Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 08:58

 

 

 

 Thaïs by, Anatole FRANCE




Présentation de l'Editeur












FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


 

Agrandir



Titre :   Thaïs
Auteur :   Anatole   FRANCE
DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE
Edition :   COLLECTION POURPRE  


Imprimé en France
BRODARD TAUPIN
Coulommiers (France)
310-3-1491-

Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.



Reliure :   Reliure élégante et solide en simili-cuir pourpre avec titre doré au dos.
Couvre-livre
Nombre de pages : 253   TABLE DES MATIÈRES : NON

Livre épuisé chez l'Editeur

 


Poids :   195 grammes     Format :   115 x 255 mm
I.S.B.N :   NON               Code Barre = EAN :   NON


EXTRAIT   Thaïs, by Anatole FRANCE   page : 3


Thaïs by, Anatole FRANCE -image-70-150

 




  En ce temps-là le désert était peuplé d'anachorètes. Sur les deux rives du Nil, d'innombrables cabanes, bâties de branchages et d'argile par la main des solitaires, étaient semées à quelque distance les unes des autres, de façon que ceux qui les habitaient pouvaient vivre isolés et pourtant s'entraider au besoin. Des églises, surmontées du signe de la croix, s'élevaient de loin en loin au-dessus des cabanes et les moines s'y rendaient dans les jours de fête, pour assister à la célébration des mystères et participer aux sacrements. Il y avait aussi, tout au bord du fleuve, des maisons où les cénobites, renfermés chacun dans une étroite cellule, ne se réunissaient qu'afin de mieux goûter la solitude.
  Anachorètes et cénobites vivaient dans l'abstinence, ne prenant de nourriture qu'après le coucher du soleil, mangeant pour tout repas leur pain avec un peu de sel et d'hysope. Quelques-uns, s'enfonçant dans les sables, faisaient leur asile d'une caverne ou d'un tombeau et menaient une vie encore plus singulière.
  Tous gardaient la continence, portaient le cilice et la cuculle, dormaient sur la terre nue après de longues veilles, priaient, chantaient des psaumes, et pour tout dire, accomplissaient chaque jour les chefs-d'œuvre de la pénitence. En considération du péché originel, ils refusaient à leur corps, non seulement les plaisirs et les contentements, mais les soins mêmes qui passent pour indispensables selon les idées du siècle. Ils estimaient que les maladies de nos membres assainissent nos âmes et que la chair ne saurait recevoir de plus glorieuses parures que les ulcères et les plaies. Ainsi s'accomplissait la parole des prophètes qui avaient dit : "Le désert se couvrira de fleurs."
  Parmi les hôtes de cette sainte Thébaïde, les uns consumaient leurs jours dans l'ascétisme et la contemplation, les autres gagnaient leur subsistance en tressant les fibres des palmes, ou se louaient aux cultivateurs voisins pour le temps de la moisson. Les gentils en soupçonnaient faussement quelques-uns de vivre de brigandage et de se joindre aux Arabes nomades qui pillaient les caravanes. Mais à la vérité ces moines méprisaient les richesses et l'odeur de leurs vertus montait jusqu'au ciel.


Reproduction interdite






ANNEXE



Thaïs by, Anatole FRANCE
Editeur :   Pourpre (1941)
A.S.I.N :   B003X740IU
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Anatole FRANCE

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog