Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 13:15

Ton pays sera mon pays, by Claude ORCIVAL



Présentation de l'Editeur


  Il est exceptionnel qu'une femme s'acclimate sans peine dans un milieu social supérieur, où son mari réussit pourtant de son côté, porté par ses dons et ses goûts propres. Plus fréquemment, elle est repoussée par les autres et par elle-même : « snobée » en public, gangrénée de l'intérieur par ses complexes, elle débouche vite en plein drame.

  Paul Chastenet, brillant auditeur au Conseil d'État, frais émoulu de l'École d'Administration, est, sans qu'on s'en doute, un ancien instituteur d'Alès. Il s'impose promptement à la Résidence générale où il est nommé. Cette communauté restreinte de Français, milieu fermé, excité par une espèce de fièvre obsidionale, et à l'affût de tout ce qui peut piquer la curiosité ou la malveillance, mène une étourdissante vie mondaine.

  Catherine Chastenet, pure et sauvage, arrive de sa province pour rejoindre son mari. Une main qui hésite et recule, une réponse bredouillée, un accroc à la mode, il n'en faut pas davantage : la jeune femme, vite épinglée, alimente les bavardages. Le drame, longtemps mitonné dans les cocktails et les thés, éclate avec une force hallucinante; Catherine, raidie dans sa fierté prolétarienne, fait figure de brebis galeuse. Paul, qui doit choisir entre son succès personnel et le bonheur de son ménage, devient l'amant d'une des idoles de la Résidence. La crise dresse les deux époux inconciliablement l'un devant l'autre. Et les voilà, les mal mariés, réduits à eux-mêmes, désespérément seuls, acculés au malheur.


  Aucune clef n'ouvre les pages de ce livre :
les personnages en sont entièrement fictifs.

Claude ORCIVAL



FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE




Titre :   Ton pays seras mon pays
Auteur :   Claude   ORCIVAL
Edition :   GALLIMARD     nrf

roman

4° édition

D. L. 4° trimestre 1953
N° d'Éditeur : 3967

Imprimé en France

ACHEVÉ D'IMPRIMER LE
VINGT-DEUX SEPTEMBRE MIL
NEUF CENT CINQUANTE-TROIS
SUR LES PRESSES
DE L'IMPRIMERIE NICEA


Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction
résevés pour tous les pays, y compris la Russie.
Copyright by Librairie Gallimard, 1953.

Reliure :   Broché sur carton souple
ETS DHUIÈGE IMP. BAGNEUX   (SEINE)
Nombre de pages : 310         TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   295 grammes             Format :   140 x 205 mm
I.S.B.N :   NON                       Code Barre = EAN :   NON

Prix neuf Editeur   625 fr. B. C. + T. L.

Livre épuisé chez l'éditeur


CITATION


 

  En quelque lieu que tu ailles, j'irai avec toi, et partout où tu demeureras, j'y demeurerai zaussi : ton pays sera mon pays, et ton Dieu sera mon Dieu. La terre où tu mourras me verra mourir; et je serai ensevelie où tu le seras. Je veux bien que Dieu me traite dans toute sa rigueur, si jamais rien me sépare de toi, que la mort seule


Livre de Ruth, I, 16-17.

  Le choix de la résidence de la famille appartient au mari : la femme est obligée d'habiter avec lui, et il est tenu de la recevoir.


Code Civil,   Art.   215.


Extrait   Ton pays sera mon pays, by Claude ORCIVAL   page 162


  - Je t'ai attendu pendant trois semaines, disait Catherine, et tu penses encore au bureau, tu t'enfuis, je ne sais plus où te rejoindre.
  Il s'efforça quelques minutes d'être présent, mais au dessert, repoussa son assiette, et se mit à couvrir de notes son calepin. Catherine s'estompa. Il restait face à face avec ses idées bourdonnantes.
  Elle se leva, alla chercher son tricot, traînant ses pantoufles. Valentine poussa du genou la porte de l'office, et desservit. Paul passa dans son cabinet de travail.
  Un reniflement lui fit lever la tête. Catherine, venue s'asseoir en silence, pleurait, son tricot sur les genoux. Il surprit dans les yeux de sa femme une lueur qui le hérissa. Il resta un moment la plume en l'air, le regard vague. Elle était là, muette, plaie ouverte à son flanc, et c'est au moment qu'il pensait le moins à elle, qu'elle se rappelait à lui le plus cruellement. Qui avait raison? N'est-ce pas insensé de s'occuper de choses insensibles? Affaires à traiter, dossiers à instruire, télègrammes à rédiger, qu'est tout cela auprès d'un cœur qui bat, et d'une larme qui coule?
  « Comme il est difficile de vivre ensemble... ». Il se leva sans bruit, posa la main sur l'épaule de Catherine, et l'entraîna vers un fauteuil, où il la prit sur ses genoux.
  Il serrait sur sa poitrine la tête brûlante, facile à bouleverser. Mais tandis qu'il passait sur la nuque un doigt distrait, un projecteur éclaira progressivement un coin obscur de son cerveau, qui n'avait pas cessé de travailler au discours.
  Au creux de son épaule, Catherine rêvait :
  - Se cacher dans toi, comme c'est réchauffant!
  Réprimant son désir de se lever, Paul tâcha d'emmagasiner les formules dans sa mémoire.
  - A quoi penses-tu? chuchota-t-elle, entrouvant les paupières.
  Paul lui releva le menton :
  - L'amour, il n'y a que ça qui compte, pour toi.
  Elle fit signe que oui :




COUVERTURES


 

Ton pays sera mon pays, by Claude ORCIVAL       Ton pays sera mon pays, by Claude ORCIVAL




ANNEXE



Ton pays seras mon pays, by Claude ORCIVAL
Editeur :   Gallimard   nrf,   (1953)
A.S.I.N :   B0000DUBO3
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Claude ORCIVAL (Pseudo)

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog