Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 14:48

L'étoile du sud, by jules VERNE



Présentation de l'Editeur










FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE N° 01




Titre :   L'étoile du sud
Le pays des diamants
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   LIBRAIRIE HACHETTE

BIBLIOTHÈQUE VERTE

NOUVELLE BIBLIOTHEQUE D'EDUCATION ET DE RECREATION



Imprimerie HACHETTE 9, rue Stanislas 206-5-30.PARIS

Copyright by Librairie Hachette, 1930
Tous droits de traduction, de repro-
duction réservés pour tous pays.


Reliure :   Relié sur cartonnage percaline verte

Nombre de pages : 245       TABLE   DES   MATIÈRES : OUI

Poids :   214 grammes           Format :   125 x 170 mm
I.S.B.N :   NON                      Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur
Valeur selon état sur le Web : Juin 2007 de 03€00 à 05€00


EXTRAIT   L'étoile du sud, by Jules VERNE   page : 25


 



  Le laboratoire du jeune ingénieur, avec ses appareils bizarres, l'intéressait puissamment. Elle était surtout fort curieuse de connaître tout ce qui se rattachait à la nature des diaments, cette précieuse pierre qui jouait dans les conversations et dans le commerce du pays un rôle si important. En vérité, Alice était assez portée à ne regarder cette gemme que comme un vilain caillon. Cyprien - elle n'était pas sans le voir - avait, sur ce point, des dédains tout pareils aux siens. Aussi cette communion de sentiments ne fut-elle pas étrangère à l'amitié qui s'était promptement nouée entre eux. Seuls dans le Griqualand, on peut hardiment le dire, ils ne croyaient pas que le but unique de la vie dût être de rechercher, de tailler, de vendre ces petites pierres, si ardemment convoitées dans tous les pays du monde.
  « Le diamant, lui dit un jour le jeune ingénieur ingénieur, est tout simplement du carbone pur. C'est un fragment de charbon cristallisé, pas autre chose. On peut le brûler comme un vulgaire morceau de braise, et c'est même cette propriété de combustibilité qui en a, pour la première fois, fait soupçonner la véritable nature. Newton, qui observait tant de choses, avait noté que le diamant taillé réfracte la lumière plus que tout autre corps transparent. Or, comme il savait que ce caractère appartient à la plupart des substances combustibles, il déduisit de ce fait, avec sa hardiesse ordinaire, la conclusion que le diamant « devait » être combustible. Et l'expérience lui donna raison. »


Reproduction interdite





ANNEXE



L'étoile du sud, by Jules VERNE
Editeur :  Librairie Hachette
A.S.I.N :  B001BMXCQK
www.amazon.fr


LIENS


Wikipédia
L'étoile du sud, by Jules VERNE

Wikipédia
Jules VERNE

Bibliographie
Jules VERNE

RETOUR ACCUEIL

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 14:41

L'étoile du sud, by Jules VERNE



Présentation de l'Editeur










FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE N° 1




Titre :   L'étoile du sud
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   HACHETTE

BIBLIOTHÈQUE VERTE


- Dépôt légal n° 8759 -

Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Paris-Coulommier
- 7607-1-1950 -

Copyright by Librairie Hachette, 1930
Tous droits de traduction, de repro-
duction réservés pour tous pays.


Reliure :   Relié sur cartonnage en percaline verte
Nombre de pages : 247       TABLE   DES   MATIÈRES : OUI

Poids :   214 grammes            Format :   120 x 170 mm
I.S.B.N :   NON                      Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur

EXTRAIT   L'étoile du sud, by Jules VERNE   page : 25


 



  Le laboratoire du jeune ingénieur, avec ses appareils bizarres, l'intéressait puissamment. Elle était surtout fort curieuse de connaître tout ce qui se rattachait à la nature des diaments, cette précieuse pierre qui jouait dans les conversations et dans le commerce du pays un rôle si important. En vérité, Alice était assez portée à ne regarder cette gemme que comme un vilain caillon. Cyprien - elle n'était pas sans le voir - avait, sur ce point, des dédains tout pareils aux siens. Aussi cette communion de sentiments ne fut-elle pas étrangère à l'amitié qui s'était promptement nouée entre eux. Seuls dans le Griqualand, on peut hardiment le dire, ils ne croyaient pas que le but unique de la vie dût être de rechercher, de tailler, de vendre ces petites pierres, si ardemment convoitées dans tous les pays du monde.
  « Le diamant, lui dit un jour le jeune ingénieur ingénieur, est tout simplement du carbone pur. C'est un fragment de charbon cristallisé, pas autre chose. On peut le brûler comme un vulgaire morceau de braise, et c'est même cette propriété de combustibilité qui en a, pour la première fois, fait soupçonner la véritable nature. Newton, qui observait tant de choses, avait noté que le diamant taillé réfracte la lumière plus que tout autre corps transparent. Or, comme il savait que ce caractère appartient à la plupart des substances combustibles, il déduisit de ce fait, avec sa hardiesse ordinaire, la conclusion que le diamant « devait » être combustible. Et l'expérience lui donna raison. »


Reproduction interdite





ANNEXE


L'étoile du sud, by Jules VERNE
Editeur :   Hachette (1944)
A.S.I.N :   B0000DRQMP
www.amazon.fr



LIENS


Wikipédia
L'étoile du sud, by Jules VERNE

Wikipédia
Jules VERNE

Bibliographie
Jules VERNE

RETOUR ACCUEIL

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 13:06

20.000 Lieues sous les mers, 1e partie, by Jules VERNE



Présentation de l'Editeur




Néant









FICHE   TECHNIQUE DU LIVRE


Titre :   20.000 Lieues sous les mers
Première partie
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   Librairie Hachette

Nouvelle Collection Illustrée des Œuvres de Jules VERNE

BRODARD & TAUPIN
COULOMMIERS-PARIS

(France)
26931 - 2 - 8391.

ILLUSTRATIONS DE H. GALLAND
noir & blanc in texte annotées.

UNE LUEUR S'ELEVAIT DES PROFONDEURS DE LA MER.   p 2
A l'ARRIÈRE DU « MORAVIAN » UN FORT REMOUS AGITAIT LES EAUX.   p. 9
« CONSEIL, PRÉPARE-TOI. NOUS PARTONS DANS DEUX HEURES. »   p 25
NED LAND, LE ROI DES HARPONNEURS.   p 33
ACCROCHÉ D'UNE MAIN A LA MARTINGALE, NED LAND BRANDISSAIT DE L'AUTRE SON TERRIBLE HARPON.   p. 57
« MONSIEUR VEUT-IL AVOIR L'EXTRËME OBLIGEANCE DE S'APPUYER SUR MON ÉPAULE? » DIT CONSEIL.   p 63
HUIT SOLIDES GAILLARDS, LE VISAGE VOILÉ, APPARURENT SILENCIEUSEMENT.   p 69
« CALMEZ-VOUS, MAITRE LAND, ET VOUS, MONSIEUR LE PROFESSEUR, VEUILLEZ M'ÉCOUTER. ».   p. 87
LE CAPITAINE NEMO.   p. 97
« CES LIVRES, MONSIEUR LE PROFESSEUR, SONT A VOTRE DISPOSITION, ET VOUS POURREZ EN USER LIBREMENT.   p. 105
LA CHAMBRE DES MACHINES, NETTEMENT ÉCLAIRÉE, NE MESURAIT PAS MOINS DE VINGT MÈTRES DE LONGUEUR.   p. 119
LE « NAUTILUS » FILAIT A UNE VITESSE DE QUINZE MILLES A L'HEURE.   p. 143
LES CHASSEURS S'AVANÇAIENT AU MILIEU DES ÉTRANGES MERVEILLES SOUS-MARINES.   p. 161
UNE MONSTRUEUSE ARAIGNÉE DE MER, HAUTE D'UN MÈTRE, S'aPPRËTAIT A BONDIR.   p. 169
PAR LE HUBLOT ON APERCEVAIT UN NAVIRE QUI VENAIT DE COULER A PIC.   p. 183
UNE HORDE DE SAUVAGES, HURLANT ET GESTICULANT, S'AVANÇAIT DANS LES FLOTS.   p. 223

Copyright by Librairie Hachette, Paris
1928.
  Tous droits de reproduction, de traduc-
tion et d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   Cartonné en percaline verte.
Nombre de pages : 254       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   350 grammes    Format :   125 x 185 cm     in - 16
I.S.B.N :   NON               Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur



EXTRAIT   20.000 Lieues sous les mers, 1e partie, by Jules VERNE   page 167


20.000 Lieues sous les mers, 1e partie, by Jules VERNE-image-50-150




  Combien de temps restai-je ainsi plongé dans cet assoupissement, je ne pus l'évaluer; mais lorsque je me réveillai, il me sembla que le sol s'abaissait vers l'horizon. Le capitaine Nemo s'était déjà relevé et je commençais à me détirer les membres, quand une apparition inattendue me remit brusquement sur les pieds.
  A quelques pas, une monstrueuse araignée de mer, haute d'un mètre, me regardait de ses yeux louches, prête à s'avancer sur moi. Quoique mon habit de scaphandre fût assez épais pour me défendre contre les morsures de cet animal, je ne pus retenir un mouvement d'horreur. Conseil et le matelot du Nautilus s'éveillèrent en ce moment. Le capitaine Nemo montra à son compagnon le hideux crustacé, qu'un coup de crosse abattit aussitôt, et je vis les horribles pattes du monstre se tordre dans des convulsions terribles.
  Cette rencontre me fit penser que d'autres animaux, plus redoutables, devaient hanter ces fonds obscurs, et que mon scaphandre ne me protégerait pas contre leurs attaques. Je n'y avais pas songé jusqu'alors, et je résolus de me tenir sur mes gardes. Je supposais, d'ailleurs, que cette halte marquait le terme de notre promenade, mais je me trompais, et, au lieu de retourner au Nautilus, le capitaine Nemo continua son audacieuse excursion.
  Le sol se déprimait toujours, et sa pente, s'accusant davantage, nous conduisit à de plus grandes profondeurs. Il devait être à peu près trois heures, quand nous atteignîmes une étroite vallée, creusée entre de hautes parois à pic, et située par cent cinquante mètres de fond. Grâce à la perfection de nos appareils, nous dépassions ainsi de quatre-vingt-dix mètres la limite que la nature semblait avoir imposée jusqu'ici aux excursions sous-marines de l'homme.


Reproduction interdite






ANNEXE


20.000 Lieues sous les mers, 1e partie, by Jules VERNE
Editeur :   Librairie Hachette (1928)
Langue :   Français
A.S.I.N :   B004QZJJOS
www.amazon.fr


LIENS


Wikipédia
Jules VERNE

Bibliographie
Jules VERNE

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 14:01

L'étoile du sud, by Jules VERNE

 



Présentation de l'Editeur


L'INGÉNIEUR français Cyprien Méré, désireux d'obtenir la main de la gracieuse Miss Alice Watkins, fille d'un richissime propriétaire de mines, s'est fait mineur lui-même, et, utilisant ses connaissances scientifiques s'applique à fabriquer un diamant artificiel.
  Après mille péripéties de toutes sortes, un énorme diamant apparaît dans le creuset de son appareil. Est-ce le succès? Quoi qu'il en soit, le lecteur peut compter sur un de ces dénouements piquants et imprévus dont Jules Verne a le secret.









FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE





Titre :   L'étoile du sud
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   HACHETTE

BIBLIOTHEQUE DE LA JEUNESSE


- Dépôt légal n° 8759 -

Imprimé en France
BRODARD & TAUPIN
Paris-Coulommier
- 7607-1-1950 -

Copyright by Librairie Hachette, 1930
Tous droits de traduction, de repro-
duction réservés pour tous pays.


Reliure :   Relié sur cartonnage souple
IMPRIMÉ EN FRANCE
IMP. DE MATEIS - PARIS

Présentation sous une jaquette illustrée 4 couleurs en recto à double volets avec texte
IMPRIMÉ EN FRANCE
IMP. DE MATEIS - PARIS

Nombre de pages : 247       TABLE   DES   MATIÈRES : OUI

Poids :   214 grammes            Format :   120 x 170 mm
I.S.B.N :   NON                      Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur
Valeur sur le Web selon état : Décembre 2012

EXTRAIT   L'étoile du sud, by Jules VERNE   page : 25


 



  Le laboratoire du jeune ingénieur, avec ses appareils bizarres, l'intéressait puissamment. Elle était surtout fort curieuse de connaître tout ce qui se rattachait à la nature des diaments, cette précieuse pierre qui jouait dans les conversations et dans le commerce du pays un rôle si important. En vérité, Alice était assez portée à ne regarder cette gemme que comme un vilain caillon. Cyprien - elle n'était pas sans le voir - avait, sur ce point, des dédains tout pareils aux siens. Aussi cette communion de sentiments ne fut-elle pas étrangère à l'amitié qui s'était promptement nouée entre eux. Seuls dans le Griqualand, on peut hardiment le dire, ils ne croyaient pas que le but unique de la vie dût être de rechercher, de tailler, de vendre ces petites pierres, si ardemment convoitées dans tous les pays du monde.
  « Le diamant, lui dit un jour le jeune ingénieur ingénieur, est tout simplement du carbone pur. C'est un fragment de charbon cristallisé, pas autre chose. On peut le brûler comme un vulgaire morceau de braise, et c'est même cette propriété de combustibilité qui en a, pour la première fois, fait soupçonner la véritable nature. Newton, qui observait tant de choses, avait noté que le diamant taillé réfracte la lumière plus que tout autre corps transparent. Or, comme il savait que ce caractère appartient à la plupart des substances combustibles, il déduisit de ce fait, avec sa hardiesse ordinaire, la conclusion que le diamant « devait » être combustible. Et l'expérience lui donna raison. »


Reproduction interdite





ANNEXE


L'étoile du sud, by Jules VERNE
Editeur :  Hachette Bibliothèque de la Jeunesse (1 janvier 1950)
A.S.I.N :  B003X7IE8C
www.amazon.fr




LIENS


Wikipédia
L'étoile du sud, by Jules VERNE

Wikipédia
Jules VERNE

Œuvres de
Jules VERNE

RETOUR ACCUEIL

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 11:46

L'école des Robinsons, by Jules VERNE



Présentation de l'Editeur




Néant








FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


 



Titre :   L'école des Robinsons
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   LIBRAIRIE HACHETTE  

NOUVELLE BIBLIOTHEQUE D'EDUCATION ET DE RECREATION

BIBLIOTHÈQUE VERTE

1-32. - Imprimerie HACHETTE 9, rue Stanislas. Paris.

Copyright by Librairie HACHETTE, Paris
1932.
Tous droits de reproduction, de reproduction
d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   Relié sur cartonnage percaline verte
Nombre de pages : 252       TABLE   DES   MATIÈRES : OUI

Poids :   214 grammes           Format :   125 x 170 mm
I.S.B.N :   NON                      Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur



EXTRAIT   L'école des Robinsons, by Jules VERNE   page : 19




  Mais quel était ce téméraire qui osait venir lutter à coup de dollars contre William W. Kolderup, de San-Franscisco?
  C'était J.-R. Taskinar, de Stockton.
  J.-R. Taskinar était riche, mais il était encore plus gros. Il pesait quatre cent quatre-vingt-dix livres. S'il n'était arrivé que « second » au dernier concours des hommes gras de Chicago, c'est qu'on ne lui avait pas laissé le temps d'achever son dîner, et il avait perdu une dizaine de livres.
  Ce colosse, auquel il fallait des sièges spéciaux pour qu'il pût y asseoir son énorme personne, habitait Stockton, sur le San-Joachim. C'est là une des plus importantes villes de la Californie, l'un des centres d'entrepôts pour les mines du sud, une rivale de Sacramento, où se concentrent les produits des mines du nord. Là, aussi, les navires embarquent la plus grande quantité du blé californien.
  Non seulement l'exploitation des mines et le commerce des céréales avaient fourni à J.-R. Taskinar l'occasion de gagner une fortune énorme, mais le pétrole avait coulé comme un autre Pactole à travers sa caisse. De plus, il était grand joueur, joueur heureux, et le « poker », la roulette de l'Ouest Amérique, s'était toujours montré prodigue envers lui de ses numéros pleins. Mais, si riche qu'il fût, c'était un vilain homme, au nom duquel on n'accolait pas volontiers l'épithète d' « honorable », si communément en usage dans le pays. Après tout, comme on dit, c'était un bon cheval de bataille, et peut-être lui en mettait-on sur le dos plus qu'il ne convenait. Ce qui certain, c'est qu'en mainte occasion il ne se gênait pas pour user du « derringer », qui est le révolver californien.


Reproduction interdite





ANNEXE



L'école des Robinsons, by Jules VERNE
Editeur :  Librairie Hachette Bibliothèque verte (1 janvier 1932)
A.S.I.N :  B003X7DIYC
www.amazon.fr


LIENS


Wikipédia
L'école des Robinsons, by Jules VERNE

Wikipédia
Jules VERNE

Œuvres de
Jules VERNE

RETOUR ACCUEIL

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 15:31

 

Robur le conquérant, by Jules VERNE



Présentation de l'Editeur



Néant






FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir

Titre :   Robur le conquérant
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   BIBLIOTHÈQUE
D'ÉDUCATION ET DE RÉCRÉATION
J. HETZEL ET Cie, 18 RUE JACOB
PARIS


LE LIVRE DE POCHE JULES VERNE   - 4 rue de Galliéra, Paris.

roman  paru en 1886

LES VOYAGES EXTRAORDINAIRES
COURONNÉS PAR L'ACADÉMIE FRANÇAISE

45 DESSINS PAR BENETT


BRODARD ET TAUPIN - IMPRIMEUR - RELIEUR
Paris-Coulommiers - France.

2091/2 - II - 1 - 1175 - Dépôt légal n° 5247, 1er trimestre 1966.

Tous droits de traduction et de reproduction réservés.
© Librairie Hachette, 1966.


Reliure :   Broché sur carton souple
Photo Gaston Rebuffat
Nombre de pages : 250       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   180 grammes     Format :   110 x 165 mm
I.S.B.N :   NON                 Code Barre = EAN :   NON

Prix neuf éditeur : 3 F (t.l.i)

Livre épuisé chez l'Editeur



EXTRAIT   Robur le conquérant, by Jules VERNE   page 74


Robur le Conquérant, by jules VERNE -image-50-150




  Comme Uncle Prudent et Phil Evans sentaient la faim les aiguillonner vivement, ce n'était pas le cas de faire des cérémonies. Un repas n'engage à rien, et lorsque Robur les aurait remis à terre, ils comptaient bien reprendre vis-à-vis de lui leur entière liberté d'action.
  Tous deux furent alors conduits vers le roufle de l'arrière, dans un petit « dining-room » Là se trouvait une table proprement servie, à laquelle ils devaient manger à part pendant le voyage. Pour plats, différentes conserves, et, entre autres, une sorte de pain, composé en parties égales de farine et de viande réduite en poudre, relevée d'un peu de lard, lequel, bouilli dans l'eau, donne un potage excellent; puis, des tranches de jambon frit, et du thé pour boisson.
  De son côté, Frycollin n'avait pas été oublié. A l'avant, il avait trouvé une forte soupe de ce pain. En vérité, il fallait qu'il eût belle faim pour manger, car ses mâchoires tremblaient de peur et auraient pu lui refuser tout service.
  « Si ça cassait!... Si ça cassait! » répétait le malheureux Nègre.
  De là, des transes continuelles. Qu'on y songe! Une chute de quinze cents mètres qui l'aurait réduit à l'état de pâtée!
  Une heure après, Uncle Prudent et Phil Evans reparurent sur la plate-forme. Robur n'y était plus. A l'arrière, l'homme de barre, dans sa cage vitrée, l'œil fixé sur la boussole, suivait imperturbablement, sans une hésitation, la route donnée par l'ingénieur.


Reproduction interdite





COUVERTURES


 

Robur le conquérant, by Jules VERNE       Robur le Conquérant, by Jules VERNE

COMMENTAIRES en ligne



Robur le Conquérant, by Jules VERNE
www.amazon.fr

ANNEXE


Editeur :   Livre de Poche
A.S.I.N :   B0000DSDQU
www.amazon.fr


LIENS UTILES



WIKIPÉDIA
Robur le conquérant

WIKIPÉDIA
Jules VERNE

Œuvres de
Jules VERNE

 

Retour accueil

Haut de page

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 16:05

Michel STROGOFF, by Jules VERNE

 

Présentation de l'Editeur




Néant







 

FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir

Titre :   Michel STROGOFF
Deuxième partie
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   LIBRAIRIE HACHETTE

ILLUSTRATIONS DE HENRI FAIVRE
noir & blanc in texte annotées.

MICHEL STROGOFF LEVA LE KNOUT POUR EN FRAPPER OGAREFF. p 2
ALCIDE JOLIVET VISITA LA BLESSURE DE SON CONFRÉNO;. p. 17
IVAN OGAREFF PRIT LES LETTRES ET LES LUT AVEC ATTENTION p 32
LES CAVALIERS TARTARES POUSSAIENT LES PRISONNIERS COMME UN BÉTAIL HUMAIN. p 47
« VA, » COMMANDA OGAREFF AU TARTARE QUI, LE KNOUT A LA MAIN, SE TENAIT PRÊT A FRAPPER MARFA STROGOFF . p 59
FÉOFAR MONTAIT SON CHEVAL FAVORI. p 68
DES BALLERINES EXÉCUTÈRENT DES DANSES VARIÉES. p 79
IVAN OGAREFF PLACA LA LETTRE IMPÉRIALE DEAVANT LES YEUX ÉTEINTS DE MICHEL STROGOFF. p 87
MICHEL ET NADIA VIRENT S'AVANCER UNE CHARETTE DÉLABRÉ. p 97
« A L'OUVRAGE, » DIT NICOLAS, QUI COMMENÇ A VIDER LES OUTRES. p 119
UN LIÈVRE TRAVERSA LE CHEMIN. p 127
LE CHEVAL AVEUGLE S'EMPORTA ET COURUT DROIT A UNE FONDRIÈRE QUI BORDAIT LA ROUTE. p 139
MICHEL STROGOFF PARVINT A EXHUMER NICOLAS, MAIS LE MALHEUREUX AVAIT CESSߑ DE VIVRE. p 153
DES RUSSES DE CONDITIONS DIVERSES AVAIENT PRIS PLACE SUR LE RADEAU. p 163
CHAQUE FOIS QU'UN LOUP PASSAIT A SA PORTÉE, MICHEL STROGOFF LE FRAPPAIT DE SON COUTEAU. p 181
LE COURANT ENTRAINA LE GLAÇON QUI PORTAIT MICHEL ET NADIA. p 187
OGAREFF SE PRÉ.SENTA AU GRAND-DUC SOUS LE NOM DE MICHEL STROGOFF. p 207
DU HAUT DES GLACIS, UN BILLET TOMBA ENTRE LES MAINS DE SANGARRE. p 217
OGAREFF ARRÊTA SES REGARDS ÉPOUVANTÉ SUR LES YEUX DE MICHEL STROGOFF. p 233
« MA JOIE, DIT WASSILI FÉDOR, SERA DE VOUS APPELER TOUS LES DEUX MES ENFANTS. » p 243


Copyright by Librairie HACHETTE, Paris,
1928. Tous droits de reproduction, de traduc -
tion et d'adaptation réservés pour tous pays.

LIBRAIRIE HACHETTE
Paris - N° 4966
Dépôt légal : 1928

Imprimé
en France

BRODARD ET TAUPIN
Coulommiers-Paris
N° 39675. - 10.1947.

Reliure :   Relié sur couverture pleine toile.
Nombre de pages : 244       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   350 grammes    Format :   120 x 180 mm    
I.S.B.N :   NON               Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur



EXTRAIT   Michel STROGOFF deuxième partie, by Jules VERNE page 98


Michel STROGOFF, 2è partie, by Jules VERNE -image-50-150




  Cependant, au milieu de toutes ces misères sans trêve, ce jour-là, une circonstance heureuse allait se produire, qui devait leur épargner bien des fatigues à tous les deux.
  Ils avaient quitté Sémilowskoë depuis deux heures environ, lorsque Michel Strogoff s'arrêta.
  « La route est déserte? demanda-t-il.
  - Absolument déserte, répondit Nadia.
  - Est-ce que tu n'entends pas quelque bruit en arrière?
  - En effet.
  - Si ce sont les Tartares, il faut nous cacher. Regarde bien.
  - Attends, Michel! « répondit Nadia en remontant le chemin qui se coudait à quelques pas sur la droite.
  Michel Strogoff resta un instant seul, tendant l'oreille.
  Nadia revint presque aussitôt et dit :
  « C'est une charete. Un jeune homme la conduit.
  - Il est seul?
  - Seul. »
  Michel Strogoff hésita un instant. Devait-il se cacher? Devait-il, au contraire, tenter la chance de trouver place dans ce véhicule, sinon pour lui, du moins pour elle? Lui, il se contenterait de s'appuyer d'une main à la charette, il la pousserait au besoin, car ses jambes n'étaient pas près de lui manquer, mais il sentait bien que Nadia, traînée à pied depuis le passage de l'Obi, c'est-à-dire depuis plus de huit jours, était à bout de forces. Il attendit.
  La charette arriva bientôt au tournant de la route.
  C'était un véhicule fort délabré, pouvant à la rigueur contenir trois personnes, ce qu'on appelle dans le pays une kibitka.


Reproduction interdite






ANNEXE



Michel STROGOFF : 2è partie, by Jules VERNE
Editeur :   Hachette Bibliothèque verte (1928)
Langue :   Français
A.S.I.N :   B001BMYT6C
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Jules VERNE

Œuvres de
Jules VERNE

Retour accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 14:51

Michel STROGOFF, 1è partie, by Jules VERNE

 

Présentation de l'Editeur




Néant








FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir

Titre :   Michel STROGOFF
Première partie
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   LIBRAIRIE HACHETTE

ILLUSTRATIONS DE HENRI FAIVRE
noir & blanc in texte annotées.

LE TARENTASS, ENLEVÉ PAR SES TROIS CHEVAUX, QUITTAIT PERM AU MILIEU D'UN NUAGE DE POUSSIÈRE. p 2
LE GÉNÉRAL KISSOFF. p. 11
« JE TE CHARGE, TOI, MICHEL, STROGOFF, DE REMETTRE CETTE LETTRE EN MAINS PROPRES AU GRAND-DUC. » p 45
LA JEUNE FILLE S'ASSIT SUR LA BANQUETTE ET RESTA LES YEUX BAISSÉS. p 59
LE BOHÉMIEN S'APPROCHA DE MICHEL STROGOFF. p 71
UNE FOULE BIGARRÉE S'AGITAIT DANS LES DIVERS QUARTIERS DE LA FOIRE. p 75
LES COSAQUES, FOUET A LA MAIN, STIMULAIENT LES RETARDATAIRES. p 85
HARRY BLOUNT ET ALCIDE JOLIVET. p 101
LA TSIGANE DÉVISAGEAIT MICHEL STROGOFF AVEC UNE INSISTANCE SINGULIÈRE. p 109
L'IEMSCHIK SE JETA A LA TÊTE DE SES CHEVAUX, AFIN DE LES MAINTENIR. p 135
DEUX VOYAGEURS ÉTAIENT JUCHÉS A L'ARRIÈRE D'UNE VOITURE. p 147 D'UN BOND, MICHEL STROGOFF SE JETA SUR L'OURS. p 155
« JE NE ME BATTRAI PAS, » DIT SIMPLEMENT MICHEL STROGOFF. p 173
MICHEL STROGOFF ET NADIA TRAVERSÈRENT L'ICHIM A BORD D'UN BAC. p 181
MICHEL STROGOFF FUT FRAPPÉ D'UN COUP DE LANCE. p 189
UNE BONNE FIGURE BARBUE. p 193
LA VIEILLE MARFA, LA MÈRE DE MICHEL, ÉTAIT DEVANT LUI! p 201
TOUT, AUTOUR DE CETTE FAMILLE, N'ÉTAIT QUE RUINES. p 223
L'OFFICIER USBECK, ATTEINT EN PLEINE POITRINE, ROULA SUR LE SOL. p 235
MICHEL RECONNUT QUE CETTE MAISON ÉTAIT UN POSTE TÉLÉGRAPHIQUE. p 243


Copyright by Librairie HACHETTE, Paris,
1928. Tous droits de reproduction, de traduc -
tion et d'adaptation réservés pour tous pays.

LIBRAIRIE HACHETTE
Paris - N° 4965
Dépôt légal : 1928

Imprimé
en France

BRODARD ET TAUPIN
Coulommiers-Paris
N° 3974. - 6.1948.

Reliure :   Relié sur couverture pleine toile.
Nombre de pages : 251       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Poids :   350 grammes    Format :   120 x 180 mm    
I.S.B.N :   NON              Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur



EXTRAIT   Michel STROGOFF première partie, by Jules VERNE page 44


Michel STROGOFF 1è partie, by Jules VERNE -image-50-150



  - Michel Strogoff, sire.
  - Ton grade?
  - Capitaine au corps des courriers du czar.
  - Tu connais la Sibérie?
  - Je suis Sibérien.
  - Tu es né... ?
  - A Omsk.
  - As-tu des parents à Omsk?
  - Oui, sire.
  - Quels parents?
  - Ma vieille mère. »
  Le czar suspendit un instant la série de ses questions. Puis, montrant la lettre qu'il tenait à la main :
  « Voici une lettre, dit-il, que je te charge, toi, Michel Strogoff, de remettre en mains propres au grand-duc et à nul autre que lui.
  - Je la remettrai, sire.
  - Le grand-duc est à Irkoutsk.
  - J'irai à Irkoutsk.
  - Mais il faudra traverser un pays soulevé par des rebelles, envahi par des Tartares, qui auront intérêt à intercepter cette lettre.
  - Je le traverserai.
  - Tu te méfieras surtout d'un traître, Ivan Ogareff, qui se rencontrera peut-être sur ta route.
  - Je m'en méfierai.
  - Passeras-tu par Omsk?
  - C'est mon chemin, sire.
  - Si tu vois ta mère, tu risques d'être reconnu, il ne faut pas que tu voies ta mère! »


Reproduction interdite






ANNEXE



Michel STROGOFF : 1è partie, by Jules VERNE
Editeur :   Hachette Bibliothèque verte (1928)
Langue :   Français
A.S.I.N :   B0000DMF9H
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Jules VERNE

Œuvres de
Jules VERNE

Retour accueil

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 10:26

Le Chancellor Martin PAZ, by Jules VERNE

 

Présentation de l'Editeur





Néant






FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir

Titre :   Le chancellor Martin PAZ
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   Hachette

LIBRAIRIE HACHETTE
Paris - N° 3098
Dépôt légal : 4è trim. 1943

Imprimé en France
Autorisation N° 18927
BRODARD ET TAUPIN
Imprimeurs. - N° 57-0016
Paris - Coulommiers
N° 1090 - 11 -1943


Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.
Copyright by Librairie Hachette, 1924.

Reliure :   Relié sur cartonnage percaline verte, marquages en recto dorés à chaud
Nombre de pages : 254   ;     TABLE DES MATIÈRES : NON

Poids :   189 grammes   Format :   12 x 17 cm     in - 16
I.S.B.N :   NON             Code Barre = EAN :   NON

Livre épuisé chez l'Editeur



EXTRAIT   Le chancellor Martin PAZ, by Jules VERNE   page : 64


Le Chancellor Martin PAZ, by Jules VERNE -image-70-150



  Pendant ces premières opérations, l'équipage suffit parfaitement à la manœuvre des pompes. Les passagers ne sont pas mis en réquisition, mais nous sommes tous prêts à offrir nos bras, et notre aide ne sera pas à dédaigner, lorsque l'on procédera au déchargement du navire. Aussi, en attendant,MM. Letourneur et moi, occupons-nous le temps soit à causer, soit à lire, et, en outre, je consacre quelques heures à rédiger mon journal. L'ingénieur Falsten, peu communicatif, s'absorbe toujours dans ses chiffres, ou trace des épures de machines avec plan, coupe et élévation. Plût au ciel qu'il pût inventer quelque puissant appareil qui permît de renflouer le Chancellor! Quant aux Kear, ils se tiennent à l'écart et nous épargnent l'ennui d'entendre leurs récriminations incessantes; malheureusement, miss Herbey est obligée de rester avec eux, et nous ne voyons que peu ou pas la jeune fille. Pour Silas Huntly, il ne se mêle en rien de ce qui intéresse le navire; le marin n'existe plus en lui, et l'homme végète à peine. Le maître d'hôtel Hobbart fait son service habituel, comme si le bâtiment était en cours régulier de navigation. Cet Hobbart est un personnage obséquieux, dissimulé, généralement peu d'accord avec son cuisinier Jynxtrop, nègre de mauvaise figure, à l'air brutal et impudent, qui se mêle aux autres matelots plus qu'il ne convient.


Reproduction interdite





ANNEXE



Le chancellor Martin PAZ, by Jules VERNE
Editeur :   Hachette Bibliothèque verte (1 janvier 1946)
A.S.I.N :   B003X7CA82
www.amazon.fr


LIENS



Wikipédia
Jules VERNE


Œuvres de
Jules VERNE

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 13:31

Les enfants du Capitaine GRANT III partie

 

 

Présentation de l'Editeur



Néant



FICHE   TECHNIQUE   DU   LIVRE


Agrandir

Titre :   Les enfants du capitaine GRANT
TROISIÈME PARTIE
Auteur :   Jules   VERNE
Edition :   LIBRAIRIE HACHETTE    roman

COLLECTION HACHETTE  

ILLUSTRATIONS DE A. GALLAND
noir & blanc pleine page annotées et, noir & blanc in texte annotées.
noir & blanc in texte.

TANDIS QUE LE CANOT S'ÉLOIGNAIT, AYRTON SE TENAIT DEBOUT SUR LE ROCHER. page. 2
GLENAVAN REGARDAIT L'HORIZON. page. 37
LE « MACQUARIE » AVAIT DONN» SUR UN BANC DE SABLE. page 47
LES VOYAGEURS SE RÉFUGIÈRENT DANS UNE GROTTE ET Y ALLUMÈRENT UN FEU. page 79
LES DEUX CANITS REMONTÉRENT LE COURS DU FLEUVE. page 109
LE LAC TAUPO DOMINÉ PAR LES CONES DE VOLCANS. page 117
DES TÊTES SURMONTAIENT LES POTEAUX DE L'ENCEINTE. page 119
ROBERT SE HISSA SUR LES ÉPAULES DE WILSON. page 125
GLENARVAN FIT FEU SUR KARA-TÉTÉ. page 127
KAI-KOUMOU. page 133
ROBERT AVAIT CREUSÉ UNE GALERIE DANS LA PAROI. page 145
LES PRISONNIERS S'ENFUIRENT EN SE LAISSANT GLISSER LE LONG DE LA CORDE. page 147
PAGANEL RESSEMBLAIT A UN MAORI. page 155
LE CHEF FROTTA SON NEZ CONTRE CELUI DU GÉ.OGRAPHE. page 157
GLENARVAN ET SES COMPAGNONS EURENT JUSTE LE TEMPS DE S'ENFUIR DEVANT L'ÉRUPTION. page 175
KAI-KOUMOU DÉCLARAIT TABOU LA MONTAGNE.   page 177
UN BOULET COUPA EN DEUX UNE PIROGUE. page 189
PAGANEL S'ÉTAIT ACCROCHÉ A LA CORDE A FEU. page 197
DE L'EMBARCATION, MARY APERUT SON PÈRE, LE CAPITAINE GRANT. page 231


Dép. légal. 3976.
O. P. L. n° 31-1202.

Imprimé en France par
BRODARD ET TAUPIN
Coulommier-Paris
N° 37010 - VIII - 2 - 1946

Poids :   225 grammes          Format :   120 x 185 mm
I.S.B.N :   NON                      Code Barre = EAN :   NON

Copyright by Librairie HACHETTE Paris
1930.
Tous droits de reproduction, de traduc-
tion et d'adaptation réservés pour tous pays.

Reliure :   Relié percaline verte
Jaquette illustrée couleus à double volets
Nombre de pages : 250       TABLE DES MATIÈRES : OUI

Livre épuisé chez l' Editeur


EXTRAIT   Les enfants du capitaine GRANT III partie   page : 115


Les enfants du Capitaine GRANT III partie, by Jules VERNE -image-50-150




  Tel est cet étrange lac Taupo, élevé à douze cent cinquante pieds au-dessus du niveau de la mer, et dominé par un cirque de montagnes hautes de quatre cents toises. A l'Ouest, des rochers à pic d'une grande taille; au Nord quelques cimes éloignées et couronnées de petits bois; à l'Est, une large plage sillonnée par une route décorée de pierres ponces qui resplendissent sous le treillis des buissons; au sud, des cônes volcaniques derrière un premier plan de forêts encadrent majestueusement cette vaste étendue d'eau dont les tempêtes retentissantes valent les cyclones de l'Océan.
  Toute cette région bout comme une chaudière immense, suspendue sur les flammes souterraines. Les terrains frémissent sous les caresses du feu central. De chaudes buées filtrent en maint endroit. La croûte de terre se fend en violentes craquelures comme un gâteau trop poussé, et sans doute ce plateau s'abîmerait dans une incandescente fournaise si, douze milles plus loin, les vapeurs emprisonnées ne trouvaient une issue par les cratères du Tongariro.
  De la rive du Nord, ce volcan apparaissait empanaché de fumée et de flammes, au-dessus de petits monticules ignivomes. Le Tongariro semblait se rattacher à un système orographique assez compliqué. Derrière lui, le mont Ruapahou, isolé dans la plaine, dressait à neuf mille pieds en l'air sa tête perdue au milieu des nuages. Aucun mortel n'a posé le pied sur son cône inaccessible; l'œil humain n'a jamais sondé les profondeurs de son cratère, tandis que, trois fois en vingt ans, MM. Bidwill et Dyson, et récemment M. de Hochstetter, ont mesuré les cimes plus abordables du Tongariro.


Reproduction interdite





COUVERTURES



Les enfants du Capitaine GRANT III partie       Les enfants du Capitaine GRANT III partie




TABLE DES MESURES



  • un mille anglais : 1600 mètres
  • un mille marin : 1852 mètres
  • une lieue kilomètrique : 4000 mètres
  • une lieue marine : 5555 mètres
  • une toise : 1,949 mètre
  • une brasse : 1,64 mètre
  • un pied : 0,324
  • un pouce : 0,027
  • une encablure ancienne : 1,94 mètres
  • un nœud (vitesse) : correspond à une vitesse d'un mille à l'heure ou 0,514 mètre par seconde.




ANNEXE



Les enfants du capitaine GRANT III partie, by Jules VERNE
Editeur :   Hachette Bibliothèque Verte (1946)
A.S.I.N :   B0000DMFN3
www.amazon.fr


DU MÊME AUTEUR



dans « La Galaxie » :


LES ENFANTS DU CAPITAINE GRANT
VINGT MILLE LIEUES SOUS LES MERS
L'ÎLE MYSTÉRIEUSE
MICHEL STROGOFF
CINQ SEMAINES EN BALLON
LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS
DE LA TERRE A LA LUNE
VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE
MATHIAS SANDORF
LE VOLCAN D'OR
UN CAPITAINE DE QUINZE ANS
UN DRAME EN LIVONIE
DEUX ANS DE VACANCES
LE CHATEAU DES CARPATHES
LA JANGADA
LA CHASSE AU MÉTÉORE
LES FRÈRES KIP
LES TRIBULATIONS
D'UN CHINOIS EN CHINE
LE TESTAMENT D'UN EXCENTRIQUE
ROBUR LE CONQUÉRANT



LIENS


Wikipédia
Les enfants du capitaine GRANT

Wikipédia
Jules VERNE

Œuvres de
Jules VERNE

RETOUR ACCUEIL

Partager cet article

Repost 0
Published by CONSUS - FRANCE - dans VERNE Jules
commenter cet article

Présentation

  • : CONSUS - FRANCE
  • CONSUS - FRANCE
  • : TROYAT BLYTON DUMAS QUINE, extraits, illustrations
  • Contact

Profil

  • CONSUS - FRANCE

Recherche

Hébergé par Overblog