201
Après le deuxième virage.   p. 211
Mon père fut un grand cavalier...   p. 221
IL SERA TENU COMPTE DE L'AXE ET DU CADRE.   p. 233
L'avion se retrouve en palier sur le dos.   p. 239
LE FIN DU FIN DE LA HAUTE ÉCOLE...   p. 259
IL EST FACILE D'ÉPATER LA GALERIE...   p. 271

Dép. lég. 6116 - 4e tr. 57

Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Imprimeur-Relieur
Paris-Coulommiers
- 2460 - I - 10 - 6555 -

© Librairie Hachette 1957.
Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   Relié sur cartonnage Editeur plein toile brune claire.
Titrage doré à chaud sur dos rond.
Nombre de pages : 276       TABLE   DES MATIÈRES : OUI

Poids :   248 grammes     Format :   115 x 165 mm
I.S.B.N :   NON     Code Barre = EAN :   NON


EXTRAIT   Pilote d'acrobatie, by Michel DÉTROYAT   page 76



Pilote d'acrobatie, by Michel DETROYAT -image-50-150




  Grâce au vent, le voyage aller fut très rapide. A 10 heures 30, soit trois heures et demie après notre décollage, nous atterrissions à Istres. Cela représentait un peu plus de 200 de moyenne. C'était très bien.
  Je n'eus guère le temps de remuer mes souvenirs d'Istres où, deux ans plus tôt, je faisais mes débuts d'aviateuur. Juste un coup d'œil le temps de griller une cigarette et d'avaler deux tasses de café pendant qu'on faisait le plein des réservoirs, quelques poignées de mains à de vieux camarades qui avaient veillé pour me souhaiter bonne chance, des bourrades sur l'épaule, des mots de Cambronne et j'étais déjà dans la carlingue en attendant que le moteur fût assez chaud pour pouvoir repartir vers Paris.
  Je ne suis pas spécialement superstitieux, mais j'ai remarqué que, si j'ai le malheur de me dire : « Tout va bien », aussitôt un coup dur s'abat sur moi comme par une sorte de fatalité.
  C'est ce qui se produisit alors que je venais de décoller du terrain d'Istres sur le chemin du retour. J'étais en pleine forme et je me disais « Au fond, ce raid est une véritable promenade de santé », quand les choses commencèrent à se compliquer.
  Exprès pour me narguer ou pour me punir de ma présomption, le mistral se mit à se lever, un mistral hargneux, rageur, violent, bref un mistral des grands jours qui nous freinait et nous glaçait jusqu'à la mœlle des os.
  Weiss et moi, Marrec et Lefèvre aussi sans doute, étions frigorifiés. La gnôle et les « thermos » de café et de bouillon furent vite « séchés » sans résultats appréciables. De plus, un courant d'air perfide s'était glissé dans mon poste de pilotage, qui me glaçait les pieds. C'était d'autant plus pénible que nous avancions comme des tortues. Cette vallée du Rhône, j'avais l'impression qu'on n'en verrait jamais la fin.
  Heureusement, comme toujours par fort mistral, le ciel était parfaitement dégagé, la pleine lune éclairait le ciel étoilé et la terre presque comme en plein jour. De temps en temps Marrec et Lefèvre venaient à notre hauteur et par gestes nous faisaient comprendre qu'eux aussi étaient frigorifiés.
  Les heures passaient et nous n'avancions guère. C'était d'ailleurs le plus inquiétant, car pour lutter contre le vent le moteur de notre Bréguet, un 400 CV Lorraine, consommait une grande quantité d'essence. Et la question se posait avec angoisse : aurait-on assez de carburant pour atteindre Le Bourget.


Reproduction interdite





ANNEXE



Pilote d'acrobatie, by Michel DÉTROYAT
Editeur :   Hachette (1957)
A.S.I.N :   B00185605K
www.amazon.fr

LIENS



Wikipédia
Michel DÉTROYAT

Livres illustrés par Jean Reschofsky
Voir Album sur Flickr

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog