Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 16:39

Une voix au bout du fil, by Olivier SÉCHAN



Présentation de l'Editeur


UN téléphone qui sonne, qui sonne, interminablement...
  Jean-Luc n'y tient plus : d'un bond, il entre par la fenêtre ouverte, il décroche.
  « Qui est à l'appareil? »
  Au bout du fil, une voix étrange répond par quelques phrases auxquelles il ne comprend rien. Ahuri, il se retourne. C'est pour apercevoir une fille qui le regarde d'un air furieux.
  « Qu'est-ce que tu fais ici, toi? »
  Curieuse façon de lier connaissance! Et conséquences inattendes pour Jean-Luc qui se dira plus d'une fois : « Décidément, cette maison n'a pas fini de me réserver des surprises... »








FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE







Titre :   Une voix au bout du fil
Auteur :   Olivier   SÉCHAN
Edition :   HACHETTE

numéro de référence : 196

NOUVELLE BIBLIOTHÈQUE ROSE

ILLUSTRATIONS DE FRANÇOIS BATET
Couleurs pleine page hors-texte, annotées et,
noir & blanc in texte.

Et enfin une sorte de petit train.   p. 32
Ils allèrent s'asseoir au fond du jardin.   p. 64
Brigitte berçait Nicky dans ses bras.   p. 96
« Tu n'aurais pas, Brigitte quelques ennuis? »   p. 128
« Non! protesta Brigitte. »   p. 160


Dép. lég. 3901   - 4e tr. 65

Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Imprimeur - relieur
03.294 - I - 10 - 2249

© Librairie Hachette, 1965.
Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   Cartonnée pelliculée à dos carré illustrée couleurs in recto.
Imprimé en France
par Lienhart & Cie - Clamart

BRODARD ET TAUPIN RELIURE
Nombre de pages : 191       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   175 grammes       Format :   110 x 165 mm
I.S.B.N :   NON                 Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l' Editeur



EXTRAIT   Une voix au bout du fil, by Olivier SÉCHAN   page 32


Une voix au bout du fil, by Olivier SECHAN -image-60-150




  Une minute plus tard, après avoir traversé quelques ruelles, ils débouchaient sur la petite place du village. La fête, qui avait lieu trois fois par an, n'était évidemment que fort modeste : il y avait un manège, un stand de tir, une loterie, quelques marchands de friandises, de berlingots, et enfin une sorte de petit train, monté sur pneus, composé d'une auto camouflée en machine, d'un wagon, et qui faisait faire aux enfants le tour du village. Des flonflons entraînants se déversaient d'un haut-parleur accroché à l'un des gros platanes de la place.
  Après avoir acheté quelques bonbons, les deux garçons se glissèrent à travers les autos qui encombraient les abords du quai et descendirent sur la plage. Les canoës accostaient. Jean-Luc se précipita vers le premier, que tiraient à terre trois garçons d'une vingtaine 'années marbrés de coups de soleil.
  « Français? English? Deutsch? demanda-t-il.
  - Deutsche! répondirent les garçons en riant.
  - Ah! j'ai gagné! dit Jean-Luc en se retournant vers Michel.
  - Pourrais-tu nous renseigner? demanda l'un des canoéistes en un excellent français. Nous mourons de faim et de soif... wir sind sehr hungrig! Puisque tu parles allemand. Alors, pain, fruits, jambon...
  - Und Wasser! compléta Jean-Luc, très fier d'exhiber ses connaissances.
  - Et aussi un peu de Wein! dit l'Allemand en lui tapant sur l'épaule. Nous avons vu... trop d'eau pour ce jour... tu comprends? Depuis sept heures nous sommes sur la rivière! »
  D'autres canoës accostaient. La plage retentissait de cris joyeux, d'appels. Un peu plus haut des enfants jouaient dans le sable, on se baignait. Puis on vit arriver trois barques plates, dirigées à la perche par des hommes du pays; chacune contenait quatre touristes. Parties de Vallon-Pont-d'Arc le matin, après un arrêt en cours de route pour pique-niquer, au milieu des profondes et inaccessibles gorges de l'Ardèche, elles abordaient maintenant. Dans quelques minutes, on les chargerait sur des remorques et une grosse auto les remonterait jusqu'à Vallon, en même temps que les touristes.
  Jean-Luc et Michel conduisirent l'un des canoéistes chez les commerçants du coin, l'aidèrent à faire ses emplettes, puis revinrent au canot. Pendant un moment, ils conversèrent avec les jeunes gens et se firent raconter leur descente du canon de l'Ardèche. Puis quand ceux-ci décidèrent d'aller s'installer plus loin pour camper, ils leur dirent au revoir, en leur promettant de revenir les voir le lendemain.


Reproduction interdite





COUVERTURES


 

Une voix au bout du fil, by Olivier SÉCHAN     Une voix au bout du fil, by Olivier SÉCHAN




ANNEXE



Une voix au bout du fil, by Olivier SÉCHAN
Editeur :   Hachette Nouvelle Bibliothèque Rose (1965)
A.S.I.N :   B003X7C2NA
www.amazon.fr


DU MÊME AUTEUR



dans la même collection:

LA CACHETTE AU FOND DES BOIS
TROIS COUSINS DANS UN MOULIN



dans l'Idéal - Bibliothèque :

ALLÔ, LUC?... ICI, MARTINE
LUC ET MARTINE FONT ÉQUIPE
LUC ET MARTINE A LA TOUR BLANCHE



LIENS



Wikipédia
Olivier SÉCHAN

Photos Galerie Nouvelle Bibliothèque Rose
Photos Galerie

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog